État d’urgence sanitaire : Fermeture de 5 régions, rétablissement du couvre-feu

Andry Rajoelina a annoncé plusieurs mesures dans une émission spéciale samedi dernier. Le président de la République est allé droit au but et a apporté des éléments de réponse aux questions que se posent les Malgaches. Andry Rajoelina a notamment parlé de la Covid-19 et des mesures sanitaires qui allaient être mises en place pour endiguer sa propagation.

 

Pour l’heure, Madagascar choisit de ne pas reprendre le confinement. Mais le chef de l’Etat n’écarte pas le retour au « Fihibohana » si la pandémie continue de gagner du terrain. « On a pu voir lors de la première vague de la pandémie qu’un confinement total est insupportable pour l’économie et les ménages. Tout le monde doit prendre ses responsabilités et doit être conscient des difficultés que cela pourrait engendrer. Afin d’éviter un nouveau confinement, je vous encourage à respecter les mesures sanitaires », a-t-il martelé. Pour le moment, Andry Rajoelina continue de prioriser la campagne de conscientisation et rappelle que ce nouveau variant sud-africain est très dangereux et très meurtrier. En deux semaines, 2953 nouveaux cas et 104 décès causés par la Covid-19 ont été recensés à Madagascar. A entendre les explications du président de la République, ce variant sud-africain touche toutes les couches sociales et toutes les tranches d’âge. La majorité des cas graves traités dans les hôpitaux ont entre 30 à 50 ans, a-t-il affirmé. Andry Rajoelina appelle tout un chacun à limiter les déplacements et les contacts.

 

Contrôle. Après consultation des trois chefs d’Institution, le président de la République annonce la reprise de l’état d’urgence sanitaire sur toute l’étendue du territoire. Un décret y afférant a ainsi été pris le 3 avril. Et ce, pour une durée de 15 jours. Pour limiter la propagation du virus, le numéro un d’Iavoloha confirme la fermeture de tous les établissements scolaires publics et privés, ainsi que des universités pendant deux semaines. Cependant, les travaux de digitalisation et de contrôle des listes des étudiants se poursuivent au niveau des universités. La fermeture de trois autres régions, autres que Nosy-Be et Boeny qui sont déjà fermées depuis deux semaines, a également été décidée. Il s’agit d’Analamanga, Antsinanana et SAVA. Par ailleurs, le couvre-feu fait son retour au niveau de ces 5 régions, de 21h à 4h du matin. Toutes ces mesures engendrent la reprise des réquisitions des médias et de tous les autres services prévus par les textes régissant l’état d’urgence. Andry Rajoelina annonce aussi une nouvelle application des travaux d’intérêt généraux comme sanction pour ceux qui ne respectent pas le port du masque et les gestes barrières.

 

Aucune autorisation spéciale. Pour le moment, tous les secteurs, dans le public comme dans le privé, sont autorisés à poursuivre leurs activités. Les restaurants restent ouverts mais ne sont autorisés qu’à recevoir la moitié de leur capacité d’accueil. Les bars, les karaokés et les boîtes de nuit, quant à eux, sont fermés. En ce qui concerne les transports, les zones nationales reliant les autres villes aux régions Analamanga, Boeny, Antsinanana, SAVA et Nosy-Be sont suspendues à partir de ce jour. A l’exception des véhicules transportant des malades, aucune autorisation spéciale ne peut être octroyée. D’ailleurs, pour veiller au respect strict de cette disposition, des barrages sanitaires sont installés à l’entrée de ces 5 régions. En revanche, pour ce qui est des taxibe et des transports urbains, ceux-ci sont autorisés à poursuivre leur travail dans le strict respect des gestes barrières et l’interdiction d’utiliser les strapontins. Les transports de marchandises, quant à eux, sont autorisés à circuler librement. Pour le moment, les vols extérieurs au départ de Nosy Be restent suspendus mais Tsaradia est autorisé à desservir les vols domestiques au niveau des régions non concernées par la fermeture. Cependant, les passagers doivent impérativement présenter un résultat de test PCR à l’embarquement. Dans les églises et les mosquées, les rassemblements de plus de 100 personnes sont interdits. Egalement, les rencontres sportives doivent se dérouler en plein air et sans spectateur.

 

Solidarité. Pour faciliter l’accès aux soins et au traitement, toutes les pharmacies au niveau des cinq régions susmentionnées sont réquisitionnées et doivent assurer la permanence 24h/24. Cette décision a été prise après consultation de l’ordre des pharmaciens qui a déjà publié une longue liste des pharmacies de garde et des pharmacies ouvertes 24h/24 pour la période du 3 au 10 avril. Désormais, tous les médicaments inscrits dans le protocole de traitement de la Covid-19 sont disponibles dans les pharmacies et tout le monde peut s’en procurer en cas de besoin, avec ou sans ordonnance. D’ailleurs, le ministère de la Santé publique a déjà lancé la page « Centre de traitement du Covid-19 » sur Facebook. Une page où le personnel médical donne des conseils et peut octroyer des consultations en ligne pour faciliter la prise en charge des patients. La Brigade d’Intervention Spéciale (BIS), quant à elle, peut être jointe sur le numéro vert 914.

Durant cette intervention télévisée, le président Andry Rajoelina a réitéré que la prise en charge des patients de la Covid-19, ainsi que les médicaments pour le traitement de la pandémie étaient gratuits. Tous les CSB à travers l’île assurent ainsi la prise en charge des formes légères du coronavirus, c’est-à-dire ceux qui présentent des symptômes légers, tandis que les patients présentant des formes modérées (ndlr : petites difficultés respiratoires) sont traités au niveau des centres de traitement (CTC-19) à Mahamasina, Ivato et Andohatapenaka. Le chef de l’Etat a laissé entendre que le CTC-19 au Lycée technique Alarobia ouvrira ses portes à partir de demain, le 7 avril. Pour ce qui est des formes graves, ils sont reçus au niveau des centres hospitaliers publics et des hôpitaux manara-penitra. Pour faire face au manque d’oxygène au niveau des hôpitaux, le gouvernement a commandé 800 bouteilles de plus. Selon Andry Rajoelina, les besoins au niveau des hôpitaux malgaches sont de 600 bouteilles d’oxygène. Andry Rajoelina appelle à la solidarité de tous les malgaches pour faire face à cette pandémie. Il n’a également pas manqué de remercier et d’encourager le personnel de santé qui assure la prise en charge des patients et prend des risques pour sauver des vies.

Davis R

Suivez-nous aussi sur Facebook

Partager cette publication

7 Commentaires - Ecrire un commentaire

  1. Mada est en retard en attendant quoi ?? Que le virus disparaisse tout seul ??
    L’hiver est là et comme prévu il frappe et il fallait bouger avant, passe mora mora !!

  2. Je suis arrêtée de voir tant de peur chez tous. La peur est le principal vecteur de la maladie.

    Il faut avant tout dopper son système immunitaire et le stress comme la privation de bon air aggravé les choses. Un décès en Boeny et on se croirait en état de guerre. Je ne connais personne qui ait été atteint du covid a majunga!!!!!

  3. Ne vous précipitez pas,
    Faites confiance à notre dirigeant, à nos scientifiques, l’IMRA et Pharmagasy, …
    Vive le VITA GASY : du CVO++++ pour tous!
    Du préventif et du curatif.
    .
    .
    Le Pape Saint François a prié l’OMS de donner GRATUITEMENT le vaccin qu’au pays pauvres seulement.

  4. Dans le plus bref delai tous habitants malgaches seront vaccinés…….

    Vaccination rapide

    TGV ALLER ALLER—

  5. @ Titou

    Niet ! La campagne de vaccination « tardive » impactera sérieusement sur la gestion de la saison hivernale de l’épidémie car il faudrait vacciner au moins 10 millions de Malgaches d’ici 2 mois ( ce qui est très juste ) pour l’immunisation de la population afin d’endiguer la circulation virale . Vos inepties affirmées ici sur l’association éventuelle du CVO et du vaccin en même temps comme stratégie de prise en charge relèvent d’un raisonnement insensé à l’encontre du mode d’ action des deux produits . D’ailleurs votre CVO vue le nombre de formes graves et surtout de décès n’a nullement fait la preuve de son efficacité . Les autres mesurettes prises par le président de la république servent surtout à ménager la chèvre et le chou . Il a fallu une mise sous cloche totale de 15 jours pour trois régions où les cas contaminés sévissent sérieusement à savoir : Analamanga , Mahajanga et Diana . Les frontières aériennes comme à Maurice devraient être fermées également pendant 15 jours . La seule alternative à ces deux mesures de freinage de la propagation virale c’est le couvre feu à partir de 18h pour les trois régions sus citées .Economiquement parlant ça pourrait être désastreux mais c’est le prix à payer à cause du refus de mener une campagne de vaccination dès fin février 2021 . Les mesures répressives sont trop faciles avec une population minée par la pauvreté , l’éducation citoyenne n’est pas de trop au lieu de faire des propagandes imbéciles du CVO dans les spots publicitaires de la télévision publique . Surtout la responsabilité individuelle mais les malgaches ne sont pas un peuple niais en constatant certainement ces décès quotidiens .

  6. Confronté aux mêmes problématiques que beaucoup de chef d’Etat, l’ensemble des mesures apparaissent équilibrées, justes et adaptées. Confinement des foyers principaux, sévérité maximale contre les irresponsables, renforcement et accessibilité libre et facilité de tous les moyens de santé, recours à la vaccination avec liberté de choix et préservation de la vie économique. Chaque pays a ses propres contraintes. Il ne peut y faire face qu’avec les moyens dont il dispose. Malgré tout une certaine solidarité internationale existe mais elle ne peut pas tout pour tous. Il est donc fondamental de préserver la vie économique afin que les moins aisés puissent continuer à vivre de leur travail et passer ce cap difficile.

  7. Et les mpanohitra ne seraient plus les premiers hotsinfromina… Pauvres mpanohitra, ils sont des premiers qui deviendront derniers.

Poster un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.