Pétroliers : Menace de suspension des importations de carburants

Jacaranda
Le stock pétrolier risque de diminuer si le bras de fer persiste.

Pour éviter une crise du pétrole et de l’énergie, l’Etat et les pétroliers devraient faire preuve de concession et arrêter ce bras de fer qui pourrait mener le pays à la catastrophe.

Un échec. Voilà ce que l’on peut dire des négociations entre l’Etat et les pétroliers concernant la fixation des prix des carburants. Un bras de fer qui est en passe de s’intensifier avec cette possible décision des pétroliers de suspendre les importations de carburants à partir de ce mois d’avril.

Lourde de conséquences

Le bras de fer entre l’Etat et les pétroliers n’est pas près  de se terminer. D’après une source proche du dossier, cette décision de suspension est de plus en plus envisagée, mais ne ferait pas encore l’unanimité auprès de toutes les sociétés de distribution pétrolière. Une décision qui sera lourde de conséquences, puisque, à terme, elle perturbera le marché du carburant qui demeure encore et toujours le nerf de l’économie. « Pour le moment, on n’a pas encore à s’inquiéter car le pays dispose encore d’au moins 6 mois de stock de carburants » indique un spécialiste du secteur pétrolier. Et lui d’ajouter que si l’Etat et les pétroliers ne se remettent pas de nouveau sur la table de négociation, la situation risque de s’aggraver dans le moyen terme.

Contexte

En tout cas, ce bras de fer entre l’Etat et les pétroliers n’est pas un fait nouveau. Si l’on remet les choses dans son contexte, l’on rappelle qu’au mois de mai 2018, des négociations ont déjà eu lieu entre les deux parties. L’idée de base étant de trouver des solutions adéquates en matière de gestion des prix des carburants. Avec comme double objectif, à la fois de protéger les consommateurs contre une hausse importante des prix, mais aussi de ne pas grever les finances de l’Etat en pratiquant une subvention au bénéfice des pétroliers. Une subvention qui est d’ailleurs contre les principes du FMI qui continue de veiller au grain en ce qui concerne la bonne gestion des finances publiques et de l’équilibre budgétaire. Parmi les solutions, un protocole d’accord signé en mai 2018, avec trois avenants, dont le troisième, signé en décembre 2018, a porté sur un effacement des dettes des pétroliers vis-à-vis du Fonds d’Entretien Routier, d’une valeur de 100 milliards d’ariary. Il s’agissait plus précisément d’un abandon des créances du FER au profit des pétroliers. Une procédure destinée à éviter à la fois la considérable augmentation des prix des prix à la pompe et  la préservation des finances de l’Etat, en tenant compte des termes de l’accord avec le FMI au titre de la Facilité Elargie de Crédit.

BIANCO

On rappelle, d’ailleurs que cette procédure a valu à certains membres du gouvernement de l’époque, ainsi que d’autres hauts employés de l’Etat du régime Rajaonarimampianina, une enquête auprès du BIANCO. Et ce,  même si la procédure n’a pas encore abouti puisque, pour le moment, il n’y a jamais eu paiement par le FER, au profit des pétroliers, au titre de cette compensation. En attendant, en tout cas, la question qui se pose maintenant est de savoir comment le gouvernement va œuvrer pour régler ce problème hautement économique. Une partie de l’opinion salue en tout cas cette initiative de l’Etat de prendre une décision unilatérale en matière de structure des prix des carburants. Une « décision courageuse mais très difficile à mettre en œuvre » selon certains. En effet dans le contexte actuel, il s’avère très difficile de toucher au FER, ou encore de maintenir les prix en touchant au budget de l’Etat avec une éventuelle subvention. Quoi qu’il en soit, cette suspension des importations des carburants risque de faire du mal à l’économie si les pétroliers décident réellement de l’appliquer. Sur ce point, certains observateurs estiment qu’un retour aux négociations s’avère nécessaire et que l’on fasse preuve de concession de part et d’autre.

R.Edmond.

Blueline Air Fiber

Share This Post

14 Comments - Write a Comment

  1. Ny mahatonga ny fitondrana tsy miraika @io resaka solika io dia miaro ny tombotsoany ny olona miandraikitra io raharaha io. Ny vidin’ny solika iraisam-pirenena efa $30 zao, maninona no tsy mety mihidina ny solika eto amintsika? T@ solika iraisam-pirenena $50, ny vidiny teny @ mpanjifa 1000 na 1500Ar. izao efa nihidina be ny solika nefa ny antsika tsy mety mihidina. Miheritrereta.

  2. Il faut suspendre aussi l’ importation des VARY MOURA qui est une « opération de grand banditisme »…

  3. Tsy tokony privatiser-na zany mihitsy ny secteur petrolier !
    Ny fanjakana irery no mahazo manafatra solika. Mividy aminy daholo ny mpitsinjara solika.

    IZAY ihany no vahaolana.

  4. Fa isika ve efa manana solitany azo avy amin’ireo fitrandrahana eto amintsika ? Raha misy dia nahoana no lafo eny amin’ny pompe ? Raha tsy misy maninona raha ny fanjakana no manafatra dia hatao ohatran’ny vary mora fa tsy hamonoina antoka sa tsy mety ? Etsy Afrika anie dia efa misy sady mora no akaiky ?

  5. TSOTRA NY FANAFODY AZO IADIANA AMIN’NY IREO KOMPANY PETROLIERE IREO , IO ZAVTRA MANGEJA NY EKONOMY N’NY FIRENENA:
    1/ AVERENO ATSANGANA HAINGANA NY KOMPANY D’ETAS PETROLIERE TOY NY SOLIMA
    2/ AVELAO NY SOLIMA NO MIFAMPIRAHAHA MITANVANA AMIN’IREO KOMPANY PAMOKATRA SOLIKA RUSSIAN TOY NY ROSNEFT NA NY TAT- NEFT . NA NY COMPANY FRANTSAY TOTAL AZA DE MBOLA MIFAMPIRAHARAHA @ IREO KOMPANY RUSSIAN IREO.

  6. · Edit

    Misaina tsara am fo « tony » fa ain-dehibe izy ty.Teknika sy politika,koa ho sarotra hoany sarambabe ny hitsara.Na izany aza,dia misy fanamariana:
    -Asehoy mazava tsara ny « contrat » fa araka io no ahitana ny tokony atao.
    -Afa manafatra direkta ve ny fanjakana? etc…
    -Ireo kompania vahiny aloha dia tsy ho voky mihitsy eh…omeo,omeo hatrany
    -Eo koa anefa ny lalàna international,continuité de l’Etat ets…ets… »casse-tete chinois » aie3

    Olon-kendry sy manam-pahaizana ianareo,koa any aminareo ny vaha-olana,fa ny vahoaka dia manantena foana ny hahatsara ny fiainany andavanadro

  7. raha zay nu miseho dia vo maika mlay be ,satria hara2otin’ny mpanankarena solitany isika malagasy @vidin-tsolika mihoampampana.isika madagasikara anefa manana harena tsy hita petsipentsenina,tahaka an BEMOLANGA-TSIMIRORO,kanefa tsy asiana contrat d’exploitation akory miaraka @mn’ireo firenena matanjaka(E.U,FRANTSA,E.A.U,JAPON,CHINE…..!),satria matahotra « concurrence » sao ho lasa mpanankarena kua i madagasikara ka afaka mifaninana @hafa.ka ny solution hitako,aleo trandrahina dieny i BEMOLANGA -TSIMIRORO.ka iza no filoha malagasy mahasahy hamoaka anzan ? sa matahotra « pris au piege » ?

  8. Io ary fa miseho @izay ny tsy firaharahian’ny minisitera misahana ny Commerce sy ny Finance ny Conseil de la Coccurrence. Ny minisitra (ny commerce indrindra) variana mihaino sy mino ireo fanaratsiana (plaquage) atao @ ireo tompon’andraikitra tokony hanome hevitra marina azy. Misy teknisiana tokony ho hoenoina ao @ Conseil de la Concurrence fa ABUS DE POSITION DOMINANTE io (restriction de l »approvisionnement) sy ENTENTE (Fifanarahana) no ataon »ireo OPERATEURS ireo. Misaotra.

  9. · Edit

    Ireo société Pétrolière ireo mihitsy no mananaraotra satria tsy manana concurrent ry zareo dia manao izay daniny kibony,mbola fanjanahana ataony Frantsay ihany io ka mila fahasahiana ny moitondra hiady amin’ireo,maninona any aminy firenena sasany aty Afrika no mora kokoa na tsy manana pétrole trandrahana aza ry zareo?

  10. mila ialana ny fiaraha miasa am pandraraha ara tsolika vahiny ra tsy miakatra am fangatahan fanjakana zareo !! na mijery izay marimaritra iraisana ….ary ny fanjakana mila mijer vaha olana hafa mba hialana am zareo raha vita mba hananana fahaleovatena manokana am resaka fandrarana ho samy malagasy ny resaka am zay ftoana

  11. Ka iza moa no nanafoana any SOLIMA e! Izany no atoa hoe « kekerin’ny amboa kely tiana » ! kkkk Raha sahy ny fanjakàna dia roahy any reo « pérolier » reo !

  12. la solution pérenne pour ses pétroliers, c’est de créer une nouvelle société malgache importateur de carburant et cette société sera aidé SECRETEMENT par l’Etat Malagasy pour l’intérêts de tous les malgaches

  13. Je salue l’attitude courageuse de l’État ; et je la soutiens entièrement. Il est plus que temps que’ UN ETAT MALGACHE CONSIDÈRE EN PRIORITÉ LES INTÉRÊTS DE LA POPULATION MALGACHE. J’espère que parmi les hautes autorités en charge des négociations , personne n’acceptera des Euros ou des dollars de pourboire (!!!!!).

  14. Suspension des importations de carburants par les pétroliers ?
    Pour qui se prennent-ils ces corrupteurs ? Ils se prennent pour les nouveau colonisateurs, tout simplement.
    S’ils ne veulent pas s’inscrire dans le développement du pays en tenant compte du pouvoir d’achat de la population, alors qu’ils partent et retournent chez eux. Les Malagasy en ont marre de leur domination économique. Ampy izay !!
    Ceux qui veulent s’installer pour une activité économique équitable existent bel et bien.

Post Comment

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.