Pr Jean Louis Rakotovao : «Les centres de traitement sont débordés»

Le débordement des hôpitaux publics ne date pas d’hier.

Les formes de Covid-19 observées actuellement sont surtout celles graves selon le ministre de la santé publique. La production d’oxygène a été augmentée afin de satisfaire les demandes.

«L’on remarque actuellement que les centres de traitement Covid-19 d’Analamanga sont débordés». Ce sont là les propos du Pr Jean Louis Rakotovao, ministre de la santé publique malgache dans une vidéo partagée sur la page Facebook officielle de son département ministériel dans la matinée d’hier. «Une hausse soudaine du nombre de contaminations qui a entraîné la saturation des centres de traitement des cas modérées de covid-19 mis en place par le gouvernement» si l’on s’en tient aux explications du ministre de la santé publique lors de son intervention à la télévision malagasy hier toujours. Ladite intervention à la TVM a également été l’occasion pour le ministre de la santé publique de noter que «la plupart des cas enregistrés actuellement sont des formes graves». «Bien qu’il y a des formes légères et/ou modérées, celles-ci se transforment rapidement en formes graves» a-t-il noté. «Une explosion des cas graves qui a fait augmenter les besoins en oxygène» si l’on s’en tient toujours aux explications du ministre. «L’on a remarqué, dans tous les centres qu’on a visité, un besoin important d’oxygène» a-t-il indiqué dans la vidéo partagé sur la page Facebook officielle du ministère de la santé. Il conviendrait toutefois de noter que les Centres de Santé de Base prennent en charge les cas légers de la Covid-19 tandis que les formes modérées sont pris en charge auprès des centres de traitement covid ou CTC éparpillés dans la capitale.

Renfort. L’intervention du ministre de la santé publique à la télévision nationale d’hier a également permis de savoir que «des partenaires techniques et financiers du gouvernement, ont accepté de prêter main forte au gouvernement afin d’augmenter la production d’oxygène dans le but de satisfaire les demandes». «Je tiens à confirmer ce que j’ai dit hier (lundi dernier) comme quoi un camion transportant de l’oxygène liquide était en partance de Tamatave pour Antananarivo afin de renforcer la production», a précisé le Pr Jean Louis Rakotovao. Ainsi, «l’oxygène liquide a été fourni par la compagnie minière Ambatovy, transporté par la société Air Liquid avant d’être embouteillé par la société Gaz Industriel dans des bonbonnes fournies par la société Eole», si l’on s’en tient toujours aux explications du ministre. Ce dernier de profiter de l’occasion de rappeler que «l’État s’active afin de trouver les solutions aux problèmes actuels. D’où la résolution de celle relative à la pénurie d’oxygène dans un délai assez court». Ainsi, la production d’oxygène serait passée de 350 à 425 bonbonnes de lundi à mardi dernier. Outre l’augmentation de la production d’oxygène, l’État entendrait également remettre en activité les dispositifs tels que la Cov-Data et la Plateforme nationale de gestion médicale de la Covid-19 (PNJM) afin de permettre d’orienter les malades vers les centres qui disposent de lits permettant de les prendre en charge. Une seconde vague de dotation de médicaments des Centres de Santé de Base (CSB) aurait également été opérée par le ministère de tutelle depuis hier afin de faire face à la pénurie de médicaments. Si la hausse de la production d’oxygène donne un peu de souffle à la lutte, les cliniques privées sont également débordées au même titre que les hôpitaux et centres publics.

José Belalahy

Suivez-nous aussi sur Facebook

Partager cette publication

5 Commentaires - Ecrire un commentaire

  1. @ Mpandinika
    Pour ma part j’ai rien a vous prouver et de surcroit à un individu qui ne réagit pas comme vous « MPANDINIKA « .
    Même si on vous chie sur la tête vous êtes la béa  » MANDINIKA « . Aller du courage à vous.

  2. Et vous RANDRIA….??.. êtes vous si sûr que vous valez quelque chose ?. . prouvez le… chiche..

  3. Je me demande s’il a fait des études en médecine ce ministre mais pour moi il a un petit pois dans la tête….

  4. @ Titou

    CVO et vaccin ? Je prends … C’était bien vos dithyrambes à l’annonce de ce gouvernement sur son adhésion au dispositif COVAX de l’ OMS . Ce n’est pas grave car il n’y a que les imbéciles qui ne changent pas d’avis et le ridicule ne tue . Votre CVO n’est pas le remède miracle contre cette épidémie . La nouvelle molécule MOLNUPIRAVIR un vrai antiviral est en phase III pour les essais cliniques . Pour espérer l’immunité collective protectrice de la vaccination au moment de la saison froide il faudrait vacciner 10 millions de Malgaches ne serait-ce avec une Ière dose . Le pays paie au prix fort l’obscurantisme , l’irresponsabilité et l’incompétence de ce régime avec cette courbe exponentielle des formes graves et du nombre de décès de cette épidémie . L’acceptation du programme humanitaire de l’OMS avec les vaccins revêt beaucoup d’hypocrisie car ils ne veulent pas faire de l’ombre avec Pharmalagasy . Ce ministre de la santé a soutenu que la prise en charge des variants ne diffère pas de la souche originelle du coronavirus en 2020 . Hier encore il a récidivé en affirmant que l’association du CVO + et l’azithromycine est le protocole de traitement qui a fait ses preuves . Gardez pour vous votre CVO mais ne venez pas nous dire qu’il est compatible avec la future campagne de vaccination .

  5. « l’État s’active pour répondre aux problèmes actuels » dit le Ministre. C’est son devoir. Mais sa raison d’être n’est-elle pas l’anticipation ? Aujourd’hui, l’absence de décisions précoce sur une parade vaccinale ou les atermoiements se payent au prix fort de vies perdues. Au suivi des conditions de diffusion épidémique dans cette zone de l’océan indien ouest, il était prévisible qu’à un moment ou un autre ce variant sud-africain s’y répandrait ici aussi d’autant que dès février il infestait fortement les Comores et Mayotte. S’il est vrai que la vaccination mondiale débutait à peine après la recherche de vaines parades médicamenteuses, il n’en demeure pas moins également que refuser l’adhésion au programme COVAX était une faute d’arrogance déplacée. Il ne reste plus qu’à espérer que la population, aujourd’hui consciente des risques majeurs qu’elle encoure, se protège en protégeant les autres dans l’attente d’une campagne de vaccination qui seule pourra permettre à chacun de vivre sa vie et y retrouver les joies qui l’accompagnent.

Poster un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.