1.600 milliards Ar d’arriérés de la JIRAMA : Hausse des tarifs en vue pour les grands consommateurs

Jacaranda

Pour son redressement, la Jirama mise sur l’amélioration de la performance, l’augmentation des revenus tarifaires, et la renégociation des grands contrats permettant de maximiser l’impact de l’investissement dans les grands projets.

On peut parler de progrès si l’on se réfère aux petits problèmes d’approvisionnement en eau et électricité, résolus par la Jirama en un délai de moins en moins long. Mais au niveau financier, sa situation est très critique. Selon le rapport de la Banque Mondiale, la société d’Etat a accumulé des arriérés de plus de 1.600 milliards d’Ariary, au 30 juin 2019. « Les revenus tarifaires n’ont permis de couvrir que la moitié des coûts. Le coût moyen opérationnel était de 983 Ar par kWh, alors que le tarif moyen était de 516 Ar par kWh. La JIRAMA a perdu 290 milliards d’Ar en 2018, malgré une subvention de 315 milliards Ar. Sans intervention rapide, le déficit de l’entreprise va se creuser, et les pertes annuelles culmineront à près de -1 400 milliards Ar en 2025 », ont évoqué les représentants de l’institution de Bretton Woods.

Performance. Avec des améliorations dans la gestion, la JIRAMA peut économiser jusqu’à 366 milliards Ar par an en moyenne entre 2020 et 2030, selon la Banque Mondiale. Cependant, ces améliorations seules ne permettent pas à la société d’atteindre son équilibre financier. En effet, des actions permettant d’améliorer la qualité de service, et de résorber un tiers du déficit de la JIRAMA sont déjà en cours, notamment avec le Projet d’Amélioration de la Gouvernance et des Operations dans le Secteur de l’Electricité (PAGOSE), financé par la Banque Mondiale. Les actions menées dans ce cadre, incluent la lutte contre les fraudes et les détournements, l’optimisation de la production dans les centres isolés, la baisse des coûts unitaires de carburant, la lutte contre les pertes techniques, et l’amélioration du service client, notamment par la dématérialisation du système de paiement.

Hausse des tarifs. L’augmentation des revenus tarifaires protégeant les consommateurs les plus fragiles est également une alternative permettant de combler les deux tiers du déficit restant et assurer l’équilibre à la fin de l’année 2025, selon l’étude de la Banque Mondiale. « La structure tarifaire actuelle, avec un tarif moyen couvrant la moitié des coûts, bénéficie avant tout aux grands consommateurs. L’équilibre financier peut être atteint en ramenant le tarif moyen au niveau de l’année 2008 en termes réels. L’étude d’optimisation tarifaire, en cours de réalisation et financée par PAGOSE, déterminera comment protéger les ménages les plus fragiles et préserver la compétitivité des entreprises malgaches, par exemple avec des mesures d’accompagnement comme l’efficacité énergétique. Cette augmentation des revenus est justifiée si la JIRAMA assure une qualité de service supérieure », ont indiqué les spécialistes. Selon les explications, l’augmentation des revenus tarifaires devra être progressive, selon les explications, permettant ainsi la réduction progressive des subventions.

Grands contrats. Du côté des contrats avec les fournisseurs de la JIRAMA, une renégociation fructueuse permettrait à la société d’Etat d’économiser 193 milliards Ar par an entre 2020 et 2030, soit autant de subvention que le Gouvernement n’aura pas besoin de verser. Le Gouvernement pourra mobiliser les fonds économisés sur d’autres secteurs critiques pour l’émergence de Madagascar, tels que la santé, l’éducation, ou le transport. Par ailleurs, la Banque Mondiale a soutenu que la JIRAMA doit être responsable devant ses consommateurs, les citoyens, et assurer l’équité, notamment par l’optimisation tarifaire. En outre, le Gouvernement reconnait que le déficit de la JIRAMA sera comblé par une combinaison d’optimisation tarifaire visant à augmenter les revenus, et baisser la subvention. Enfin, dans le cadre des réformes, les passations de marchés seront réalisées de manière transparente, structurée, concurrentielle, et selon le Plan de Développement à Moindre Coût, financé par la Banque mondiale. Selon cette dernière, les décisions d’investissement dans les grands projets seront fondées sur des considérations purement économiques.

Antsa R.

Share This Post

11 Comments - Write a Comment

  1. MARC
     » Le premier non payeur de la JIRAMA c’est Marc RAVALOMANANA », « 100 milliards FMG »:

    S.V.P. veuillez énoncer des sources fiables pour vos propos.

  2. MARC: Marc Ravlomamanana -> « arriérés pour les factures de la JIRAMA »? Citez SVP vos sources de manière claire et concise.

  3. Ou est passé raLita, on ne parle pas la bouche pleine

  4. BRANDON

    Vous rigolez ? Le premier non payeur de la JIRAMA c’est Marc RAVALOMANANA . Il doit combien d’arriérés pour les factures de la JIRAMA de l’industrie AAA TIKO d’Andranomalenatra ? Retenez votre souffle 100 milliards FMG alors ARRETEZ DE DELIRER SUR LES INDOSTRIA HALATRA DU MPANANGANA FA TSY MPANDRAVA !

  5. Il faut d’abord que l’État paie ses arriérés à la Jirama.
    Ensuite, il faut arrêter d’enrichir les Malagasy qui portent des noms comme Razirhoussen Abidaly et autres Fatsouraly et qui ont passé des contrats léonins avec la Jirama. Cela permettra aux Karana, Chinois et autres Vazaha vendeurs de brèdes, habitant les quartiers de Bekiraro, d’Andavamamba et autres ambany Tanàna de voir le montant de leurs factures diminuer sensiblement.

  6. Il faut d’abord que l’Etat paie ses arriérés.

  7. Io indray ry zalahy mpanasa atidoha amin’ny chiffre. Itantarana an’ireo izahay dia mino mafy izay voalaza. I
    zahay rahateo tsy nahita ny sora-bola na dia ariary aza. Ny ampahantra ny Malagasy no tanjona. Mazava be izany. Asan-devoly tsotra izao ny fampiakarana ny vidin’entana, ny vidin’ny solika, ny vidin’ny jiro sy rano. Tsy sahy intsony ny hanao delestage dia nitady fika hafa indray handemena ny sain’ny olona. Miala tsiny fa hevitry ny Taona faharoa io (Sekoly Fanabeazana Fototra). Lazao koa ny fanasana atidoha manaraka.

  8. pardon, un grave oubli: utilisant rationnellement nos richesses minières comme mr rajoelina en avait intention et annoncé lors de sa propagande à l’élection présidentielle(c’est ce qui a booster ses « vato :velirano,rano mikoriana ambony vato,tody fa tsy voatsetsitra »dirait un fan,

  9. en exploitant et utilisant rationnelement(fifty fifty pas moins) et foncer sur la construction de barrages hydrauélectriques et en parallèle un vrai reboisement pour préserver et augmenter les reserves d’eau des sources,la jirama pourra vendre le kwh à un prix très bas pour ne pas dire symbolique. Pas de carburant,pas de fumée. Un technicien a pensé que pour éviter la perte d’eau il peut être envisager la construction d’un barrage de captage en aval et par pompage, refouler les eaux vers le barrage en amont.

  10. Aza mampihomehy !!!!! ny délestage nandritra ny taona maro , nihena ny consommation n’ny vahoaka kanefa izy nandoa ny facture tsy miova hatrany feno tahaka ny tsy misy délestage , de nankaiza izany ny vola ???

  11. Mais Les Gros Consommateurs sont les Institutions, les Ministères et autres qui ne sont pas comptabilisés nous sommes dans l’ère de ne pas se permettre de tout pourquoi on ne réajuste pas aussi les avantages des dirigeants et de ceux qui ayant droit à une limite minimale et au-delà on les facture . Nous avons parlé qu’il y a des branchements illicites or où en est-on qu’est ce qu’on a fait pour délimiter et éliminer tout cela.Puisque ce soi disant hausses pour les gros consommateurs ira aussi un de ces quatre sur les moyens et ensuite sur les petits consommateurs

Post Comment

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.