Trafic de 73,5 kilos d’or : Course contre la montre avant le 12 janvier pour la Justice

7 ministres ont participé à la réunion de crise d’hier au MAE

La demande d’extradition des trois personnes arrêtées à Johannesburg doit aboutir avant la date prévue pour le procès par la Justice sud-africaine.

73,7 kilos. C’est le poids déclaré dans le communiqué du Conseil des ministres du 06 janvier 2021. Soit une différence non négligeable de 200 grammes par rapport au chiffre avancé par les autorités sud-africaines et repris par le Ministère malgache des Mines et des Ressources stratégiques qui fait état de 73,5 kilos d’or saisis le 31 décembre 2020 à l’aéroport International de Tamboo de Johannesburg sur 3 passagers en provenance de Madagascar.

7 ministres. « Le président de la République m’a appelé le 1er janvier pour me demander si je suis au courant de ce trafic et m’a ordonné de me charger de l’enquête avec le ministère de la Sécurité Publique », rapporte le Secrétaire d’Etat chargé de la Gendarmerie, le général Richard Ravalomanana. C’était hier, au sortir de la réunion de crise organisée hier au Ministère des Affaires Etrangères (MAE)  qui a vu la participation des 7 ministres concernés. En l’occurrence, le général Richard Rakotonirina (Défense Nationale) ; Johnny Andriamahefarivo (Justice) ; Djacob Tehindrazanarivelo (Affaires Etrangères) ; Fanomezantsoa Randrianarison (Sécurité Publique) ; Fidiniavo Ravokatra (Mines et Ressources stratégiques) ; Joël Randriamandrato (Transports, Météorologie et Tourisme) ; et Richard Ravalomanana (SEG). Etaient aussi présents, le DG des Douanes et celui de l’ACM.

Convention de Palerme. « Il n’existe pas d’accord d’entraide judiciaire entre la République de Madagascar et la République Sud-Africaine », a fait savoir le ministre de la Justice. En ajoutant toutefois que « Madagascar fait partie des Etats-parties à la Convention des Nations Unies contre la criminalité transnationale organisée ». La Convention de Palerme (en référence au lieu de sa signature) a mis effectivement en place un cadre universel pour la mise en œuvre d’une coopération policière et judiciaire internationale permettant d’améliorer la prévention et la répression des phénomènes de criminalité organisée.

Procédure. C’est en application du « principe de  réciprocité » prévu par cet instrument international de droit pénal que Madagascar va demander l’extradition des trois individus arrêtés et détenus en Afrique du Sud. « La procédure doit être actionnée et bouclée demain (c’est-à-dire aujourd’hui) », a annoncé hier le ministre Johnny Andriamahefarivo. En expliquant que « le Procureur de la République va s’en référer au ministère de la Justice qui saisira à son tour le ministère des Affaires Etrangères, à charge pour ce dernier de transmettre la demande d’extradition aux autorités sud-africaines ». Il s’agit d’une véritable course contre la montre pour la Justice malgache puisque selon le ministre de tutelle,  « il faut agir avant le 12 janvier prochain car la Justice sud-africaine compte juger à cette date les trois personnes impliquées ». Et d’ajouter dans la foulée que les deux autres individus qui n’ont pas embarqué à bord de l’avion vont être déférés au parquet ce jour. « D’autres suivront », révèle-t-il.

Seconde tentative. En revanche, aucun des ministres présents hier n’a parlé du trajet de l’avion d’une compagnie privée appartenant à un « Vazaha » qui a quitté Ivato le 31 décembre dernier en tant que vol national sans faire de déclaration auprès des autorités aéroportuaires (Police, ACM…), pour faire cap sur Toliara où il aurait rempli les formalités d’un vol international. C’est seulement le lendemain 1er janvier que le vol aurait été signalé aux autorités malgaches. Qui a donné l’autorisation pour le vol international à destination de Johannesburg ? C’est la question qui se pose concernant cette exportation illicite de 73,5 kilos d’or, pour reprendre le poids rapporté par la presse sud-africaine. En fait, dans un premier temps, les trafiquants auraient tenté de faire passer 89 kilos, mais la cargaison aurait été interceptée et fait l’objet de transaction. Ils ont fait une seconde tentative avec les 73,5 ou 73,7 kilos. L’équivalent d’1 sac et demi de riz qui ne vaut pas évidemment son pesant d’or.

R.O

Suivez-nous aussi sur Facebook

Partager cette publication

16 Commentaires - Ecrire un commentaire

  1. Vous me faites tous rire… Vous voulez que je me juge et m’envoye en prison…
    C’est pour ça que les mecs en Sud AF soient récupérés au plus vite.. .

  2. mora hita ny marina momba an’io resaka io fa iniana tsy atao fotsiny

  3. Vita ho azy toy n’y coup d’état io e, misia mihetsika eo matin’ny bomba eo, salobo-komana io
    Sokina mifanafina, mifampiabo, mampiesona vahoaka fotsiny nefa…..
    lasa sinema Remena Bila ritra n’y Omby
    Tonga ndray ity n’y Revolamena Bolongany de Asa ndray….. Lasa tsy maty ma ôta io a
    Zao no atao hoe mody adala mitsikombakomba…

  4. pourquoi tant de mtstère sur ce « vazaha » ???
    copain ???? allié ??? du pouvoir ????

  5. la frontière est une PASSOIRE……………..IMMENSE DE SURCROIT !!!!!!!!!!

    Il serait plus logique de :
    1) consolider un REEL SERVICE DES DOUANES EXEMPT DE CORRUPTION !!!!
    2) RECYCLER 80% cette armée de pacotille pléthorique qui ne sert à rien , sauf à protéger les dictatorions ou autocrates successifs
    3) équiper stratégiquement le territoire : nous avons beaucoup de points SANS CONTROLE , comme les petites iles autour de Nosy Be oû les Réunionnais viennent en villégiature , directement avec des bateaux de plaisance….SANS AUCUNE FORMALITES.
    Même au SUD , le père De Heaulme , du temps de Tsiranana , faisait le va et vient en Afrique du Sud sans aucune formalités
    3) FORMER les douaniers à une vraie logique de DEFENSE DU TERRITOIRE , pas seulement dans une logique fiscale , arrêtée à l’application de leur sacré « tarif des douanes » ,
    à l’image des AUSTRALIENS
    ==> un petit stage pratique professionnel en Australie serait bienvenu , au moins pour les formateurs….

  6. Ralay
    Raharahan’ny samy ngeza ity ,koa tsy mampino ahy loatra ny hoe raha ny sudaf no mitsara di a ho fantatra eo daholo ny anaran’ny gros bonnets ,Jereo fotsiny ny raharaha bois de rose tratra tany Singapour ,mba nisy nahalala ny tohiny ve ???? ny hazo ary toa tsy nisy tafaverina na iray ary ???? .

  7. Demandez simplement à PDG Ravatomanga de savoir ce qui se passe

  8. Ce genre de chose arrive tous les jours à Madagascar. Pour Madagascar, ce n’est pas étrange

  9. Extradition pour quoi faire …les libérés et que vraiment les commanditaires se tiennent pénard…et quand on voit cette brochette d’INUTILE , de PACOTILLE de FOURBE à la solde de qui vous savez…… MERCI PREZIDA. Une soixantaine de généraux pour défendre le pays mais la frontière est quand même une passoire déja à voir l’accoutrement du general BOMBA ( Cow boy de cirque ). on imagine le reste ;encore MERCI PREZIDA. Bon courage à nous MAL..GACHY. Quoi qu’il en soit des fesses doivent trembler en ce moment. Oups peut être une solution de négoce le DGPP maitrise l’anglais , peut être il pourrait faire la différence n’est ce pas RAGUST.

  10. Mais je ne comprends pas. On a arrêté des passeurs, certes, mais qui était propriétaire de la cargaison, avant sa saisie? Les vrais pilleurs de Madagascar sont ces gens là!
    Est ce qu’on a des pistes? Des noms?

  11. @Mpijery, une fois dans les rouages de la justice Sud Af, on ne pourra plus cacher les noms des gros bonnets….

  12. Madagascar a tout d’étrange

  13. « il faut agir avant le 12 janvier prochain car la Justice sud-africaine compte juger à cette date les trois personnes impliquées ».
    Pourquoi tant d’empressement? Je préfèrerais plutôt que ce soit jugé par les Sud-Africains, dans un vrai tribunal

  14. Bien dit Mr RAKOTONIRAINY alors que nous avons 60 généraux certains fraichement promus. C vraiment une république bananière

  15. Le  » VAZAHA  » en question il n’est pas trop difficile de remonter à son identité par sa proximité avec cet avion privé mais les autorités avec toutes ces gesticulations inintéressantes semblent le ménager déjà dans une affaire de crime crapuleux au City Ivandry . Cette brochette de guignols au pouvoir surtout au niveau de la justice donne plus un spectacle de façade et personne ne croit en leur bonne foi pour boucler rapidement cette affaire . Les lampions vont encore trinquer …

  16. Wayne Rabomba ! Hita fa frontière-passoire be izao de mody manao cinema eo indray ….

Poster un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.