2020 : Une année décisive pour le régime

Andry Rajoelina est attendu au tournant. Le délai de grâce prend bientôt fin. Le changement doit être palpable dès l’année prochaine. 

Le président Andry Rajoelina entame la première année de son mandat dans quelques semaines. A la  mi-janvier, le Chef de l’Etat présentera certainement le bilan de sa première année à la tête du pays. Comme ce fut le cas lors de son centième jour de pouvoir, où il a présenté ses réalisations lors d’une cérémonie officielle qui s’est déroulée au Palais des Sports de Mahamasina. Pour le moment, le régime est encore dans une période de délai de grâce, où l’opinion publique lui accorde une certaine clémence. Raison pour laquelle les « Zanak’i Dada », qui se sont positionnés en opposition officielle, et qui ne cessent de lancer des critiques virulentes contre tous les faits et gestes des tenants du pouvoir, ne bénéficient ni d’une légitimité, ni d’une crédibilité vis-à-vis de l’opinion publique. Ce qui est plus ou moins normal puisqu’en un an, il est difficile de faire un jugement objectif sur l’efficacité ou l’inefficacité d’un régime. 

Délai de grâce. Quoiqu’il en soit, cette année 2020 sera une année décisive pour Andry Rajoelina et son régime. L’actuel homme fort du pays est attendu au tournant. Le délai de grâce ayant pris fin, il est désormais temps de passer aux choses sérieuses. Le « TGV » doit impérativement enclencher la vitesse supérieure. Le changement annoncé et les projets structurants inscrits dans ses « Velirano » doivent être constatés sur le terrain. Les Malgaches attendent une véritable amélioration dans leur vie quotidienne. Il est également temps que les infrastructures, dont la cérémonie de pose de premières pierres a eu lieu tout au long de l’année 2019 aux quatre coins de l’île, soient terminées et que leurs réalisations puissent être visibles à l’œil nu. 

Projets d’envergure. En effet, cette année, le Chef de l’Etat a donné le coup d’envoi de nombreux projets d’envergure qui devraient être finalisés en 2020. Pour ne citer que les travaux de réhabilitation et de bitumage de la RN5A reliant Ambilobe – Vohémar, la RN44 reliant Moramanga – Ambatondrazaka, la RN3A, le lancement des travaux de reconstruction du Rova de Manjakamiadana, la construction de l’Académie Nationale des Arts et de la Culture à Ambohitsorohitra, la construction de 38 buildings à Ivato, la construction de l’autoroute de 4 voies et de la voie rapide reliant le Bord de Toamasina et la RN2, ainsi que la réhabilitation et le dragage du Canal des Pangalanes. L’année écoulée a également été marquée par le lancement des travaux de construction de 33 stades « manara-penitra » à travers la Grande île, ainsi que la construction de plusieurs EPP et CEG manara-penitra ». 

Sécurité. En ce qui concerne la lutte contre l’insécurité, l’on constate une nette amélioration depuis le début du premier quinquennat d’Andry Rajoelina. Le nombre des kidnappings et des attaques à main armée a fortement diminué. Il faut reconnaître que la paix et la sécurité constituent une priorité pour le régime en place. Au mois de juin, juste avant la célébration de la fête nationale, le chef de l’Etat a remis à l’Armée, à la Gendarmerie et à la Police nationale, un avion de transport de troupes de type CASA, cinq avions légers de type CESSNA, des hélicoptères et une centaine de véhicules 4×4. Il a aussi fait le déplacement dans des zones rouges en matière de vols de bovidés pour installer les Zones Rurales Prioritaires de Sécurité (ZRPS), afin de renforcer le combat contre les « dahalo ».  

Délestages. Pour 2020, le régime « Orange » est surtout attendu au tournant à propos notamment des problèmes sociaux. Qu’en est-il par exemple des délestages et des problèmes d’approvisionnement en eau dans la capitale et au niveau de plusieurs villes du pays ? Durant la campagne électorale, Andry Rajoelina s’est engagé à installer au pays des centrales solaires afin d’augmenter la capacité de production en énergie. Dans ce sens, des accords ont déjà été signés avec des partenaires techniques et financiers comme la Banque Africaine de Développement. Au début de son mandat, le numéro Un d’Iavoloha a lancé les travaux d’installation d’un pipeline de 225 km pour l’approvisionnement en eau potable à Beloha Androy et d’un pipeline reliant Ampotaka – Tsihombe – Faux Cap. Un site de forage a également été instauré dans plusieurs districts, notamment à Ankililoaka Toliara. Toujours dans le cadre de l’approvisionnement en eau potable, plusieurs villes ont également bénéficié d’un centre d’épuration d’eau. Il convient de citer aussi les programmes innovants que Andry Rajoelina a pu réaliser en un an de pouvoir dans le domaine de l’éducation. Pour ne citer que la distribution d’un nouveau « Rakibolana » et la distribution de tablettes pour les élèves qui vont passer les examens officiels.  

Promesses présidentielles. Il faut reconnaître toutefois que le développement d’un pays ne se fait pas en un an. Parfois, la durée des travaux peut durer jusqu’à deux ans et demi, voire trois ans. Mais pour 2020, le régime Rajoelina est obligé de fournir tous les efforts pour que les promesses présidentielles puissent être palpables. « Quantifiables et mesurables », comme le martèle à chaque fois le président de la République. Dès le mois de janvier, ce dernier devra trouver les personnes capables de l’accompagner dans la mise en œuvre de ses « Velirano ». Il ne devrait plus y avoir de place pour les tergiversations. D’ailleurs, dans les jours qui viennent, le Gouvernement Ntsay Christian va passer à l’évaluation, car le contrat-programme d’un an que les ministres ont signé lors de leur nomination expire au mois de janvier. Le régime doit aussi faire preuve de plus de fermeté pour faire face à ses détracteurs qui œuvrent et manœuvrent pour empêcher la mise en œuvre de certains projets. Comme c’est le cas pour le projet Tana-Masoandro où des politiciens provoquent l’Etat et incitent des riverains à bloquer le projet. Partout dans le monde, un projet de cette envergure rencontre toujours des problèmes, mais l’Etat doit utiliser son autorité pour assouvir les intérêts de la majorité. En tout cas, le budget pour la mise en œuvre des promesses de campagne d’Andry Rajoelina est déjà inscrit dans la Loi des Finances Initiale 2020. Si le changement annoncé n’est pas constaté dans les mois à venir, l’année 2020 risque d’être difficile pour le régime.

Davis R

Suivez-nous aussi sur Facebook

Partager cette publication

4 Commentaires - Ecrire un commentaire

  1. Dans le pays du mora mora, ceux qui se fait en 100j s’exécutent en 300j.

  2. Eh bien, vous avez tort de dire 100jours ou 365 jours car ceux qui ont élu le président actuel en place l’ont mis en place pour 5ans
    Tous les autres qui ont perdu les élections doivent attendre encore 4 ans pour pouvoir critiquer voire descendre légitimement (ou féliciter 😜) l’actuel président et son équipe du gouvernement par rapport aux promesses faites.

  3. Une année chaotique , qui ose dire que ça va dans ce pays ????? Iza no sahy milaza fa mety izao zavatra iainan’ny Malagasy izao ???? Iza no sahy milaza fa miahy ny Malagasy io fitondrana io ???? Dia mbola ho sahy ihany ve io olona io hilaza fa positif ny bilan -ny !!!!

  4. Le delai de grace a deja pris fin. Il est de 100 jours apres la prise de fonction non 365 jours.

Poster un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.