Christian Ntsay sur le Covid-19 : Pas de reconfinement mais application ferme des mesures

Le chef du gouvernement est monté au créneau pour édicter les prochaines mesures durant l’état d’urgence.

La lutte contre le coronavirus est loin d’être gagnée. Le rebond des cas testés positifs inquiète. L’Etat prolonge pour la huitième fois l’état d’urgence pour une nouvelle période de quinze jours et promet la fermeté pour appliquer les mesures barrières. 

Alors que les grandes agglomérations, comme Antananarivo, est entrée depuis deux semaines dans une phase de déconfinement, le nombre des nouveaux cas de contamination, en revanche, est reparti à la hausse ces derniers jours. Durant ces deux dernières semaines, 754 de nouveaux cas de personnes atteintes du covid-19 ont été recensés et 8 morts enregistrés. Le nombre de mort et de cas de contamination ne cessent de grimper, et éloigne l’horizon de la fin de la croisade contre le virus. Pourtant, l’Etat écarte une phase de reconfinement mais mise sa stratégie sur le renforcement des dispositifs déjà en place ainsi que la sensibilisation. Cet exercice s’est dessiné hier par l’intervention télévisée du chef du gouvernement, Christian Ntsay, sur la télévision nationale, qui invite « une prise de responsabilité collective afin de faciliter la lutte contre la propagation du virus ».

Centre spécialisé. Le coronavirus continue son ravage. Hier, les statistiques officielles font état de deux morts et de 73 nouveaux cas enregistrés ramenant le nombre de contamination à 2 078 cas depuis le début de la pandémie. Le virus touche de plein fouet la capitale, devenue l’épicentre de la pandémie dans le pays. Face à cette situation, l’Etat décide d’ouvrir un centre d’accueil spécialisé au Village Voara Andohatapenaka destiné à accueillir les cas suspects de coronavirus. Ce centre qui va être opérationnel à partir de ce mercredi, selon Christian Ntsay, apportera des conseils, orientations et renseignements nécessaires pour les porteurs du virus et pourra aussi faire des tests. Et dorénavant, les malades pourront ainsi passer la quarantaine chez eux, selon le premier ministre, mais seront, en contrepartie, suivis de très près.

Protocole de sortie. Par ailleurs, le premier ministre a annoncé aussi, hier, lors de son intervention à la télévision nationale, de renforcer les dispositifs de suivi des cas positifs et d’accélérer les résultats des différentes analyses effectuées dans le cadre de la prise en charge des malades du coronavirus. Ainsi, selon le premier ministre, le laboratoire du centre d’infectiologie Charles Mérieux va prendre les mesures nécessaires pour améliorer les services qui vont déterminer le « protocole de sortie » d’un malade. Aussi, selon toujours le premier ministre, le personnel du ministère de la santé publique va suivre de près l’autoconfinement des personnes testées positives au covid-19 à partir d’un registre des cas positifs établi au niveau de ce département.

Fermeté. Un relâchement est observé dans la capitale depuis quelques temps surtout à propos du respect des mesures barrières et la distanciation sociale. Les attroupements dans les quartiers se font de plus en plus fréquents malgré les restrictions qui ne sont pas encore levées. Christian Ntsay a affirmé alors que « la fermeté va être de rigueur pour veiller au respect de ces mesures barrières et des restrictions sanitaires ». « Les forces de l’ordre vont s’organiser dans ce sens pour faire appliquer les dispositions destinées à endiguer la propagation du virus » soutient-il. A ce propos, les dispositifs sont maintenus pour Antananarivo notamment sur le port de masque obligatoire, le maintien du couvre-feu, l’arrêt des horaires de travail maintenus toujours jusqu’à 17 h, comme le transport public jusqu’à 19h.

4 districts. Si à Antananarivo, la situation est toujours préoccupante, dans les autres districts comme Toamasina 1 et 2, Fénérive-est et Moramanga, la situation s’est améliorée. En effet, l’Etat décide d’alléger les restrictions en prolongeant les horaires de travail jusqu’à 17h et ceux du transport public jusqu’à 19h. Et malgré l’absence de décision sur les dates des examens officiels à l’échelle nationale, le retour des classes d’examen à l’école à partir de jeudi prochain est annoncé par le premier ministre concernant ces quatre districts. Le couvre -feu, en revanche, y est toujours maintenu. Toutefois, dans tous ces districts, les routes nationales restent toujours fermées et les réunions publiques toujours interdites.

Rija R. 

Suivez-nous aussi sur Facebook

Partager cette publication

8 Commentaires - Ecrire un commentaire

  1. Dépistage massifs+ isolement des porteurs sains avec ses contacts+ Traitement des souffrants. Ireo no schéma heveriko fa mety dia SENSIBILISATION et RESPONSABILISATION de la population entière. AZA MATAHOTRA

  2. Ce n’est que le début !

  3. Renforcer les mesures pour assurer sécurité veut dire ne rien changer sur les mesures prises précédemment ?

  4. Le pouvoir n’a pas le choix . L’économie prend le pas sur le sanitaire . Un re-confinement total dans la capitale serait synonyme de massacre pour les entreprises et le secteur informel aggravant dans la foulée les conséquences sociales de la crise sanitaire . La maîtrise de l’épidémie repose désormais sur la responsabilité , la discipline et le civisme de la population . Les mesures répressives devraient se faire en même temps que la pédagogie . Ce qui est sûr on a un bon PM !

  5. Bonjour,
    À Tamatave, c’est sûr, si on ne teste pas on ne trouve pas.cqfd!

  6. tena hafa mihitsy ny PM! pur technicien!

  7. ça ce qu’on appelle MENTIR.

    C’est pas seulement aujourd’hui que DJ vous a menti, dès sa naissance.

  8. La lutte est loin d’être gagnée?
    On nous a pourtant fait croire que c’était maîtrisée et que ce n’était pas plus grave que la peste et le choléra…

Poster un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.