Législatives : Début de campagne dans l’indifférence de la population

Jacaranda

.

. L’indifférence a été constatée du côté des électeurs pendant la première journée de la campagne.
La campagne électorale dans le cadre des Législatives du 27 mai a débuté hier. Dans la Capitale où 12 sièges sont à pourvoir à raison de deux députés par arrondissement, la première journée d’hier a été marquée par l’indifférence de la population. La plupart des gens contactés ne connaissent pas les candidats qui se présentent dans leurs arrondissements. Cette indifférence est constatée depuis l’ouverture du délai de révision de la liste électorale qui sera définitivement arrêtée le 15 mai prochain. Pire, ce sont les partis politiques eux-mêmes qui manifestent ce désintéressement par rapport au processus électoral en cours. Ces partis politiques ne voulaient pas intégrer les Comités Locaux de Recensement Electoral (CLRE) institués au niveau des « Fokontany » dans le cadre de cette révision de la liste électorale. D’après les chiffres révélés par la CENI, seulement 10% des CLRE répartis dans l’île sont composés de représentants des partis politiques qui sont pourtant censés participer activement au processus. Durant la première journée d’hier, les candidats députés à Antananarivo ont évité les grands spectacles politiques. Ils ont choisi de descendre au niveau des « Fokontany », une approche adaptée à cette élection de proximité du 27 mai. Pour certains observateurs, si cette indifférence des électeurs persiste durant les 21 jours de la campagne électorale, on craint un taux élevé d’abstention au scrutin du 27 mai. La campagne qui vient de commencer sera clôturée le 25 mai à minuit pour que le silence électoral de 24 heures puisse être respecté.
Constat d’amélioration. Du côté de la CENI, on constate des améliorations par rapport aux dernières élections présidentielles. « Contrairement aux dernières présidentielles, on a ressenti durant la première journée d’hier l’engouement des candidats et de leurs partisans. Les contacts, la communication des candidats et de leurs représentants avec la CENI se sont également améliorés. La commission électorale a déployé des efforts pour entretenir une ambiance de travail fructueuse avec les candidats.», a expliqué le vice-président de la CENI Thierry Rakotonarivo. Avant de rajouter : « Depuis notre Indépendance, personne n’a été condamné ou sanctionné pour avoir commis une infraction contre les lois électorales. Cette fois-ci, cela ne devrait plus être le cas. Il faudra sanctionner sévèrement ceux qui enfreignent les lois électorales. » Hier, une conférence de presse s’est tenue à Alarobia. Une occasion pour la CENI de rappeler les grands principes qui doivent guider l’organisation d’une élection démocratique, juste, crédible et transparente. Une conférence de presse s’est tenue hier à Alarobia. L’accent a été particulièrement mis sur la nécessité de préserver pendant la campagne l’unité nationale et le « Fihavanana malagasy ». Le respect de la neutralité de l’Administration a été également mis en exergue. En ce qui concerne les règles régissant les manifestations sur les lieux publics, la commission électorale a rappelé qu’il faudra une déclaration préalable auprès des représentants de l’Etat territorialement compétents pour pouvoir les organiser. Cette déclaration préalable doit être déposée 48 heures avant la date de la manifestation. En cas de chevauchement des deux manifestations, il appartient aux démembrements de la CENI compétents de trancher. « Nous avons particulièrement sensibilisé les candidats sur les contentieux électoraux. », a souligné le vice-président de la CENI Thierry Rakotonarivo.
R. Eugène

L’indifférence a été constatée du côté des électeurs pendant la première journée de la campagne.

La campagne électorale dans le cadre des Législatives du 27 mai a débuté hier. Dans la Capitale où 12 sièges sont à pourvoir à raison de deux députés par arrondissement, la première journée d’hier a été marquée par l’indifférence de la population. La plupart des gens contactés ne connaissent pas les candidats qui se présentent dans leurs arrondissements. Cette indifférence est constatée depuis l’ouverture du délai de révision de la liste électorale qui sera définitivement arrêtée le 15 mai prochain. Pire, ce sont les partis politiques eux-mêmes qui manifestent ce désintéressement par rapport au processus électoral en cours. Ces partis politiques ne voulaient pas intégrer les Comités Locaux de Recensement Electoral (CLRE) institués au niveau des « Fokontany » dans le cadre de cette révision de la liste électorale. D’après les chiffres révélés par la CENI, seulement 10% des CLRE répartis dans l’île sont composés de représentants des partis politiques qui sont pourtant censés participer activement au processus. Durant la première journée d’hier, les candidats députés à Antananarivo ont évité les grands spectacles politiques. Ils ont choisi de descendre au niveau des « Fokontany », une approche adaptée à cette élection de proximité du 27 mai. Pour certains observateurs, si cette indifférence des électeurs persiste durant les 21 jours de la campagne électorale, on craint un taux élevé d’abstention au scrutin du 27 mai. La campagne qui vient de commencer sera clôturée le 25 mai à minuit pour que le silence électoral de 24 heures puisse être respecté.

Constat d’amélioration. Du côté de la CENI, on constate des améliorations par rapport aux dernières élections présidentielles. « Contrairement aux dernières présidentielles, on a ressenti durant la première journée d’hier l’engouement des candidats et de leurs partisans. Les contacts,  la communication des candidats et de leurs représentants avec la CENI se sont également améliorés. La commission électorale a déployé des efforts pour entretenir une ambiance de travail fructueuse avec les candidats.», a expliqué le vice-président de la CENI Thierry Rakotonarivo. Avant de rajouter : « Depuis notre Indépendance, personne n’a été condamné ou sanctionné pour avoir commis une infraction contre les lois électorales. Cette fois-ci, cela ne devrait plus être le cas. Il faudra sanctionner sévèrement ceux qui enfreignent les lois électorales. » Hier, une conférence de presse s’est tenue à Alarobia. Une occasion pour la CENI de rappeler les grands principes qui doivent guider l’organisation d’une élection démocratique, juste, crédible et transparente. Une conférence de presse s’est tenue hier à Alarobia. L’accent a été particulièrement mis sur la nécessité de préserver pendant la campagne l’unité nationale et le « Fihavanana malagasy ». Le respect de la neutralité de l’Administration a été également mis en exergue. En ce qui concerne les règles régissant les manifestations sur les lieux publics, la commission électorale a rappelé qu’il faudra une déclaration préalable auprès des représentants de l’Etat territorialement compétents pour pouvoir les organiser. Cette déclaration préalable doit être déposée 48 heures avant la date de la manifestation. En cas de chevauchement des deux manifestations, il appartient aux démembrements de la CENI compétents de trancher. « Nous avons particulièrement sensibilisé les candidats sur les contentieux électoraux. », a souligné le vice-président de la CENI Thierry Rakotonarivo.

R. Eugène

Share This Post

Post Comment

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.