Déluge sur la Capitale : Panique sur les hauteurs de Tana et dans la ville basse

Jacaranda
A Andravoahangy Mascar, comme ailleurs, les piétons ont dû composer avec les éléments et affronter la crue pour rentrer.

Après plusieurs jours au sec, la ville d’Antananarivo a vu, hier, s’abattre sur elle un véritable déluge qui a créé la panique aussi bien sur les hauteurs de la Capitale que dans la ville basse, et paralysant la circulation jusqu’à tard dans la nuit.

En quelques minutes, l’eau est montée jusqu’à mi-cuisse, puis jusqu’à hauteur de la poitrine des piétons et piégeant des véhicules au beau milieu de la chaussée inondée du côté d’Andravoahangy Mascar. Ailleurs, les vents violents et les torrents arrivant également à mi-jambe, emportent des kilos et des kilos de marchandises, lesquelles disparaissent en quelques secondes dans les caniveaux, sous les yeux médusés de leurs propriétaires au marché de Mahamasina. Ces scènes surréalistes qui se sont déroulées, hier, respectivement à Andravoahangy et au « marché du jeudi » à Mahamasina, lors de la pluie diluvienne qui s’est abattue sur Antananarivo, montre la force de ce que les Tananariviens n’ont pas hésité à qualifier de véritable déluge, tellement les dégâts étaient impressionnants.

Ultra-rapide ! De 14h30 à 16h, l’orage a eu pour effet de faire ressurgir les maux dont souffrent la ville des Mille et ses habitants à chaque période de pluie : canaux bouchés, rues inondées, plusieurs heures de crues, risque d’éboulement… mais la situation d’hier, par la force des vents et des torrents ainsi que la vitesse avec laquelle la crue s’est installée, a créé un vent de panique chez les usagers des rues, impuissants face à la situation. La montée des eaux était, en effet, la plus redoutée par les passants qui ont dû se trouver rapidement un abri au moment où les eaux pluviales commencent à se déverser sur la ville basse, à l’origine de la crue. Résultat : des rues complètement sous les eaux, voire des courants un peu partout : d’Anosy aux 67ha en passant par Anosibe, Analakely, Behoririka, Ankorondrano, Ivandry, Andravoahangy, Besarety et ailleurs.

Circulation paralysée. La situation n’était pas sans risque, plus particulièrement pour les enfants et les jeunes élèves sortant du collège ou du lycée. Sans parler des difficultés de l’ensemble des usagers des transports en commun, devant batailler plus que les autres jours pour réussir à avoir une place dans les taxis-be, devenus rares. Dès 15h30, les ralentissements ont commencé, amenant à une circulation complètement paralysée dans la Capitale dès 16h30. Taxis-be comme voitures particulières ont fait du sur place pendant de longs moments, voire au-delà d’une heure, avant de rouler… au pas, sur quelques mètres, puis s’immobiliser à nouveau. Situation qui a eu pour conséquence d’augmenter le nombre des adeptes forcés de la marche à pied, hier soir. Jusque tard dans la nuit, la circulation a eu du mal à retrouver une fluidité.

Les populations de « La Haute » sur le qui-vive. Sur les hauteurs d’Andohalo, d’Ambohipotsy, et sur le versant opposé, le sentiment d’insécurité était palpable chez certains habitants de ces quartiers.Un ressenti exprimé surtout après les récentes tragédies causées par les éboulements ou des chutes de rochers, suite à une averse ou après quelques jours d’une forte pluie, comme c’était le cas samedi dernier. Un nouvel épisode de glissement de terrain ou de chute de rochers reste, en effet, à craindre, autour des quartiers présentant des pentes plus ou moins fortes, ou menaçant de s’ébouler. Des mesures d’anticipation prises dans les quartiers concernés ont permis de limiter les risques.

En contrebas de la ville haute, les propriétaires de maisons qui ont dû être abandonnées suite à la mesure d’évacuation, sont inquiets de ce qui pourrait arriver à leurs biens, les orages étant un facteur de risque d’éboulement ou de fissures et chutes des rochers situés en hauteur. Situation justement à l’origine de l’évacuation qui peine encore à trouver la bonne voie d’exécution, face aux doléances des populations concernées. En effet, pour certains d’entre elles, c’est du fruit du travail et de l’économie de toute une vie qui risque d’être réduit à néant, au cas où aucune mesure d’accompagnement en termes de compensation, ne viendrait renforcer la mesure d’évacuation, voire éventuellement, d’abandon de leurs propriétés.

Hanitra R.

Telma Fibre Vibe

Share This Post

15 Comments - Write a Comment

  1. Raha tany amin’ny Firenena hafa izao, dia nakatona ny fianarana na nasaina nody aloha ny mpianatra, ary nampilazaina ny Vahoaka hoe mila ho mailo (ferana ny fivezivezena mandritry ilay fotoana).
    Nianjera tanaty “dalle” ny zaodahiko. Vokany: naratra sy folaka.
    Iza no handoa ny fitsaboany?
    Dia lasa indray ny eritreritro hoe: raha tany amin’ny Firenena hafa izao dia efa…. nisy an’izao sy izao.

    Ny vinavina (prévision) sy ny aro-loza (prévention) no mbola tsy ao amintsika amin’ny lafiny rehetra (medikaly, sosialy,teknika, fampianarana ets…).

  2. Le C.V. du nouveau « Prézida » est invisible à ce jour…Je me demande pourquoi est-ce qu’ il cache son parcours scolaire/universitaire? existe-t-il ? Les Malagas ont le droit de tout savoir sur monsieur le « prézida »…la moindre des choses c’est de publier des copies certifiées conformes des diplômes…………..il ne sait même pas le sens du terme « parité », ce monsieur est une honte pour Madagasikara………………

    Le mot « vélirano » est sacré d’après les ancêtres….à méditer….

  3. · Edit

    Vahaolana sy vavaka no aoka atao fa tsy sanatria handatsa sy hanampy trotraka zavatra misy,mafy fahoriana mahazo ireo havana misy maty sy simba fananana re tompoko ô ! Ndao hiaraka hanome tanana hanarina an’ny Madagascar fa efa io aloha ny eo ary hanatra hoany any aoriana aminy fanorenana trano sy fanomezan-dalana aminy tsy ara-drariny izao

  4. inona no idirany ANR sy CUA raha mihotsaka ny vato sy feno rano ny tanana raha samy mandray ny andraikiny ny ts11 mba anary fako etsy sy eroa ary ny fanotofahna tany tsy manaradalana havia havanana ary tsy nisy fanavaozana efa ho 60 taona aty aoriana fa mora ny manome tsiny lava eto izao ny vokany dia atao laharampahamehana ny fisorohana izany tsy hiteny hafatsy iny avaradoha iny misy canal fa fanarina maloto ka raha vao misy orana na kely fotsiny dia mivoaka @ arabe ary mivarina any trano olontrosta fa sady tsy ùmanaraka ny ora fanariampako no manary maloto izaho dia tsy manaiky hoe nohony hahantrana dia maloto sy voretra akory .à mediter

  5. Ela loatra ny OSY tao @ CUA. Tsy mba nijery ny resaka evacuation na kely aza fa variana nanotra
    ny vahoaka t@ resaka hetra sy EASY PARK (mba diniho kely hoe firy ny mpiasa ao). Ary tsy vao izao
    io feno rano io fa efa elaela no nisy.

  6. Le C.V. du nouveau « Prézida » est invisible à ce jour…Je me demande pourquoi est-ce qu’ il cache son parcours scolaire/universitaire? existe-t-il ? Les Malagas ont le droit de tout savoir sur monsieur le « prézida »…la moindre des choses c’est de publier des copies certifiées conformes des diplômes…………..il ne sait même pas le sens du terme « parité », ce monsieur est une honte pour Madagasikara………………

    Le mot « vélirano » est sacré d’après les ancêtres….à méditer…

  7. nY OLONA TOKA MOA TSY MITSAHATRA MIMENOMENONA E , RAHA NISY NY HAIN-TANY RAHOVIANA NO HISY NY ORANA. RAHA BE LOATRA NY ORANA RAHOVIANA NO MBA HO MAINA KELY NDRAY NY ADRO?
    REHEFA MBA METY SY ANTONONONY SY MIFANDANJA NY HAMANDOANA SY SY HAIN-TANY DIA TOKONY MBA HISAOTRA AN’ANDRIANANAHARY SY NY RAZANA.
    IZAO NO HILANA ILAY FAMPIHAVANANA AMIN’ANDRIAMANITRA SY OLOMBELONA E
    ARY NY FIAHAVANAN’NY OLOMBELONA SY NY ZAVA-BOAHARY E, FA INDRINDRA MOA NY OLOMBELONA SAMY OLOMBELONA, ATAOVY NY FAMPIHAVANAM-PIRENENA, AZA LATSAINA INTSONY IREO MATY NOHON’NY TOLONA , AZA ASIANA FIAHATSARAM-BELATSIHY, FA AOKA TEAN HIHAVANA MARINA.
    HAJAINA ANDRIANANAHARY
    HAJAINA NY TONTOLO HIAIANANA, NY ZAVA-BOAHARY REHETRA, RANO, RANOMASINA, TANY RANO SY NY HARENA REHETRA AO AMINY.
    HAJAINA NY OLOMBELONA NA VELONA NA MATY
    ASIO FIFANAJANA, SY FIAHAVANANA DIA MIRINDRA SY MILAMINA NY FIAINANA REHETRA…

  8. Le C.V. du nouveau « Prézida » est invisible à ce jour…Je me demande pourquoi est-ce qu’ il cache son parcours scolaire/universitaire? existe-t-il ? Les Malagas ont le droit de tout savoir sur monsieur le « prézida »…la moindre des choses c’est de publier des copies certifiées conformes des diplômes…………..il ne sait même pas le sens du terme « parité », ce monsieur est une honte pour Madagasikara………………

    Le mot “vélirano” est sacrée d’après les ancêtres….à méditer…

  9. Salama e
    Loza tokoa raha loza ity misesisesy ity fa amiko amin’ny fotoana toy izao aoka tsy ho amin’ny fifanomezantsiny intsony e. Fifanomezantanana no tokony atao. Aza mandrangitra na mifandrangitra ho’a fa miendrika fandatsana ny ataontsika indraindray. Efa izao ny rafipandaminana, ekeo nama zakao nama fa aza mimenomenona. Zaho aloha dia feno toky fa vitan’dRajoelina ny fanatsarana tiany atao e. POtsiro ireo voamasoko roa ireo.
    Mila mifampahery isika ry Malagasy namako a

  10. zao no anton’ilay tanana vaovao vao harenina !!! feno loatra Antananarivo any ka na toerana tsy azo anorenana aza noho ny kolikoly dia mijoro foan !! zao ny vokany !

  11. Toa ohatran’ny loza 13 no ho avy vao hitrahatra io solon’ny velirano an!Izaho aloha tsy manozona sanatria fa mirary aza mba hitsahatra @ izay izy io fa mitaintaina ny vahoaka.

  12. Efa tsy avotra intsony ity Antananarivo ity fa mila nouvelle(s) ville(s).

  13. Toute occasion est bonne pour condamner celui ou celle pour qui on éprouve une haine viscérale!
    Éboulements? Inondations? Célafote de celle qui est tellement c…e qu’elle est incapable de gérer une capitale! Célafote de ce s….e qui refuse de jurer sur la Bible pour inaugurer son mandat! On a le choix.
    Évidemment ce serait trop difficile d’admettre que certaines zones sont inconstructibles, que l’eau des gros orages ne peut pas se tarir par magie lorsque toutes les évacuations sont bouchées soit par les immondices soit par les constructions qui se sont installées par dessus. L’admettre se serait s’obliger à chercher les vraies solutions en examinant les vraies réalités.
    A quand le regard lucide? A quand la vision active et positive? A nous perdre dans nos querelles fanatiques nous nous condamnons à encore d’autres décennies de pauvreté! Ny hafa mandroso, isika mbola variana mifanenjika sy mifanome tsiny!

  14. Izay no alehany rehefa nifidy “devoly” hitondra ny tany !! Samia “mamisavisa” hoy ilay mpanankanto iray zay

  15. Ny Malagasy sasany anie manahirana e, mba tsy hilazana hoe mandreraka.
    Efa hoe Ambatotsimahasoaolona sy Ambohipotsy ary Ampamarinana no anaran’ireo toerana ireo ary tsy navelan’ny Ntaolo hanorenana ! Dia mbola nanorenana satria samy mafy loha sy te-hanao izay tiany atao. Izao mianjera ny trano !! Tsy izay ve no notadiavina e ? Sa mbola tsy te-hahalala foana ? Tatazo ao ny vokany an !!!

Post Comment

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.