Crise alimentaire dans le Sud : 1,31 millions de victimes entre octobre et décembre 2021

La situation nutritionnelle durant cette période. Aucun changement de phase n’est attendu dans les autres districts analysés, sauf dans un district (Ampanihy Ouest) où la situation nutritionnelle est très volatile.

Ambovombe-Androy risque de subir une famine à partir du mois d’octobre prochain si l’on s’en tient à l’IPC ou Cadre Intégré de la Classification de la Sécurité Alimentaire publié ce mois.

La fin d’année s’annonce difficile pour des milliers, voire des millions de Malgaches habitant le Grand Sud de Madagascar. C’est ce qu’annonce une projection de la situation de la sécurité alimentaire allant d’octobre à décembre 2021 prochain. Une « période de soudure caractérisée par l’insuffisance des stocks alimentaires, l’inflation causée par la Covid-19 et les restrictions qui en découlent ainsi que les faibles opportunités de travail, l’entre octobre et décembre 2021 pourrait plonger 1,31 personnes en phase 3 de l’IPC ou phase de crise alimentaire ou plus ».

Une projection faite via le Cadre Intégré de la Classification Alimentaire récemment publié qui fait savoir également que « la population en Phase 5 de l’IPC (Catastrophe) dans le district d’Amboasary Atsimo doublera et le nombre de personnes en Phase 4 (Urgence) de l’IPC ou plus dépassera le cap de 510.000 personnes ». Dans la même foulée, le district de Betioky rejoint la liste des districts en crise alimentaire vers la fin de cette année. Par ailleurs, le document souligne que la détérioration de la situation nutritionnelle sera plus importante à partir de janvier 2022 si aucune action n’est entreprise. Une période qui correspondrait à un pic des cas de malnutrition aiguë.

Constance. Si la situation est dramatique pour beaucoup de districts, celui de Toliary II devrait toutefois s ‘améliorer jusqu’en décembre 2021. Ce, en raison de « la diminution des morbidités ». Les autres districts quant à eux ne devraient observer « aucun changement de phase malgré la détérioration attendue de la situation nutritionnelle durant cette période ».  Une détérioration qui « entraînera probablement un changement de phase pour cinq districts, dont quatre districts – Amboasary-Atsimo, Beloha, Tsihombe et Ampanihy Ouest – passeront en phase Critique (Phase 4 de l’IPC) et un district (Betroka) en phase Sérieuse (Phase 3 de l’IPC). Une augmentation de l’incidence des maladies est attendue sur les deux périodes de projection, augmentant ainsi la vulnérabilité des enfants à la malnutrition sur ces périodes en plus de la détérioration attendue de l’insécurité alimentaire ».

José Belalahy

Suivez-nous aussi sur Facebook

Partager cette publication

2 Commentaires - Ecrire un commentaire

  1. C’est un problème urgent Monsieur le Président , vous avez été élu pour  » TOUT Madagascar  » , il y avait une grande fête le 26 juin alors que nos Frères / Soeurs meurent de faim dans le SUD …

  2. Monsieur le journaliste, c’est mieux d’expliquer une fois en claire l’abréviation IPC avant de l’utiliser plusieurs fois dans l’article. les lecteurs ne vont rien comprendre.
    .
    Phase 1, … 5 , …. cop26, … cop29. Messieurs les dirigeants, …. donnez à manger aux Malagasy,
    C’est la faute du climat, bla bla bla….. on va poursuivre qui comme responsable de la famine à Madagascar? on va mendier où ?
    Qui doit apporter la réponse pour cette famine ? ONU, PNUD, FAO, Sénégal, …. IMRA, … Pharmagasy
    Vous n’avez pas honte ? Où est le patriotisme et la solidarité nationale ?

Poster un commentaire