Opposition : Le leadership de Ravalo contesté

À l’allure où vont les choses, l’opposition sera en ordre dispersé et ne parviendra pas à présenter un candidat unique lors de la prochaine échéance électorale.

Imbroglio total au niveau de l’opposition. Pour l’heure, aucun consensus n’a été trouvé sur la personnalité qui occupera le poste du chef de l’opposition. Un poste que l’ancien président Marc Ravalomanana revendique. En effet, au lendemain de l’adoption au Sénat de la Loi Brunelle relative au Statut de l’opposition, l’ancien président a convoqué une réunion des membres du « Rodoben’ny Mpanohitra ho an’ny Demokrasia eto Madagasikara » (RMDM) pour exprimer sa position sur le sujet. En gros, Dada dit non à une opposition parlementaire. C’est plutôt logique dans la mesure où cette loi Brunelle l’exclut de la course à la tête de l’opposition. Le texte en question prévoit que le poste du chef de l’opposition sera confié à un député élu qui occupera en même temps la place du 7è Vice-président à l’Assemblée nationale.

Friction. Après l’adoption de cette loi sur le statut de l’opposition, une friction s’installe au sein du RMDM en particulier et au niveau de l’opposition en général. Bon nombre de politiciens anti-régime commencent à contester le leadership de l’ancien président Marc Ravalomanana. La réunion qui s’est tenue du côté d’Andraharo la semaine dernière s’est soldée par un clash. D’après les informations, les leaders du « Hery Vaovao ho an’i Madagasikara » (HVM) remettent en cause la stratégie mise en place par Dada. Ce dernier est accusé notamment de vouloir redorer son image, et de faire une autopromotion à travers les descentes hebdomadaires au niveau des marchés. En effet, bon nombre d’observateurs estiment que le numéro Un de l’Empire Tiko commence déjà les préparatifs en vue de la Présidentielle de 2023. Apparemment, cette précampagne n’a pas obtenu la caution des membres du RMDM.

En ordre dispersé. A l’allure où vont les choses, l’opposition sera en ordre dispersé et ne parviendra pas à présenter un candidat unique lors de la prochaine échéance électorale. De son côté, le HVM prévoit aussi de mettre en place une stratégie pour que la place du Chef de l’opposition soit confiée à l’ancien président Hery Rajaonarimampianina, ou du moins pour obtenir le poste du 7è Vice-président à l’Assemblée nationale. Et ce, même si sur le papier, le parti n’a aucune chance d’y parvenir vu la composition des forces politiques à Tsimbazaza. Même ambition et même stratégie pour le « Malagasy Tonga Saina » du député Roland Ratsiraka qui, lui aussi, se positionne en embuscade. Quoi qu’il en soit, avec le bras de fer qui s’installe actuellement, il serait difficile, voire impossible, pour Marc Ravalomanana d’obtenir le poste du chef de l’opposition. Car d’après les informations, son leadership est aussi contesté à l’interne. Certains élus du « Tiako i Madagasikara » se voient aussi être en bonne position pour réclamer la place du chef de l’opposition. Bon nombre d’observateurs estiment en effet que maître Hanitra Razafimanantsoa, Fidèle Razara Pierre et d’autres figures du « Miara-manonja » peuvent aussi diriger une opposition parlementaire. Reste à savoir si leur mentor, l’ex-président, acceptera enfin de jouer la carte de la relève politique.

Davis R

Suivez-nous aussi sur Facebook

Partager cette publication

3 Commentaires - Ecrire un commentaire

  1. RAha ny hevitro dia i Marc RAVALOMANANA iany n tena tokony ho leader de l’opposition

  2. Est ce que le hvm existe encore ??
    C’est une manipulation du pouvoir qui n’aboutira à rien comme d habitude.

  3. Izany HVM izany tsy zo ianteherana intsony fa aleo hiala andaharana any. Ny TIM sy i Marc RAVALOMANANA mbola manana ny lanjany lehibe eo imason’ny vahoaka malagasy noho ireo olona taloha tao amin’ny HVM ireo …

Poster un commentaire