Non-respect des mesures anti-Covid : 78 chauffeurs et receveurs de “taxis-be” et 70 autres Tananariviens placés en garde à vue

Les chauffeurs et receveurs de “taxis-be” arrêtés par la police, avec leurs véhicules, mis en fourrière.

Annoncé dimanche soir par le Premier ministre, Ntsay Christian, le renforcement des contrôles et des sanctions semblent avoir été effectif, dès le lundi matin, à l’encontre des récalcitrants. Pour non-respect des mesures afin de lutter contre la propagation du Coronavirus, plus d’une centaine de personnes ont été appréhendées, hier, en quelques heures, de 6h à 10h du matin. 78 d’entre elles sont des chauffeurs et des receveurs de “taxis-be” qui n’ont pas respecté les règles, notamment la non-utilisation des strapontins et le non-port du masque. 43 véhicules ont été également mis en fourrière dans la seule circonscription de Tana ville durant la matinée d’hier. Par ailleurs, toujours entre 6h et 10h, 70 autres personnes, majoritairement des piétons, ont été surprises « en flagrant délit » de non-port de masque et arrêtées par les policiers. Elles ont dû effectuer plusieurs heures de travaux d’intérêt général (TIG).

Cellules d’intervention rapide. D’après le général Elack Olivier Andriankaja, coordonnateur du Centre de commandement opérationnel (CCO) Covid-19 à Ivato, ces arrestations ont été effectuées en application des nouvelles dispositions des éléments des forces de l’ordre sur le terrain à travers des cellules d’intervention rapide, permettant de mieux pénétrer dans les ruelles et les zones auparavant peu visibles où le port du masque, en particulier, est très peu respecté. L’heure n’est ainsi plus aux 10 minutes de TIG. Les contrevenants ont « eu droit » à une sanction bien plus sévère.

Outre les sanctions, d’autres mesures seront également renforcées, notamment la désinfection des “taxis-be” et des lieux publics dont les marchés. Les 192 bureaux de “fokontany” d’Antananarivo et ceux d’Atsimondrano, d’Avaradrano et d’Ambohidratrimo, ainsi que les locaux des districts seront également désinfectés avec le concours du BMH (Bureau municipal d’hygiène), les pompiers et le Corps de protection civile. Pour les “taxis-be” en particulier, la mise à disposition de DLM (dispositifs de lavage des mains) est en cours de mise en place, annonce le coordonnateur du CCO. Les prochains jours diront si toutes ces mesures et sanctions renforcées auront enfin les résultats escomptés.

Hanitra R.

Suivez-nous aussi sur Facebook

Partager cette publication

2 Commentaires - Ecrire un commentaire

  1. TOUT le monde est responsable !
    Dirigeants, Entreprises, Particuliers, Vahoaka malagasy !
    Si on fait, on pense comme dans beaucoup d’autres pays où on se dit que cela nous nous arrivera pas.. ce n’est pas si grave…, qu’il faut bien vivre, faire tourner l’économie. Et bien on va tout droit au mur.
    L’Italie, La France, Le Brésil etc.. avait pensé comme cela au départ !! Le virus ne connait pas les décrets, ni les discours !

    Quant on voit aussi à Madagascar beaucoup de malgaches qui ne respectent pas les gestes barrière, voir certains se moquent même ceux qui les respectent. Et bien « Rira bien, rira le dernier » .

    Voulez vivre ce qui se passe au Brésil ni au États-Unis !?!
    Malgaches, Réveillez-vous avant qu’il ne soit trop tard !

  2. Hé, oh! Et les principaux responsables qui n’ont rien fait pour empêcher et qui ont permis au covid19 d’entrer au pays, on fait quoi d’eux?

    Voyez le Rwanda, il s’en est sorti! Bravo Rwanda!

Poster un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.