Contrat de performance : Vers la retouche du gouvernement après les Législatives

Jacaranda
La configuration de la future Assemblée nationale déterminera la composition du futur gouvernement.

Des changements pourraient être opérés au sein de l’actuelle équipe gouvernementale avant l’expiration du délai d’un an initialement accordé aux ministres.

La panique dans le gouvernement. C’est le moins qu’on puisse dire depuis la présentation par le président de la République Andry Rajoelina des réalisations de 100 jours de son régime. On apprend actuellement que nombreux sont les ministres qui ont du mal à dresser la liste des réalisations convaincantes au niveau de leurs départements respectifs. Ces derniers temps, des membres du gouvernement se précipitent à organiser des conférences de presse pour dire qu’ils ont travaillé depuis qu’ils sont là. A rappeler que les membres de l’actuel gouvernement sont liés par un contrat de performance ou un contrat-programme matérialisé par une lettre de mandat que le président de la République leur a donnée le 03 avril 2019. Lors de la mise en place de cette équipe gouvernementale, le chef de l’Etat a déclaré qu’ils auront six mois ou un an pour faire preuve de leur compétence, de leur efficacité et surtout de leur efficience en cette période où l’Etat semble confronté à des difficultés financières qui constituent un obstacle majeur à la mise en œuvre de ses grands projets de développement.

Majorité parlementaire. Mais à l’allure où évolue la situation, le délai d’appréciation des réalisations des membres du gouvernement serait écourté. Une occasion pour le président de la République de redorer son image après les critiques et les polémiques dont son régime est la cible ces derniers temps. Des critiques et des polémiques relatives entre autres à l’annulation du référendum constitutionnel, à l’insécurité, au délestage qui continue de sévir dans certaines parties de l’île dont Antananarivo, aux prix de carburant, à l’effectivité de la hausse à 200.000 Ar du SMIG , et aux pressions exercées sur des agents de l’Etat en cette période de campagne électorale. Par ailleurs, force est d’admettre que l’évaluation de la performance des membres du gouvernement coïncide avec la mise en place de la nouvelle Assemblée nationale. Une majorité parlementaire sortira des Législatives du 27 mai. Cette majorité aura ses mots à dire sur la composition du futur gouvernement tant que l’article 54 de la Constitution reste en vigueur. Cet article 54 de la loi fondamentale dispose en son alinéa premier : « Le président de la République nomme le Premier ministre, présenté par le parti ou le groupe de partis majoritaire à l’Assemblée nationale. »

Contraintes politiques et ethniques. Dans son discours lors de la présentation de son bilan de 100 jours, le président de la République, qui voulait aller très vite dans la mise en œuvre de son « Velirano », voulait faire comprendre que, la formation de l’actuel gouvernement a été confrontée à des contraintes politiques, voire ethniques. Il a révélé ces contraintes lorsqu’il a parlé des « Merina » et des « côtiers ». A l’entendre, il n’a pas pu outrepasser ces contraintes lors de la formation du premier gouvernement de son quinquennat. Le critère de compétence n’aurait pas primé sur ces critères politiques et ethniques. Après les Législatives du 27 mai, le contexte ne sera plus le même qu’il y a trois mois. En tout cas, force est de rappeler que l’actuelle équipe gouvernementale est en général composée de trois catégories des membres. Il y a ceux qui sont nommés ministres parce qu’ils ont été proposés par les autres formations politiques qui ont soutenu Andry Rajoelina aux dernières Présidentielles. Il y a aussi ceux qui ont été récompensés pour leur fidélité aux causes défendues depuis 2009 par Andry Rajoelina. Et il y a ceux qui ont participé à l’élaboration des programmes de l’IEM.

R. Eugène

Blueline Air Fiber

Share This Post

6 Comments - Write a Comment

  1. Ka io problème io anie misy foana e. Ny tokony hatao dia ny decentralisation effective, izany hoe asiana gouvernement isaky ny faritra (ahena io 22, 23 io fa be loatra), dia @ izay samy afa-po daholo ny olona. Zanak’i Fianarantsoa ohatra no ministra any Betsileo, Antakarana no atao ministra any avaratra, dia toy izay hatrany hatrany. Le fomba fijery dia tsy natao hoe hanavakavaka fa samy mba saropiaro @ fandrosoan’ny faritra niaviany, ary miezaka tsy mikely soroka na eo fampianaran-jaza, na eo @ recyclage izay tokony hatao. @ izay raha sanatria alaimpanahy hanao détournement, dia mamotika ny taranaka sy ny faritra mihintsy ary tonga dia hitany mihantra @ aina ny voka-dratsin’ny tsy mety hatao. Fa raha mbola tohizana izao, dia hiady ny quota daholo ny rehetra, manomboka any @ toerana directeur io, tonga hatrany @ PM. Korontana foana no hitranga ary hampiemotra ny firenena. Indrisy mantsy fa tsy nankatoavin’ny HCC ilay fikasan’i Filohantsika, dia samy eto foana isika. Hevitra atsipy iny fa isika rehetra no mandinika.

  2. La structure du gouvernement change au fur et à mesure, et c’est une nécessité car la qualité humaine est un atout pour avoir une bonne visibilité pour l’avenir de Madagascar, en tous cas , le présidant ne travaillera pas avec des opposant concernant les projets qu’il a mis en exergue.

  3. @RALAKO

    Il faut continuer donc avec Tinoka Roberto qui a eu maille avec la justice ? Ravokatra à qui on a confié la gestion des richesses minières et dont on doute sa compétence et sa poigne déjà dans l’affaire Base Tuléar ? A ce rythme dans 5 ans les bailleurs de fonds traditionnels feront toujours la pluie et le beau temps …

  4. Cette équipe gouvernentale est bonne.Continuons avec..

  5. tsy maintsy isy ny fiovana am ireo ekipa hanao ny asa papandrosoana satria ny 6 volana voalohany oan filoha efa mazava fa ijerena ireo izay mavita manova aingana sy hanala ny fototra mapahantra ny firenena !!

  6.  » ça lui ressemble » Ra-Eugene et ses plumes de ZD . Au contraire du contenu de cet article l’équilibre régional n’est pas du tout respecté lors de la formation de ce gouvernement . L’élite côtière existe et elle n’est pas plus « dondrona » ! Tout comme pendant le règne de Ravalomanana les sphères du pouvoir sont désagréablement « unicolores » rien qu’à voir le staff de la présidence à la seule différence gênante Rajoelina a été élu par l’électorat des provinces .

Post Comment

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.