Contexte politique : La société civile roule pour le dialogue

« Face à  la  grogne sociale grandissante  et au contexte politique dangereusement crisogène » selon le mouvement Rohy, l’organisation propose le dialogue pour une « gestion équilibrée ». Sans cela, le pays risque de faire face à une nouvelle crise.

 Le contexte politique délétère ne laisse pas insensible la société civile qui participe activement aux débats. Le mouvement Rohy, hier, a passé en revue lors d’une conférence de presse, les évènements de ces derniers jours et livre un constat amer sur la situation qui prévaut. Le pouvoir en place, l’opposition en passant par les forces de l’ordre, ont reçu, quant à eux, des sévères critiques de la part du mouvement qui demande à ces acteurs politiques une « prise de conscience radicale ». Une crise est redoutée par la société civile qui veut que « le droit et la liberté de manifester soient garantis » et les forces de sécurité cessent les « bavures malheureuses ».

Colère. Le mouvement Rohy « reconnaît pleinement les forces de l’ordre la mission de maintien de l’ordre afin de maintenir une paix civile, faire respecter la loi et assurer la continuité des activités de la cité ». « C’est une mission difficile car elle est impopulaire, notamment quand il y a une insatisfaction patente et donc colère de la part des citoyens », poursuit le communiqué. Elle est également ingrate, affirme toujours le Rohy, car les agents des forces de l’ordre subissent aussi coups et blessures, voire des décès dans leurs rangs pendant les manifestations et ne font pas l’objet d’une reconnaissance dans l’exercice de leur mission.

Préventif. Seulement, le Rohy a mis un bémol car « le maintien de l’ordre actuel, de caractère légaliste et plus répressif que préventif, tend  à  restreindre les libertés individuelles ». Et si le maintien de l’ordre se veut être « impartial », selon toujours cette organisation de la société civile, dans la mesure où il ne devrait être « basé à protéger politiquement tout un pouvoir en place » mais plutôt de « garantir les droits des citoyens à l’expression », les forces de l’ordre devraient être conduites afin que « les rassemblements publics se déroulent de la meilleure manière possible ». La « prévention dans le maintien de l’ordre pour les forces de sécurité consiste à se déployer contre les actes de vandalisme ou contre les contre-manifestants quels qu’ils soient », a soutenu le mouvement.

 Faible volonté. Quand le mouvement Rohy aborde les acteurs politiques, il adopte un ton dur et lance des critiques acerbes aussi bien à l’endroit des opposants que des tenants du pouvoir. « Les dirigeants actuels estiment que la vérité est de leur côté,  ne supportent aucun doute et aucune critique », a affirmé le mouvement Rohy. Ils « ont également une très faible volonté de concertation et d’écoute alors que nous sommes en 2021 et que la gouvernance est en piteux état ». A cet effet, toujours selon le Rohy, ils « considèrent comme ennemi de la nation tout détracteur, dont l’opposition, et instrumentalisent les forces de sécurité à leur profit politique ».

Déplorable. L’opposition, quant à elle,  est critiquée par cette organisation de la société civile, avec « son attitude jusqu’au-boutiste verbal ».  Et le fait qu’on ne perçoit pas, selon toujours le Rohy, les visées concrètes et positives dans la démarche des opposants de remettre en question le pouvoir en place, et qui permettraient aux citoyens de se rassurer sur leurs  intentions d’être un acteur responsable et non inconséquent, est déplorable. Sur les ondes de « Miara-manonja », les opposants sont soupçonnés « d’incitation à la haine et de troubles à l’ordre public ».

 Dialogue. Le mouvement estime que seule l’option du dialogue conduira à une issue de la situation politique actuelle.  A cet effet, le Rohy appelle les opposants « à plus de retenue et de responsabilité en faisant des propositions concrètes et en acceptant le dialogue ». Et le pouvoir en place devrait « dialoguer, selon le mouvement, avec l’opposition et s’atteler à redresser réellement le pays en travaillant de concert avec les autres acteurs nationaux dont  le secteur privé existant et la société civile notamment les OSCs, les syndicats, les Eglises et les médias indépendants ».

Recueillis par Rija R.

Suivez-nous aussi sur Facebook

Partager cette publication

3 Commentaires - Ecrire un commentaire

  1. 19:00 – FENOARIVO ATSINANANA
    Le maire de la commune de Mahambo, dans le district de Fenoarivo Atsinanana, a effectué une descente à l’école primaire d’Antanambazaha, ce 24 février, pour constater le quotidien des écoliers sans table bancs de cet établissement. Le maire a promis de faire le nécessaire pour que ces élèves puissent disposer des infrastructures nécessaires pour mieux étudier. »
    LA HONTE pour MADAGASCAR alors que l’on injecte des millions de dollars pour des stades de foot et
    Que pensez vous d’un entraîneur de foot qui touchait le smic en France et bénéficie d’un salaire mensuel de plus de 7.000,00€ plus tous les avantages en nature que l’on peut chiffrer à l’équivalent du salaire alors que des gamins ne peuvent même pas étudier et que d’autres crèvent de faim

  2. Madagascar Birmanie même combat et pourtant :
    « L’utilisation de balles réelles contre des personnes non armées est inacceptable », ont déclaré mardi dans un communiqué les ministres des Affaires étrangères du G7, les sept plus grandes puissances de la planète, également signé par l’Union européenne.

    « Quiconque répond à des manifestations pacifiques par la violence doit être tenu responsable », ont-ils déclaré, appelant les forces de sécurité du Myanmar à « faire preuve de la plus grande retenue et respecter les droits de l’homme et le droit international ».

  3. Un plat copieux de Vary @ ny anana, mais pourrait-on manger à satiété ? Là est le quid du dialogue esquissé par une mosaïque d’entités.
    Pour ne pas parler à la cantonnade comment arriver à une corrélation entre : État, Nation, et autres composantes de la société ? Tels: partis politiques, syndicats, ONG, … etc.
    Quelques points saillants sont à voir
    1/ Acceptation sans
    préalable et Respect par tous participants au dialogue , des infrastructures de l’État et des Institutions. En tant qu’ État de droit
    L’État de droit se définit comme un axiome.
    2/ Acceptation par tous les participants au dialogue, de chacun des éléments sélectionnés .
    3/ Engagement ferme et irrévocable à l’application des résolutions arrêtées par les parties prenantes.
    Les points cités ci-dessus devraient être l’œuvre de la société civile dans leur réalisation.
    Alors, Dialogue ! OUI ! Mais avec Double Bémol.
    Le dialogue ne se fait que sur un sujet précis et ne peut se prévaloir de la gouvernance. … etc…
    Le dialogue ne peut être un panier à crabes encore moins une cour d’exigences.

Poster un commentaire