Société AAA – Tiko S.A. : Près de 600 employés risquent le chômage technique

Le magasin Magro de Behoririka a été fermé depuis août dernier.

Si aucun accord n’est pas trouvé entre l’Etat et la société AAA, plusieurs centaines d’employés de cette société qui exploite la marque Tiko S.A. risquent de perdre leurs emplois.

4 sites de la société AAA, notamment à Antananarivo, Toamasina, Antsirabe et Fianarantsoa, ont été fermés depuis plusieurs semaines. La société qui exploite la marque Tiko SA de Marc Ravalomanana est accusée d’irrégularité vis-à-vis de l’administration fiscale. Les magasins de la société dans ces 4 villes ont été mis sous scellés et les activités suspendues. Si la situation persiste et qu’aucun accord pour une réouverture ne sera conclu entre l’Etat et la société, cette dernière pourrait procéder au chômage technique, a annoncé l’avocat de AAA, maître Eloi Ratefimahefamijoro. « Au niveau de ses 4 sites d’exploitation qui sont actuellement en fermeture, la société AAA emploient directement environ 600 salariés » a noté l’avocat.

Reprise. Si la société AAA espère une fermeture passagère, « ne dépassant pas les 15 premiers jours qui ont été imposés » selon l’avocat Eloi Ratefimahefamijoro, au niveau de l’administration fiscale on laisse entendre qu’aucune concession ne sera admissible à défaut de régularité. Ce qui risque de prolonger la suspension. En effet, la société essaie actuellement de séduire l’administration fiscale pour décrocher une reprise des activités. « Nous sommes actuellement en train de constituer tous les dossiers qui nous ont été exigés » a alors signalé maître Eloi Ratefimahefamijoro, en charge de la défense de la société AAA.

Critique. L’odeur de la politique est fortement sentie par certains observateurs dans ce dossier de la société AAA. L’administration fiscale, elle, soutient que « la suspension n’a rien à avoir avec la politique ». « C’est une mesure administrative » s’est défendu le directeur général de l’impôt, Germain. Le camp de Marc Ravalomanana, pourtant, a tout de suite entraîné l’affaire dans l’arène politique et accuse un « coup qui vise l’opposition » qui est très critique envers le gouvernement sur la gestion de la crise du coronavirus. Et, le camp de l’ancien président profite aussi le contexte pour revenir sur les événements politiques de 2009, durant lesquels son patrimoine a été victime de saccage et de vandalisme. Il demande ainsi réparation et indemnisation pour le compte de sa société Tiko S.A.

Rija R.

Suivez-nous aussi sur Facebook

Partager cette publication

12 Commentaires - Ecrire un commentaire

  1. Les employés de Tiko ne sont que des victimes collatérales de l' »Hafetsifetsena » de Ra8…ne vous laissez pas berner!
    Mais il faut les indemniser quand même les employés
    Et ce sera à la charge du Petsy (Fetsi-Po…) qu’est Ra8 le manipulateur

  2. Et si on demande à l’Etat de rouvrir ces établissements et de mettre en place une direction collégiale chapeautée par l’Etat et qu’aucune sortie d’argent n’est admissible que pour assurer le fonctionnement de la société, jusqu’au recouvrement des fisc ou la constitution des dossiers exigés.

  3. Mais on demande d’effacer les dettes non ? Et alors où est le problème ?

  4. Na inona na toa inona lazainareo mianakavy eto dia miadia misy maty sy velona ,fa averiko foana ny teniko hatrany am boalohany mikasika ity raharaha ity ,Diso fahavalo ny fitondrana
    satria i Ra8 no halany dia ny vahoaka malagasy miasa ao sy ny miara miasa ivelany no potika tanteraka ,an arivony maro ,koa raha misy rà malagasy mikoriana ao aminareo rehetra ireo
    tsy ankanavaka izany na ny mpitondra sy ny forongony na izay manome rariny ireto farany ireto ,dia samia tompoko mieritreritra ,ary diniho lalina ny teny havoaka sy ny zavatra hatao.

  5. @chollez jean jacques

    Faut vous soigner Monsieur pour sortir de telles âneries comme la jalousie pour défendre l’indéfendable . Franchement ça relève de la psychiatrie . Le peuple Malgache ne se résume pas aux seuls employés de TIKO ! Il faut être un FADA de votre trempe pour déverser de telles imbécilités ! Ravalomanana le filou a des ‘indélicatesses vis à vis du fisc pour ces arrières d’impôts point barre !

  6. @Cancap

    Et ben votre pseudo résume bien votre mentalité exécrable et surtout ne massacrez pas la langue de molière ! Il n’y a que les imbéciles fumant les mauvaises herbes avec vos arguments creux comme la haine pour défendre un voleur et un assassin !

  7. la réussite des sociétés de monsieur Ravalomanana a créé énormément de jaloux….et les jaloux, lorsqu’ils atteignent le pouvoir essaient de casser l’outil de production….qui sera victime ??? rassurez-vous,monsieur Ravalomanana se portera bien, et quid des centaines d’employés ???? ils seront punis par un passage au chômage….détruire l’économie ne semble pas inquiéter les bureaucrates qui ont choisi l’affrontement

  8. Il n’y a que Ravalomanana qui en est l’auteur de tous ça!
    Les employés, l’Etat Malgache, la Population Malgache, la Nation Malgache, sont des victimes collatérales.
    Cherchez l’erreur!!
    Ravalomanana est un parfait manipulateur!

  9. Vraiment trop de faute de français à la Une du Midi tous les jours. Svp faites un effort quand même !

  10. La haine, rien que la haine !!
    Rien a foutre des gens qui vont crever de faim…
    Quelle mentalités, pauvre pays.

  11. Vraiment rien à foutre ! Déjà ces employés sont censés savoir qu’ils ont affaire avec un escroc parce qu’on se le dise ces arriérés d’impôts remontent à l’époque où le filou était maire d’Antananarivo . Secundo il n’a qu’à régulariser sa situation vis à vis du fisc comme tout citoyen lambda !

  12. Vraiment rien à foutre ! Déjà ces employés sont censés savoir qu’ils ont affaire avec un escroc parce qu’on se le dise ces arriérés d’impôts remontent à l’époque où le filou était maire d’Antananarivo . Secundo il n’a qu’à régulariser sa situation vis à vis du fisc comme tout citoyen lambda !

Poster un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.