Conseil des Ministres Spécial : Vers le jumelage des Législatives avec le référendum constitutionnel

Jacaranda
Les électeurs seront appelés à voter deux fois le 27 mai prochain.

Le pouvoir en place confond vitesse et précipitation en projetant de jumeler les Législatives du 27 mai avec un référendum constitutionnel.

Un Conseil des Ministres spécial s’est tenu hier dans la soirée au Palais d’Iavoloha. Ledit conseil n’a pas encore pris fin au moment où nous écrivions l’article. Et puisque ces derniers temps, les communiqués des Conseils des Ministres parviennent tardivement à notre rédaction, des sources officieuses nous ont permis de savoir qu’un projet de référendum a été débattu durant le Conseil. Un projet qui, toujours d’après nos sources, consisterait à jumeler un référendum constitutionnel avec le Législatives du 27 mai prochain. Le président de la République exerce le pouvoir que lui confère l’article 162 de la Constitution qui dispose en son alinéa premier : « L’initiative de la révision (NDLR : révision de la Constitution), en cas de nécessité jugée impérieuse, appartient soit au président de la République qui statue en Conseil des Ministres, soit aux assemblées parlementaires statuant par un vote séparé à la majorité des deux tiers des membres. » Bon nombre d’observateurs s’interrogent sur les délais à respecter si ce référendum constitutionnel sera jumelé avec les Législatives du 27 mai. Quid du délai de 90 jours nécessaire pour la convocation des électeurs ? Si les Législatives du 27 mai sont maintenues, la campagne électorale pour le référendum devra débuter le 27 avril car cette campagne doit durer 30 jours.

Temps d’assimilation. A propos des délais à respecter, l’alinéa Premier de l’article 51 de la Loi organique n° 2018-008 relative au régime général des élections et des référendums prévoit : « Les collèges électoraux sont convoqués 90 jours au moins avant la date du scrutin par décret pris en Conseil de gouvernement, après consultation du projet de calendrier électoral présenté par la Commission Electorale Nationale indépendante pour tout mandat qui arrive à son terme. » Par ailleurs, le même article dispose en son alinéa 4 : « En matière de consultation référendaire, le collège électoral convoqué par décret du président de la République pris en Conseil des Ministres est appelé à se prononcer sur un projet de révision de la Constitution ou une question importante à caractère national. Dans ces deux cas, le référendum porte sur une seule matière et les questions doivent être formulées avec objectivité, clarté et précision. » Ces dernières dispositions constitutionnelles ne prévoient aucun délai pour la convocation des électeurs. Elles ne prévoient pas non plus la procédure qui confère à la CENI le pouvoir de proposer un calendrier électoral au gouvernement. Le délai de 90 jours n’est donc pas requis pour la convocation des électeurs à un référendum constitutionnel. Quoi qu’il en soit, les électeurs sont pris au dépourvu. Ils n’auront pas le temps d’assimiler les révisions sur lesquelles ils seront appelés à se prononcer le 27 mai prochain.

Faisabilité. D’après nos sources, une délégation de la CENI a été reçue par le président de la République avant le Conseil des Ministres spécial d’hier. Une occasion certainement pour ce dernier de demander l’avis de la commission électorale sur la faisabilité technique du jumelage du référendum constitutionnel avec les Législatives du 27 mai. « Sur le plan technique, la CENI n’a pas de problème. Par contre, il faut des moyens financiers pour l’organisation de ce référendum. Si le gouvernement est prêt à mettre à la disposition de la CENI ces moyens financiers, on peut jumeler les deux consultations populaires au calendrier initialement fixé. », a expliqué le vice-président de la CENI, Thierry Rakotonarivo. En tout cas, les électeurs se prononceront  sur la suppression du Sénat. Le prochain référendum permettra également au pouvoir en place de surmonter le blocage juridique à la nomination des futurs gouverneurs de région.

R. Eugène

Share This Post

8 Comments - Write a Comment

  1. NJAKA—- ataovy sérieux lekaty zalahy reto.
    Bref alao hery ary RY MALAGASY HAVANA MALALA

  2. Tokony ho fanontaniana anankiray mazava no valiana amina ENY na TSIA fa raha maromaro dia tsy voatery ho ENY daholo na TSIA daholo ny valiny.Raha tsy hoe angaha ka hiditra repoblika faha 5 indray ka hovaina manontolo ny Lalam-panorenana!

  3. Rah i MADAGASIKARA fanana’ny Mpanao POLITIKA ;dia ataovy ,fa rah mbola misy hoe vahoaka Malagasy eo dia mieritrereta tsara aloha vao manapa-kvt sao hanenenana ,fa efa be ny nanao amboletrra teto fa aiza izy izao??????

  4. Aiza ko moa no misy zvt roa samy hafa no fidina @ fotoana iray;aza mba manaonao foana,fa heverinareo ve fa tena vedrana sy farahidiny @ toe-tsaina mintsy ny Malagasy no hanaovana izay tinareo hatao eto;mandiniha tsara dieny mbola tsy tara sao hiaran’ny tsy zaka eo vao taitra ;f’efa manaoanao foana mintsy nareo zany an!!!!!!!

  5. Tsy mety ny mampiaraka ireo fifidianana roa ireo.Satria ny vahoaka Malagasy tsy afaka hifantoka @ fomba lalina zavatra roa manan-daja. Fomba fanoan’ny mpanao politika ny manao toy izay , ary ny valim-pifidianana dia efa fantatra sahady satria, tsy misy ilay fandalinanana lalina fa tonga di EWNY @ fitsampan-kevim-bahoaka, ary tonga dia ny tgv sy ny forogony satria izy no eo @ fitondrana. Mpitondra manararaotra ny fahalemen’ny vahoaka Malagasy toy izay doa tsy mendrika ny hitondra firenena fa faly fotsiny ahazo sy hijanona eo @ toerany. Antopny iray lehibe mahantgona ny fahantrantsika izany, manararaotra ny fahalemem-bahoaka izany mba ahazahoana fahefanana misimisy kokoa.
    izaop ilay efa natahorako vao nana-paka ny frantsay fa i rajoelina no atao filoha.

  6. · Edit

    Sao dia hanaonao foana indray ity fitondrana ity,resaka vola hanaovana fitsapan-kevi-bahoaka ve no tsy ho hita rehefa hita fa ilainy firenena izany ? Tokony mandray nika milamina tsara aloha mpitondra vao mandray fanapahan-kevitra fa tsy manao tandrametaka aminy fanaovan-javatra fa maro izay fanapahan-kevitra tsy ampiheverana sy tsy dia nasiana fandinihana ny hoavy izay no tsy nitondra fandrosoana eto aminy firenena ka hoentiny hoe tehanova dia manaonao fahatany,
    Resaka Gouverneur dia ataovo tahakany anareo manendry Chef de Région aloha hanendrenareo azy fa anarana fotsiny no miova e,ny asany ataoko mitovy foana ,
    Koa rehefa tafapetraka tsara ny rafitra rehetra tianareo hapetraka aloha sy hitan’ny olona fa manomboka milamina izy aminy fandriampahalemana sy asa famokarana izay ataony dia ataovo referendum tianareo hatao.

  7. J’ai toujours dis ici que la dénomination gouverneur nécessite la révision de la constitution (que je trouve unitile, c’est enfantin comme révision).
    La dissolution du sénat est en contradiction avec le premier dont l’objectif est soi-disant de mettre en place une vraie décentralisation.
    Un référendum doit porter sur une question précise et sans embiguité. Alors que là il va y avoir plusieurs questions que les électeurs doivent répondre par oui ou non. Tout le monde se pose des questions. Le délai de compréhension est trop court. On court à la catastrophe.
    un conseil, vous faites le gros erreur de votre mandat. Faites attention, hvm a eu 8% crois moi ce n’est pas une bonne idée.
    mitadiava mpanolotsaina hafa ianao président fa tsy tafa ireo mpisolelaka ireo. Tena tsy mety io

  8. CONSTITUTION ovaina izany isaky ny mahazo mandat na mahazo fahefana ingahy DJ , tena mety be , tout le monde sur la piste

Post Comment

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.