Mutinerie de la prison de Farafangana : Deux détenus de plus décédés, deux autres se rendent

Le bilan de la mutinerie des détenus de la Maison centrale de Farafangana survenue avant-hier s’alourdit. Hier, le Directeur général de l’administration pénitentiaire (DGAP) a annoncé le décès de deux autres détenus dans cette affaire, alors que deux autres fugitifs se sont rendus.

Ce qui porte à 22 le nombre des personnes tuées jusqu’ici ainsi que 44 détenus arrêtés durant leur cavale. Parlant toujours de l’évolution de la situation au niveau de cette prison, le DGAP rapporte que deux fugitifs se sont rendus aux autorités, hier.

Lourdes peines

En ce qui concerne les détenus encore en cavale, l’administration pénitentiaire et les entités des forces de l’ordre (Police nationale et Gendarmerie) regroupées dans l’Organisation Mixte de Conception (OMC) de la Région Atsimo-Atsinanana continuent la recherche dans l’ensemble de cette circonscription aussi bien au niveau des villes que dans les campagnes. Dans les campagnes parce que la majorité de ces fugitifs, encore à traquer, viennent de la brousse, à entendre les explications du DGAP. D’après lui, il reste encore 22 évadés à capturer. Parmi eux figurent des condamnés à de lourdes peines comme les travaux forcés à perpétuité et à temps déterminé. Il est à rappeler que la Maison centrale de Farafangana compte 358 détenus dont 11 de sexe féminin.

Délégation gouvernementale

La maison centrale de Farafangana est l’un des plus vieux centres de détention existant dans la Grande Ile. Sa construction remonte au temps de la colonisation. Les infrastructures ne répondent plus aux réalités actuelles si l’on ne parle que de sa capacité d’accueil qui ne correspond plus au nombre élevé de prisonniers. C’est d’ailleurs l’une des raisons de cette mutinerie. A cela s’ajoute les conditions de travail des gardes pénitentiaires qui sont mal équipés. En tout cas, il est temps de reconsidérer les conditions carcérales à Madagascar puisqu’elles ne respectent plus les principes des droits de l’Homme. A noter qu’une délégation gouvernementale, composée du ministre de la Justice, Johny Andriamahefarivo, du ministre de la Défense Nationale, Richard Rakotonirina et du ministre de la Fonction Publique, du Travail et des Lois Sociales est descendue sur place. Par ailleurs, des dispositifs ont été pris pour renforcer la surveillance de toutes les prisons à Madagascar.

T.M.

Suivez-nous aussi sur Facebook

Partager cette publication

4 Commentaires - Ecrire un commentaire

  1. Be be hiany no tokony ahiditra amponja à perpetuité : MAHARANTE Jean du Diable , Le Ministre de l’intérieur ,Ex Madama be ,FANAHIMANANA Tiaray ,ancien Directeur Général de Mme LALATIANA RAKOTONDRAZAFY ?ETC. Ahoana no dia ny madinika foana no mijaly any am-ponja ? Asa izay ho ataonao Monsieur le Président ,fa afa-baraka mihintsy hianao .

  2. Parce que ce sont des prisonniers qu’on le traite comme cela, ce qu’il faut voir c’est chercher d’abord La cause de cette mutinerie. Peut être il y a sûrement des fautes des responsables de cette prison. Laissons l’enquête s’occuper de cette affaire. Il faut que La réalité surgisse. L’ année dernière un inspecteur de police a achevé un bandit à ampefiloha , cela lui a coûté cher car il a fini par croupir en prison jusqu’à ce jour. Quid des FDS à farafangana

  3. Ces fugitifs ont commis une mutinerie au sein du prison, les gardiens pénitenciers ont le droits de les tirer après sommation, il n’y a plus question qu’il faut les tirer au pieds ou quoique ce soit d’après les gens des droit de l’homme. Ces derniers justement, ne font que critiquer, toujours critiquer, c’est parque ils ne sont jamais victimes de crime de ces bandits, violeurs, assassins!!! Ils changeront certainement d’avis quand leurs proches sont concernés que je ne les espère pas d’ailleurs!!!

  4. · Edit

    Ny Gasy d « OLON’NY FO »koa ra vo misy maty d malahelo,ary ny tenako dia anisany malahelo.Na izany aza,dia misaotra ireo delegasiona.Ilaina ny fifanazavana.Mankahery ireo fianakaviana manana ny maty.

Poster un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.