Assainissement de la gestion du patrimoine de l’Etat : Les anciens premiers ministres et chefs d’institution invités à remettre les clés de leur résidence de fonction

Jacaranda
L’ancien PM Omer Beriziky a donné le bon exemple, en signant en toute bonne volonté le procès-verbal de remise des clés de sa résidence

Les anciens Premiers ministres  invités à remettre les clés              

Le ministère de l’Economie et des Finances  poursuit les réformes dans la gestion du patrimoine de l’Etat. La bonne gouvernance est de mise.

« Pendant les six mois qui suivent la cessation de son mandat, l’ancien chef d’institution continue de bénéficier  des indemnités liées à ses fonctions et des avantages dont la liste est exhaustivement énumérée à l’article 4 du présent décret ». C’est ce que stipule l’article 3 du décret N°2016-075  déterminant les droits et avantages attribués aux anciens chefs d’institution.

Geste patriotique. Parmi ces avantages figure la jouissance d’une résidence décente. Mais la disposition  n’a jamais été appliquée jusqu’à présent, puisque, pour ne citer que le cas des anciens Premiers ministres qui se sont succédés, ils ont occupé et continuent d’occuper leur résidence de fonction plusieurs années après la fin de leur mandat.  Monja Roindefo est toujours  dans la villa ministérielle d’Ampasanisadoda, Jean Ravelonarivo est encore dans la résidence  d’Ambohibao tandis que Camille Vital occupe toujours le domaine d’Ivandry. Quant au Premier ministre Omer Beriziky, il vient de remettre, hier les clés de sa résidence sur la Route circulaire. Une remise de clés en bonne et due forme entre  les mains des responsables de la Direction du Patrimoine de l’Etat qui relève du ministère de  l’Economie et des Finances, le département en charge des biens de l’Etat. Et si l’ancien PM a fait preuve d’un geste patriotique en remettant les clés sans poser des problèmes, la Direction du Patrimoine de l’Etat a quant à elle, démontré qu’on peut assainir la gestion des biens publics sans verser dans le forcing.

Bonne gouvernance. Faut-il en effet rappeler que cette initiative du ministère de l’Economie et des Finances fait suite à la décision du gouvernement d’assainir la gestion du patrimoine de  l’Etat. Et ce, conformément aux législations en vigueur qui limitent dans les temps les avantages accordés aux anciens chefs d’institution à l’exception des anciens Présidents de la République et des Chefs de l’Etat.  Outre la jouissance d’une résidence décente ces avantages sont notamment constitués de la prise en charge par l’Etat des dépenses en eau, électricité, et téléphone de  ladite résidence dont un numéro fixe et un numéro mobile ;  la mise à disposition de deux véhicules de représentation, de deux chauffeurs, de trois gens de maison et de deux gardes du corps issus des forces de l’ordre ; le droit aux passeports diplomatiques conformément aux dispositions légales et réglementaires en vigueur.  En somme, si  le  ministère de l’Economie et des Finances décide enfin de faire appliquer  les législations, c’est avant tout par un souci de bonne gouvernance et de meilleure gestion des biens et des finances publiques , car si l’Etat continue à financer éternellement les avantages des anciens chefs d’institution, cela provoquera des dépenses supplémentaires et pas forcément justifiées.

Souplesse et compréhension. C’est d’ailleurs en parfaite compréhension de cette position de l’administration que l’ancien Premier ministre a accepté cette « invitation » à remettre les clés de sa résidence. Il n’a d’ailleurs pas manqué de remercier le ministre de l’Economie et des Finances, Richard Randriamandrato, d’avoir fait preuve  de souplesse et de compréhension dans cette démarche. Il a, en effet bénéficié d’un délai de grâce de trois mois après  la prise de décision de remise des clés initiée par la Direction du Patrimoine de l’Etat. Un  bon geste, en somme de la part de cet ancien Premier ministre consensuel nommé en 2011.  En effet, même s’il est resté pendant 7 ans et demi dans cette résidence, au lieu des 6 mois prévus par la loi, Omer Beriziky n’a pas fait des siens pour remettre les clés. En bon raimandreny, il n’a pas manqué  de donner sa bénédiction aux responsables de la Direction du Patrimoine de l’Etat dans leur mission d’assainir la gestion des biens publics. « Ces biens méritent d’être bien gérés et entretenus »,  a-t-il déclaré pendant la simple mais très significative cérémonie de remise des clés. Un exemple à suivre.

R.Edmond.

Share This Post

7 Comments - Write a Comment

  1. tokony hasiana lalàna hoe rehefa tapitra ny fotoana hiasana dia enimbolana aorian’io dia halohan’nizay mbola mipetraka ao na ny hofantrano na ireo lany rehetra tao ohatra ny jiro ny rano

  2. Tsy mba menatra ve ianareo izay tokony hanome exemple no midongy tsy mamerina ny fananam bahoaka. Vahoaka tena sahirana etsy andaniny. Mba mieritrereta ré ry zareo !
    Amiko ireo maka ny vola mpanjakana na mamilivily izany na
    mangalatra dia oatrin’ny maka n’y anjaram bary ireo olona efa zara fa mihinana… Tena mahamenatra!

  3. Ary ilay nataon’ny RATSIRAHONANA momba ireo tranompanjakana mba ahoana??

  4. Ireo olona mba natao Praiminisitra mihitsy no tena tsy misy fotony.
    Praiminisitra ve ianao dia trongisina amin’ny bulldozer vao miala tao ? Tsy mila miandry ny fampiharana ny Lalàna akory ny amin’izany. Sa saika ho bakoin-dry zareo koa ny tranom-panjakana ? “Izy Rehetra Dahalo” (IRD) daholo angaha moa ireo fa tena tsy haiko ?

  5. Le mec il rend son appart 7 ans après au lieu de 6 mois et il faudrait le remercier en plus … tous des crevards

  6. · Edit

    Samy manana ny fahadisoany ny Fanjakana nifandimby teo satria maninona tsy nampiharina ny lalana ary tsy nahatsapa tena ny nampiasa ny fananam-panjakana ka namerina izany tao anaty fepotoana voalazan’ny lalana manakery.

    Izany no tsy mampety ny fitantanandrahara eto amintsika Malagasy satria ny ataon’ireo Olombe ireo no tahafin’ny vahoaka.

    Il faut toujours veiller au respect du principe de l’exemplarité car l’exemple vient d’en haut. Un de ces anciens premiers ministres l’a dit pendant son discours quant il était au pouvoir.

    Hoy ny ray amandreny be iray izay koa hoe: “ny fitondrampanjakana toy ny bokotra akanjo, raha mivarila ny any ambony dia manao toy izany koa ny aty ambany.

    A méditer. Ho saintsainina

  7. 7 ans et demi après, il était temps.

Post Comment

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.