Etat d’urgence sanitaire : Mesures d’assouplissement à Tana, de renforcement à Toamasina

Sur toute l’étendue du territoire, le couvre-feu est maintenu de 21h à 4h du matin.

Sans surprise. Le chef de l’Etat annonce la décision du renforcement des mesures pour la province de Toamasina. Cette ville est considérée comme l’épicentre du coronavirus. En effet, lors de son émission diffusée dimanche soir sur les chaînes nationales, le président Andry Rajoelina a annoncé la fermeture des frontières et des liaisons terrestres pour la Région Atsinanana. Les routes nationales reliant la Ville du Grand Port sont donc complètement coupées. Seuls les transporteurs de marchandises pourront les emprunter. Interdiction totale d’entrer et/ou de sortir, annonce le chef de l’Etat. Reste à savoir si les récalcitrants réussiront encore de quitter la ville, malgré la venue dans la Ville du Grand Port d’un nouveau renfort militaire composé de 250 éléments des Forces armées malagasy. Les établissements scolaires aussi bien publics que privés sont aussi fermés pour Toamasina. En outre, dans le cadre de l’état d’urgence sanitaire qui a été prolongé de 15 jours, le couvre-feu s’applique toujours sur toute l’étendue du territoire.

15h. Pour ce qui est d’Antananarivo, le président Andry Rajoelina a pris acte des appels en détresse lancés par les opérateurs du secteur privé et des simples citoyens qui commencent à souffrir des difficultés économiques causées par le confinement. Aussi, la capitale bénéficiera-t-elle d’un léger assouplissement des mesures. Désormais, les commerces, les entreprises et toutes les activités économiques et sociales sont autorisées à ouvrir jusqu’à 15h. La fermeture était fixée à 13h durant les dernières quinzaines du confinement. Les autres mesures annoncées précédemment sont donc maintenues. Les taxis et taxis-be sont autorisés à poursuivre leurs activités jusqu’à 17h tout en respectant les gestes barrières, les mesures sanitaires et la distanciation sociale. Quant à eux, les élèves des classes d’examens continuent de rejoindre le chemin de l’école, du moins pour le moment car le chef de l’Etat n’a pas évoqué le contraire. A noter toutefois que pour Toamasina, il a clairement annoncé la suspension totale des cours et la fermeture des écoles.

Championne. Pour ce qui est de la Province de Fianarantsoa, le président Rajoelina annonce le retour à la vie normale. Il a déclaré officiellement la Région Haute Matsiatra championne de la lutte contre le coronavirus. Cette ville a réussi à vaincre la pandémie. Les 9 personnes contaminées par le virus dans cette localité ont toutes été guéries. Andry Rajoelina a félicité les autorités locales et les Betsileo pour la discipline et le respect des mesures annoncées. Le Chef de l’Etat a ainsi annoncé la réouverture des commerces et la reprise de toutes les activités économiques et sociales à Fianarantsoa. Un déconfinement en quelque sorte. Cependant, la population est appelée à continuer à veiller au respect strict des gestes barrières. L’interdiction est encore maintenue pour les rassemblements de plus de 50 personnes. Pour ce qui est de la Région Alaotra Mangoro, toutes les mesures annoncées précédemment se poursuivent. Le président de la République a aussi déclaré que les personnes atteintes du diabète et de l’hypertension doivent s’isoler et sont autorisées à suspendre leurs activités pour éviter les risques de contamination.

Protocoles de traitement. Parmi les annonces faites durant cette émission figurent aussi l’ouverture prochaine du laboratoire d’analyses pour Tana et pour Toamasina. En effet, l’augmentation de la capacité de tests est fortement envisagée. Le chef de l’Etat est aussi revenu sur les protocoles de traitement du Covid-19. Des professeurs sont même intervenus pendant l’émission pour éclairer l’opinion sur les tenants et aboutissants des deux protocoles de traitement que Madagascar présente au programme « Solidarity Trial » de l’OMS, à savoir le Covid-Organics et le troisième protocole qui est une association de deux médicaments déjà existants à partir desquels les chercheurs malgaches ont collaboré avec des professeurs et cliniciens venant des États-Unis, de Thaïlande et de Maurice pour élaborer une solution injectable. Selon ses dires, des médecins malgaches partiront bientôt en Afrique pour effectuer les essais cliniques au niveau de plusieurs pays du Continent. Et lui d’expliquer que contrairement à ce que l’on véhicule, cette injection n’est pas un vaccin.

Davis R

Suivez-nous aussi sur Facebook

Partager cette publication

3 Commentaires - Ecrire un commentaire

  1. · Edit

    J’espère que ce dimanche 7 juin, notre président va annoncer sur TVM, une bonne nouvelle concernant les médicaments sur le covid-19.
    Le monde entier regarde et écoute Madagascar.
    Nos frères Africains s’impatientent.
    L’Europe, le Chinois et les Américains ont jeté des milliards à la fenêtre pour rien, même des professeurs américains, …. ont quitté leur pays pour rejoindre Madagascar.

    Comme j’ai toujours pensé, le Prix Nobel de médecine sera pour Madagascar cette année.

    Bonne santé à tous
    Rakoto de Montpellier

  2. Cliniciens venant des Etats unis ? Alors que Donald TRUMP avale 1comprimé de chloroquine par jour depuis 4 semaines cherchez l’erreur … Certainement ils viennent pour les cobayes Malgaches . L’île Maurice ne regorge pas de scientifiques de haut vol qu’on se le dise c’est dire si ce professeur Luc Rakotovao biologiste est au même niveau et sera bien content des royalties des laboratoires pour ces essais cliniques « foireux » car tourne toujours autour de l’Artémisia qui ne sera pas un traitement efficace contre le covid 19 .

  3. C’est pour quand le décret d’état d’urgence économique ?????? les appuis aux entreprises et à leurs salariés (ou futurs ex salariés) ??? Le blabla politique ne remplit pas le ventre !!!!

Poster un commentaire