Football- CAN 2022 : Courte défaite des Barea face aux Eléphants de Côte d’Ivoire

On leur avait prédit l’enfer. Même les bookmakers mettaient un 1 contre 10 assez humiliant. C’était juste en théorie car en pratique et devant cette pelouse alourdie par la pluie du stade Alassane Ouattara, les Barea ont fait bien plus que se défendre.

Une défaite 1 à 2. C’est le résultat du match d’hier entre les Eléphants et les Barea à Ebimpé.

La Côte d’Ivoire remporte donc le match et reprend la tête du groupe K devant la Grande île en attendant le match entre l’Ethiopie et le Niger de ce jour.

Tacle à retardement. Mieux encore et à l’allure où les stars ivoiriennes ont abordé le match, il y a de l’espoir.

Certes, la première période était à l’avantage des Ivoiriens mais il a fallu attendre le second half pour voir les Ivoiriens marquer avec ce but limpide de Gervinho après un tir contré de Cornet (48e).

Enhardis par ce succès, les Eléphants ont enchaîné et ont trouvé le chemin des filets sur une tête piquée de Sébastien Haller à la 54e mn.

La réponse ne se fit pas attendre car dans un registre qu’il appréciait, Voavy Paulin dribbla Aurier pour placer un tir en contre-pied (59e). Une manière pour l’ancien de le l’Ajesaia de se faire pardonner de ce geste déplacé sur Aurier qui lui a valu un carton jaune. Mais l’arbitre tunisien aurait pu sortir le rouge sans que personne ne trouve quoi que ce soit à redire sur ce tacle à retardement.

Amada omniprésent. Il reste donc le match de Toamasina où on ne désespère pas de voir le public comme c’était le cas en Mauritanie, où le stade faisait le plein en accueillant le Burundi. Il y a donc quelque chose à faire pour avoir ce plus qu’est le soutien du public, assorti d’une belle récompense aux Tamataviens qui n’ont jamais été à pareille fête.

Mais le public ne sera pas tout car Nicolas Dupuis doit aussi prendre des leçons de ce match à Ebimpé, notamment sur le fait qu’Ibrahim Amada soit un joueur clé et qu’il fallait l’aligner en premier, contrairement à Hery Bastien totalement transparent et qui n’a jamais su trouver ses marques.

On n’arrive pas non plus à comprendre pourquoi on a fait sortir Voavy Paulin alors qu’il commençait à donner le tournis aux défenseurs ivoiriens. Il fit d’ailleurs comprendre qu’il n’était pas content de sortir. Mais même Rayan Raveloson, l’un des meilleurs malgaches du lot, aurait dû rester sur la pelouse.

Dimitry Caloin, Loïc Lapoussin et Hakim Abdallah, qui ont fait leur entrée, ont encore du chemin à faire pour intégrer le groupe.

Tout reste possible pour remporter les trois points à Barikadimy pour peu que Nicolas Dupuis arrive à trouver les hommes qu’il faut à la place qu’il faut.

Clément RABARY

Suivez-nous aussi sur Facebook

Partager cette publication

4 Commentaires - Ecrire un commentaire

  1. aza dia miondana baolina loatra efa betsaka izay maty tapakalalandra tamin io izay .

  2. Quand le foot est plus important que le Covid

  3. On a choisi un « coach » en la personne de N.Dupuis.Laissons le faire son travail.Trop de cuisiniers gatent la sauce,trop de coach(es) gatent Barea.Il vaut mieux 1 médecin que 100…0000 qui risquent de tuer leur patient….Quant à la sortie de Paulin,qu’il ait marqué ou pas,c’était prévu…N’empeche: Merci à Paulin,à Barea… 1/0 ou3/1 à T/ve en notre faveur hihihi Alefa Barea.

  4. Merci pour l’analyse:
    – pour Voavy Paulin, la décision a été déjà prise avant qu’il ait marqué le but. le remplacement a été fait dans le but de donner un peu plus de dynamisme au jeu. Mais grand merci à Voavy Paulin
    – Le Barea est très fort en milieu défensif, ce qui n’a pas parmis aux Ivoriens d’organiser des attaques dangereuses à partir du milieu de terrain.
    – Par contre, lors des attaques latérales faites par les Ivoriens, je ne comprends pas pourquoi, il ne reste toujours que 3 défenseurs dans le camps malgache. Le stoppeur est devenu un demi- défensif.
    – Malgré le fait que l’obtention du seul but de Barea partait du flanc droit , celui-ci devenait après, moins dynamique et peu efficace car la force de Bolida a montré sa limite.
    – Lors du coup de pied arrêté ou attaques laterales, les ivoriens jouent toujours long avec des passes croisées, donc, il faut être vigilant dans la zone d’arrivée de la balle au niveau de la défense malgache.

    Vive le match retour: le Barea va casser les COTES de ces éléphants , à toi D’Y VOIR !!!!!

Poster un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.