En finir avec les inondations à Tanà : Haro sur les remblais, de nouvelles infrastructures opérationnelles                  

Jacaranda
Il faut résoudre rapidement les problèmes d’évacuation d’eaux pour éviter l’inondation de la ville d’Antananarivo, selon le ministre Hajo Andrianainarivelo.

L’inondation de la ville d’Antananarivo devrait être évitée durant la prochaine saison de pluies. Le ministre Hajo Andrianainarivelo a fait une descente sur terrain hier, pour constater de visu le fonctionnement des infrastructures d’assainissement.

Des stations de pompage et des pelles antirefoulement ! Ce sont les infrastructures réceptionnées officiellement hier, par une délégation conduite par le ministre de l’Aménagement, de l’Habitat et des Travaux Publics, Hajo Andrianainarivelo. En effet, si la ville d’Antananarivo est inondée à chaque période de pluies, c’est bien à cause des problèmes d’évacuation d’eaux. « Certaines stations de pompage, à l’exemple de celle d’Ambodimita, ont déjà été gérées par l’APIPA (Autorité pour la protection contre les inondations de la plaine d’Antananarivo). D’autres gérées par le SAMVA (Service autonome de maintenance de la ville d’Antananarivo) n’ont pas pu fonctionner correctement à cause de problèmes liés à des retards de paiement de salaires du personnel, ou sinon de factures de la Jirama, etc. De ce fait, l’Etat a décidé de transférer la gestion de ces cinq stations nouvellement réhabilitées, à l’APIPA qui dispose des moyens pour les faire fonctionner. Il s’agit des stations de pompage d’Anatihazo Isotry, Cité Ampefiloha, Cité Ambodinisotry et Cité des 67ha. Des pelles antirefoulement ont également été mises en place, dans le cadre du PIAA (Projet intégré d’assainissement d’Antananarivo) financé par l’AFD (Agence française de développement) », a déclaré le ministre, lors de sa descente sur terrain.

Mesures urgentes. Certes, le Gouvernement compte résoudre une bonne fois pour toute, le problème d’inondation à Antananarivo. Selon le ministre Hajo Andrianainarivelo, la ville a besoin d’un réservoir de 15 millions de mètres cube – un bassin tampon comme le Marais  Masay – pour stocker les excédents d’eau de pluies durant leur évacuation. « Grâce à cette descente sur terrain, nous avons également vu avec nos techniciens les mesures à prendre. Des infrastructures routières sont en cours de construction et il faut éviter que ces nouvelles routes engendrent des problèmes d’évacuation d’eaux usées ou d’eaux de pluies. Le Gouvernement a déjà ordonné la suspension de tout remblayage dans plusieurs zones comme à Ambohimangakely ou à Ambodimita. Des infrastructures d’assainissement seront également construites. Avec le projet TATOM, par exemple, nous avons déjà fixé la mise en place d’un nouveau bassin tampon, dans le cadre du Plan d’aménagement de la ville d’Antananarivo. En ce qui concerne le PIAA, nous concoctons déjà la deuxième phase. Cette descente sur terrain vise également à constater les réels besoins et les possibilités d’embellissement de la ville. Si actuellement, les eaux usées sont déversées directement dans l’Ikopa, nous allons mettre en place une station d’épuration, pour que le fleuve ne soit pas pollué. La zone d’installation est déjà identifiée », a indiqué le ministre. Bref, le changement est en cours. D’après la délégation ministérielle, des descentes sur terrain se feront également dans les autres régions du pays. Pour le ministre Hajo Andrianainarivelo, un projet bien conçu ne peut se faire en restant au bureau. D’après ses dires, les techniciens doivent concevoir les meilleurs projets, car les partenaires sont déjà prêts à financer.

Antsa R.

Share This Post

8 Comments - Write a Comment

  1. @ SHALOM

    Tanamasoandro est un projet bien ficelé dans les règles de l’art . Les remblais sont des étapes structurelles en toute transparence ( financements et expropriations indemnisées ) avec des études préalables costauds . Contrairement à l’AUTRE avec les remblais pour ne citer qu’ Andohatapenaka et les méthodes de voyous style  » raha mbola misy hafa any dia ho halaiko  » .. Sa chute en 2009 fut ainsi inéluctable …

  2. Ce que beaucoup de malgaches ne sachent pas que la grande majorité des grandes villes du monde se trouvent sur des zones inondables Mais leurs dirigeants savent maitriser l’eau depuis les nuits des temps. Le problème pour Madagascar c’est qu’ il n’y a pas de véritables assainissement des eaux usées. Les canalisations sont vétustes et ne répondent plus au nombre des habitants

  3. Et le remblayage de Betsimitatatra (Ambohitrimanjaka) en vue de ce fameux tanamasoandro? Personne n’en parle

  4. Il faut étudier l’histoire des expansions des villes de par le monde. Tôt ou tard cette plaine d’Antananarivo surtout la rive droite est vouée à être remblayée pour le besoin de la population à moins qu’on va créer des villes nouvelles tout autour d’Antananarivo (Ilafy-Ambohimailala,Betsizaraina,Antsahamarofoza,Sabotsy-Namehana,Ambohimanga,Ambodifasina-Ambatolampy,Anjomakely-Imerimandroso,Fiakarana-Ivato,Anosimanjaka-Ampangabe,Ambohijafy-Fenoarivo,Alatsinainy-Antsahadinta,Ambatofotsy,Ambohijanaka-Alasora,Ambohimanambola-Anjeva-Ambohimalaza) Alors là on peut préserver la plaine d’Antananarivo pour la culture (vivrière et intellectuelle). De plus il y a à mettre en place un vrai plan d’urbanisme établi par les vrais urbanistes soucieux des intérêts de la population et de la nation. Et tout cela ne se fait que par le travail. Alors il faut créer ce travail par le peuple. A quand les grands travaux préconisés par Keynes,grands travaux (routes,barrages,canaux d’irrigation…) créateurs d’emplois. Et le financement de tout ceci? dites-vous. C’est en partie le rôle de l’Etat et de nos intellectuels. Il faut prendre l’argent là où il est,il faut le chercher où il est. Où ? Chez les commerçants qui font de gros bénéfices et qui volent l’Etat avec leurs fausses déclarations,les gros investisseurs qui cachent leurs béné derriières les grosses constructions,villas….et qui ne déclarent rien et ne paient pas de taxes foncières , auprès des propriétaires de grosses voitures qui n’ont pas déclarés leurs revenus justifiants de telles acquisitions etc…Les ressources ne manquent pas si l’Etat veut bien acquérir les moyents. A bon entendeur salut

  5. @ BRANDON

    Tu as oublié les tentatives de remblai sur une partie de Marais Masay BABAKOTO BAC-10 ? Lalao Ravalomanana et un Karana étaient les auteurs en flagrant délit , le dossier est sous les manteaux au Bianco . Alors arrête de divaguer après les mauvaises herbes que tu fumes et prouve le contraire si tu es capable ! RaLOTOnirainy va t’enc….!

  6. M.BRANDON, il suffit de regarder dans les médias en quelles années le remblayage a été accéléré et de voir sous quel gouvernement et la réponse vous l’aurez.

  7. Ce n’est pas la première fois qu’on « PREND A BRAS LE CORPS », comme disent POMPEUSEMENT les »journalistes » vantards qui se reconnaissent (avec en place des mêmes têtes par ancienneté de techniciens inefficaces…)
    de ces problèmes d’Assainisement et d’Inondation D’ANTANANARIVO surtout lors des saisons de pluies.
    Le roi Andrianampoinimerina, qui n’avait pas de diplômes de « techniciens aménageurs » avait non seulement compris, mais avait ordonné, malgré peut être les fanenjehana ( comme actuellement) des aménagements GENIAUX!
    Et quelques exemples? Il y a eu Anosy qui recevait les eux du versant ouest, et le cours d’eau vers Masay pour le versant Ouest de la Colline d’Antantananarivo Analamanga.
    Et donc c’est le BASSIN D’ACCUMULATION, qui comme son nom l’indique, accumule sur le Betsimitatatra, non seulement pour les rizières, pour les vivres des Antananariviens , mais pour empêcher que le trop d’eau ne s’invite pas sous leur lit dans la maison (!),
    par ce que des Karana, avec des malheureux bacchihchs de quelques mille Ariary, octroyés et vite dépensés,
    et aussi des Malgaches, PARVENUS olonambony, accaparent les terres des ancêtres des vrais Antananariviens ,appauvris depuis…et REMBLAYENT
    LES NUITS TOMBEES des plans d’eaux , dont la fonction même étaient de retenir l’eau de pluie du Bon Dieu, le temps qu’elle s’écoule normalement et naturellement dans la nappe phréatique, qui par la suite servira d’EAU A BOIRE pour le lac type Mandroseza (actuellement SOUILLÉ par des nouveaux venus d’on ne sait où qui y construisent effrontément et avec arrogance du fait de leur « puissance de nouveaux NOMMÉS ou soi disant « élus »!
    Il y avait même un vrai élu de Tana, voulant réagir qui a failli y laisser sa vie attaqué par ces sbires de remblayeurs de nuit!
    Alors RÉAGISSEZ AVANT QUE TANA NE SERA PLUS TANA POUR VOS ENFANTS PLUS TARD.

  8. Mais qui a donné les autorisations de remblai au karana et aux chinois ?
    Il faut donner les dossiers au Bianco.

Post Comment

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.