Gouvernement : 4 ministres ont leurs conjoints à l’extérieur

Dîner d’adieu de Stuart Wilson (tout au fond) 5 jours après son mariage civil avec Irmah Naharimamy

Au terme d’une mission de 3 ans à Madagascar, Stuart Wilson a quitté le pays le week-end dernier, une semaine exactement après son mariage civil avec Irmah Naharimamy qui a relancé l’éventualité d’un remaniement.

En vertu du « Privacy Act », l’Ambassade américaine ne peut pas communiquer si l’ancien Premier Conseiller sera rejoint dans son nouveau poste d’affectation en Italie par l’actuelle ministre de la Population, de la Protection sociale et de la Promotion de la Femme. Une chose est sure, cette dernière n’est pas partie avec son diplomate d’époux car on l’a encore vue hier à Toliara lors de la distribution du « Vatsy Tsinjo ».

3 autres. En tout cas, Irmah Naharimamy n’est pas le seul membre du gouvernement dont le conjoint se trouve à l’extérieur. C’est également le cas de 3 autres ministres, en l’occurrence Baomiavotse Vahinala (de l’Environnement et du Développement Durable) dont l’époux est en France et Assoumacou Elia Béatrice (de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche scientifique) qui son mari est à La Réunion. Sans oublier Tehindrazanarivelo Djacoba Liva (des Affaires Étrangères) dont la femme est à Genève.

Même situation. En somme, ils sont 4 ministres à se trouver dans la même situation. Lors du dernier remaniement, Baomiavotse Vahinala, Assoumacou Béatrice et Tehindrazanarivelo ont accepté de rentrer et d’entrer dans le gouvernement afin de servir le pays. Quant à Irmah Naharimamy, sa nomination au MPPSPF remonte bien avant son mariage avec son diplomate d’époux. Une union pour le meilleur et pour le pire (et non pour l’empire) qui a amené bon nombre d’observateurs à supputer sur son départ possible ou probable du gouvernement. Qui plus est, l’absence d’un ministre titulaire au sein de l’Education Nationale, de l’Enseignement Technique et Professionnel occasionnera inévitablement une retouche de l’équipe gouvernementale. On croit savoir que la remplaçante de Rijasoa Andriamanana pourrait être nommée d’ici la fin du mois d’août. A l’instar du CEPE prévu le 1er septembre et de l’évolution de l’épidémie de Covid-19, cette nomination tomberait à …pic.

R.O

Suivez-nous aussi sur Facebook

Partager cette publication

2 Commentaires - Ecrire un commentaire

  1. Le professionnalisme,l’ethique,la deontologie du journalisme a Madagascar restent a travailler Par ailleurs ,la Communication de masse par la presse ecrite demeure un exemple des disparites entre le centre et la peripherie,generees par le Centralisme de l’Etat Unitaire
    Les jounaux parviennent rarement dans les regions ou dans le meilleur des cas avec des jours voire des semaines de retard

  2. Et alors qu’est -ce-qu’on a à f …? Ça mérite qu’on en fasse un article speciale alors qu’il y a beaucoup de personnes qui meurent de faim,ont perdu leurs proches ,faute de prise en charge, et je m’arret là car je suis plus que dégoûté !

Poster un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.