Gouvernement malagasy : Demande d’explications sur le vaccin Covishield à l’OMS

Le Professeur Rakotovao Hanitrala Jean Louis se dit consterné par le communiqué de l’Ambassade de France.

 

« Y a-t-il un vaccin pour les Africains et un vaccin destiné aux Européens » ? C’est la question que se pose le ministre de la Santé publique, le Professeur Rakotovao Hanitrala Jean Louis. En effet, le numéro Un de la santé publique a réagi au communiqué publié mercredi dernier par l’Ambassade de France à Madagascar, soutenant que le vaccin Covishield n’est pas reconnu par les autorités de l’Union européenne et ne peut pas servir de passeport pour entrer en France. Les personnes vaccinées par le Covishield sont donc considérées comme non-vaccinées. Se disant consterné par cette annonce, le ministre de la Santé de rappeler que c’est l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS) qui nous a encouragés à passer commande et nous a fourni le vaccin Covishield à travers l’initiative Covax. Le Professeur Rakotovao Hanitrala Jean Louis a aussi souligné que lors de l’arrivée de la première dose de vaccin, les représentants résidents du Système des Nations Unies, de l’OMS, celui de l’Union Européenne, ainsi que des représentants du Corps diplomatique et consulaire ont fait le déplacement à l’aéroport d’Ivato pour témoigner de leur soutien à l’initiative, mais aussi et surtout pour encourager la population Malagasy à se faire vacciner. Par rapport à cette annonce de l’Ambassade de France, le Gouvernement Malagasy, par l’intermédiaire du ministre de la Santé publique adresse une demande d’explications auprès de l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS). « Nous attendons la réponse de l’OMS par rapport à cette question », a déclaré hier le Professeur Rakotovao Hanitrala Jean Louis.

Bras de fer. Nul n’ignore en effet que pendant toute la durée de la campagne de vaccination, l’OMS, le Pnud et les autres membres de la Communauté internationale n’ont cessé d’encourager la participation active du peuple Malagasy. Une incitation que l’on peut plutôt considérée comme une réussite car pendant les deux dernières semaines de la campagne, le taux de vaccination a fortement augmenté si au début, les Malagasy étaient plutôt réticents. Reste à savoir si l’OMS réagira à cette demande d’explications du Gouvernement. Quoiqu’il en soit, cette affaire risque de provoquer un nouveau bras de fer entre l’OMS et les autorités malagasy. Faut-il rappeler qu’une tension a déjà existé lorsque l’Institut Malgache des Recherches Appliquées (Imra) a découvert le Tambavy Organics. A travers les réseaux sociaux, bon nombre d’observateurs crient au scandale. L’OMS est même accusée de tromperie voire à l’arnaque. L’évolution actuelle de la situation donne plutôt raison au président Andry Rajoelina qui a toujours été contre le vaccin anti-Covid. « C’est contraire aux recherches déjà réalisées par nos chercheurs », estime-t-il. Sous la pression internationale et de l’opposition dont l’ancien président Marc Ravalomanana qui a écrit une lettre à l’endroit du Système des Nations Unies le 19 mars 2021 pour réclamer l’importation de vaccin, le régime a finalement cédé et a passé commande tout en martelant que le vaccin contre la Covid n’est pas obligatoire. Bon nombre des concitoyens ont choisi de se faire vacciner par le Covishield uniquement à cause de voyages ou des déplacements prévus en France ou dans un autre pays européen. Il convient cependant de rappeler que les vaccins sont à priori faits pour se défendre contre le virus et non pour servir de document de voyage.

Davis R

Suivez-nous aussi sur Facebook

Partager cette publication

6 Commentaires - Ecrire un commentaire

  1. En attendant la validation de L’UE souveraine mais jamais respectée dans toute son histoire, de par la grande Bretagne, les États scandinave et la Suisse, les vaccins Covax seraient distribués ‘à tort ?’ aux dépends des populations déshéritées de l’Afrique ? Ce fut un grand pas pour l’Europe de lancer la vaccination, mais que dire de l’opinion européenne par rapport à l’OMS ? Lamentable ! et forcément le fruit de conflits d’intérêts à la commission de l’ UE

  2. La réponse est simple, à ma connaissance :

    (1) Le certificat de vaccination n’est valable que pour ceux ayant obtenus LES DEUX DOSES. Or Madagascar n’a fait que les premières injections.

    (2) Si ma mémoire est bonne, il semble aussi que les autorités françaises se réserveront de valider ou non l’attestation de vaccination après les deux doses, apparemment non liés à COVIDSHIELD qui est approuvé par l’OMS, mais plutôt à l’organisation qui a certifiée l’attestation (qui va le certifier Min Santé? OMS? …?)

  3. Où est le vaccin manara penitra ?
    Patience, l’imra est en train de le finaliser,
    Les US et les Européens sont pressés pour passer la commande de vaccin chez IMRA.

  4. Madagascar est un pays souverain,
    Le chef, les ministres, …. ont dit avant de se décider : on regarde, on réfléchit, ….
    Je pense qu’on a pas obligé Madagascar à se faire vacciner.
    On a notre académie de médecine, ministre de la santé, de la communication , … et l’excellent IMRA
    Au pire le CVO++++ est toujours là (super préventif et extra curatif)

  5. Bonjour.
    Question ( de bon sens) : pourquoi la 1ère dame de France n’est-elle pas vaccinée ?
    Puisque le désir de France est irrépressible chez les Malgaches, ne devraient-ils pas s’inspirer ( à défaut de réfléchir) de l’attitude de ladite dame?
    Et c’est le moment de se rappeler que le président A.R a prôné le renforcement des défenses immunitaires avec les remèdes traditionnels malgaches dont le tant décrié et moqué Tambavy Organics . A en croire les scientifiques (non encartés),  » wait and see! »

  6. Le vaccin covidshield est un vaccin non validé par l’UE .Ce ministre qui brille par son incompétence a oublié que c’est l’académie de Médecine qui a proposé covidshield et c’est après seulement l’inscription tardive au dispositif covax . Donc qu’ils assument . leur choix tous ces guignols et qu’ils continuent à délirer sur leur CVO .

Poster un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.