Perquisition de la maison d’un journaliste : Harifidy Ramanandraibe soupçonné de détention d’armes

Les policiers de la brigade criminelle auraient passé la nuit dans les parages de la demeure de Harifidy Ramanandraibe, journaliste et analyste politique de la radio IBC. A l’aube et à la première minute de l’heure légale de perquisition, ils ont fait irruption chez le journaliste. « A cinq heures du matin, on a sonné sans cesse pour nous réveiller. Grande fut ma surprise lorsque j’ai ouvert la fenêtre et en voyant des éléments de la police fortement armés et à bord de trois véhicules », a témoigné Harifidy Ramanandraibe. Mandat de perquisition dans les mains, ils ont tout de suite passé à la fouille minutieuse de l’intérieur de la maison. Une heure après, ils ont quitté les lieux en emmenant avec eux le suspect au poste de la brigade criminelle à Anosy. Sur place, Harifidy a été auditionné pour une affaire liée à une probable détention et port illégal d’armes. Par la suite, il a été remis en liberté sans avoir été notifié de la suite de la procédure. Pour lui, cet acte est tout simplement du harcèlement de la part du régime en place. « Non, ce n’est pas de cette façon qu’on va museler la presse dans un pays qui se dit démocrate. Une telle chose ne va pas améliorer les choses. Que l’on se rassure, j’aime mon travail et je ne vais pas du tout me taire ni m’autocensurer », a-t-il tonné. Harifidy Ramanandraibe est réputé être la grande gueule de l’ancien régime de par sa façon de dire tout haut ce que les gens pensent tout bas. Il figure parmi les hommes clés de la communication de l’ancien président Rajaonarimampianina et n’a pas ménagé ses efforts pour se mettre en défenseur du parti politique HVM. Avec le changement du vent politique, il devient actuellement l’un des farouches opposants. A la radio, ses leitmotivs portent sur les dysfonctionnements du système et, parfois, il cite des noms. Tout dernièrement, il a soulevé le sujet sur le détournement lié à l’affaire « panier garni ». Ce qui pourrait gêner le microcosme politique et faire sortir les griffes des tenants du pouvoir. Hier, il a été emmené comme un vulgaire bandit, et ce devant les membres de sa famille. Les objets dans sa maison ont été laissés en sens dessus-dessous quitte à ce que les gens pensent à un cambriolage. Les journalistes malgaches ont beaucoup milité pour la dépénalisation des délits liés à leur travail. Durant l’ancien régime, des journalistes ont été enquêtés comme des bandits et leurs maisons fouillées. S’il se trouve que ces pratiques condamnables envers les journalistes reviennent actuellement, on ne peut pas dire que le vent du changement a soufflé dans le monde des médias…

D.R

Suivez-nous aussi sur Facebook

Partager cette publication

15 Commentaires - Ecrire un commentaire

  1. Mme aussi à été une BASY VAVA d’hier et elle sait très bien la valeur de HARIFIDY

  2. Mifanaratsy sisa ny samy Malagasy. Izay sisa no azo ataony!

  3. @CAROLE
    Le nouveau pseudo de MARC?
    La caravana fait reference a quel sujet ici? Ou c’est juste pour dire que vous connaissez un semblant d’expression? Vous ne savez meme pas ce que cette expression veut dire. Une des raisons pour laquelle le gouvernement cherche des cerveaux peut etre?

  4. Ngeda — ahirato NY maso , harifidy vé no hatao mpanao gazety ?

  5. @ RALAY alias JO BRANDON

    Inona moa ilay fiteny  » la caravane passe et les chiens du MAGRO aboient  » !

  6. @MARC
    WOW, je n’ai meme pas participer a ce post et vous me taguez???
    On commence a cramer des neurones, le MARC? Ca m’etonne pas que le regime recherche des cerveaux,LOL.
    Inona moa ilay fiteny? Mpanenjika toujours…

  7. @ Ralay alias JO BRANDON

    Les insultes gratuites de RODRICK zanak’i Dada comme vous n’atteignent que dalle ! Un physionomiste aurait fait le rapprochement physique de ce journaliste détenteur d’arme avec les mainty de Tanjombato que vous haïssiez tant ! Bizarre maintenant c’est votre meilleur copain…

  8. @ RASOULOU

    Gardez pour vous votre Martine Aubry car en matière de démocratie ce n’est pas une référence . Lamentable car elle veut remplier encore à la mairie de Lille et elle a la réputation de picoler grave ? Museler les médias ? Vous nous apprenez des choses … Au nom de quel droit et de quelle prérogative un journaliste peut posséder un arme ?

  9. – Benandro-Rabeharivelo ; Les dénigrements dans leur forme, font partie de leur travail ( les vrais Journalistes ) alors vous voulez bien fermer vos gueules.

  10. Nareo vé tsy mahafantatra an’i harifidy e! , jerevo kely Joe râha manana diplomate na mpanao gazety izany iny , be vava be fotsiny iny sady mampihesona

  11. Eh l’enculé de RABEHARIVELO, espèce d’ignorant qui lèche toujours les bottes et culs de ses commanditeurs de mafia déguisé en homme d’état.

  12. Post : Faut-il rappeler ne cessent de parler des affaires de corruption et de dévoiler les turpitudes de certains représentants du peuple ?

  13. Cette affaire a l’air de museler les médias … »les médias sont les derniers défenseurs de la démocratie « (Martine Aubry…Maire de Lille- France)…..Faut-il que les médias ne cessent de parler des affaires de corruption et de dévoiler les turpitudes de certains représentants du peuple ? ….Laissez les journalistes faire leur travail svp Monsieur Rajoelina! …Sinon la réputation de régime de Mafia vous collerait toujours sur la peau!

  14. Misy nateraka hisolelaka ary hijanona ho mpisolelaka manadra-pahafatiny hiandry ny tsipi-taolana avy any amin’ny tompony mba hivovozany; tahaka ity rabeharive.. itony .

  15. Foutaise ! Un journaliste est un ‘justiciable » comme tous les autres concitoyens . Enrôlé dans le milieu mafieux de Mbola Rajaonah et Rolly Mercia ce journaleux n’a vraiment pas l’air d’un saint . Les désinformations et les diffamations sont des délits de presse . L’autre faux cul Razara Pierre a aussi intérêt à calmer ses agissements de subversions car le président actuel de l’ordre un autre tartufe ne sera pas là éternellement pour le soutenir !

Poster un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.