Sénatoriales : Vers une razzia des pro-régime

La liste des candidats aux prochaines sénatoriales est bouclée. La course sera certainement dominée par les partis pro-régime face à des indépendants de moindre gabarit.

La course vers Anosikely est lancée. Le nom des challengers sont connus et la compétition se joue entre les formations politiques pro-pouvoir. La formation présidentielle, représentée par l’IRD, a présenté des candidats dans toutes les provinces. Cette plateforme, regroupant les partis politiques et les associations qui soutiennent le régime, ont bouclé hier toutes les formalités nécessaires en matière de candidature. Tous les candidats de la liste IRD ont déposé leurs dossiers au niveau des organes de vérification et d’enregistrement des candidatures (OVEC).

Influent. Hier, la liste IRD pour la province d’Antananarivo, conduite par Herimanana Razafimahefa, ancien cadre du parti Grad Iloafo et actuel secrétaire général du ministère de l’Education Nationale, a bouclé le dépôt des candidatures pour le compte de la majorité. Dans la même liste, celui-ci est secondé par Sylvain Rabetsaroana, membre influent du parti AVI de Norbert Ratsirahonana, et ancien sénateur. Des noms qui ne sont pas étrangers, notons-le, dans le microcosme. Quant aux candidats de la province d’Antsiranana, la liste de la plateforme IRD est conduite par Mino Seramila tandis qu’Eddie Fernand se trouve en seconde place de la liste.

Irrégularité. L’opposition a décidé de boycotter ces élections sénatoriales du 11 décembre prochain. Ils ont, à maintes reprises, dénoncé certaines « irrégularités » à propos de la tenue de ces consultations. Des plaintes ont été déposées auprès de la Haute cour constitutionnelle pour annuler la convocation des élections décrétée par le gouvernement. Mais la Cour d’Ambohidahy a botté en touche la requête de l’opposition et confirme la régularité des élections sénatoriales. De ce fait, aucun candidat des partis d’opposition ne se présente; ce qui laisse le champ libre aux autres.

Gabarit. La razzia des partisans du régime ne fera donc aucun doute à l’issue des sénatoriales du 11 décembre. Le rouleau compresseur de la plateforme IRD est déjà en marche pour prendre d’assaut le Sénat, actuellement sous la coupe de l’opposition. La prochaine configuration de la nouvelle mouture de la Chambre haute ne sera alors formée que par les partisans du régime. Le parti Malagasy Miara-Miainga de Hajo Andrianainarivelo, une autre formation qui soutient le régime, concurrencera la plateforme IRD à Toamasina et Antananarivo. A Antananarivo, ce parti alignera une liste composée, entre autres, de Bernard Ravelonjato, qui est un ancien membre du conseil supérieur de la Transition, originaire de la région Itasy où son parti dispose de plusieurs élus au niveau des communes. Face à ces grands gabarits alignés par les pro-régime, les indépendants, quant à eux, présents dans toutes les provinces sauf à Mahajanga, auront fort à faire pour affronter la majorité.

Rija R.

Suivez-nous aussi sur Facebook

Partager cette publication

Un Commentaire - Ecrire un commentaire

  1. Donc, il y aura une élection des sénateurs, qui voteront eux-même la dissolution du sénat, entre autres rebricolages de la constitution pour faire plaisir à sa majesté

Poster un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.