Trésor public : Les leaders syndicaux se mobilisent

La dernière manif au sein du Trésor public remonte à 2015.

Des syndicats du personnel du Trésor public se sont réunis dans un contexte où cette institution est de nouveau sous le feu des projecteurs.

 

Une réunion des représentants du personnel du Trésor public aurait eu lieu mercredi dernier. Une rencontre qui a pu mobiliser tous les leaders des syndicats et représentants des corps professionnels au sein de cette institution. Le syndicat des inspecteurs du Trésor, l’association des femmes inspecteurs du Trésor, le syndicat des contrôleurs du Trésor, le syndicat des percepteurs principaux des finances, le syndicat des comptables du Trésor, le syndicat du personnel du Trésor ont été de cette partie. L’ancien directeur du Trésor public, Orlando Robimanana, est, lui aussi dans cette initiative et la présence de ces représentants syndicaux a été confirmée dans une publication de ce dernier sur sa page Facebook.

 

Mouvement. La réunion aurait également rameuté d’autres figures du Trésor public notamment ses anciens directeurs généraux, comme Vonintsalama Andriambololona, Louis Maxence Randriantoetra, Herivelo Andriamanga. Il s’agit de « toutes les forces vives du Trésor public malagasy », a soutenu Orlando Robimanana sur la toile. Cette réunion augure-t-elle alors un mouvement qui est en train de se tramer à Antaninarenina ? En tout cas, elle intervient dans un contexte où le Trésor public a attiré le feu des projecteurs depuis quelques jours suivant le départ de son ancien directeur général Ihaja Ranjalahy. Et selon Orlando Robimanana, la rencontre a eu pour objet

l’ « analyse de la situation qui prévaut et l’analyse de la situation du Trésor public actuellement ».

 

Limogeage. Mercredi dernier, la nouvelle ministre de l’Économie et des Finances, Rindra Rabarinirinarison a été très critique sur la situation au sein de cette institution. Elle parle de l’existence d’une « grande corruption » au sein du Trésor public, qui « fait beaucoup de bruits ». « Beaucoup de gens se plaignent de cette situation » a-t-elle rajouté. Depuis quelques jours, le Trésor public n’a plus de directeur général après le limogeage de Ihaja Ranjalahy à ce poste. Juste installée à la barre, l’ancienne secrétaire générale du ministère de l’Économie et des Finances affiche la fermeté et annonce la couleur en remerciant l’ancien directeur de cabinet de Richard Randriamandrato à la tête du Trésor public.

 

Réforme. La nouvelle ministre, réputée pour sa droiture et son intégrité, compte alors redorer le blason du Trésor public pour faire oublier l’image de « grande corruption » qui colle sur l’enseigne, laquelle est reconnue, pourtant, depuis plusieurs années pour sa réputation en matière de réforme et d’organisation. Mais il paraît que l’institution a perdu de sa cote depuis quelques années pour faire sortir Rindra Rabarinirinarison de son silence. Les syndicats qui sont alors en train de cogiter vont-ils donc soutenir l’initiative du ministre ?

Rija R.

Suivez-nous aussi sur Facebook

Partager cette publication

2 Commentaires - Ecrire un commentaire

  1. Bianco/ cabinet d’audit etranger/ pole ani corruption.il faut approfondir l’enquête car la corruption est dans tous les sphères ( du plus haut au plus bas).

  2. Le branle bas de combat actuel au Trésor Public témoigne de l’ampleur des détournements des deniers publics perpétrés par ceux qui sont sensés les gérer. Saluons le courage de la nouvelle ministre de l’Économie et des Finances, Rindra Rabarinirinarison qui, pour avoir été Secrétaire Général, sait ce qu’elle avance. Ce qu’elle dénoncé n’est que le sommet de l’iceberg et l’arbre qui cache la forêt car si l’on cite souvent la Police ou la Gendarmerie comme les Corps les plus corrompus de ce pays, c’est au Ministère des finances en général et au Trésor Public en particulier que sévit la corruption de haute voltige, les fraudes et les détournements les plus dévastateurs pour le Pays. Ceci, malgré les privilèges de toutes sortes dont bénéficient le personnel de ce Département ministériels, comme les primes de fins d’année qui s’apparente à un treizième mois dont ne bénéficient pas les autres fonctionnaires, les indemnités exorbitantes etc. Le recrutement d’agents ECD à tour de bras alors que les autres Départements ministériels en sont privés, témoigne de la gabegie qui y règne.
    Bon courage Mme la Ministre, fait appel à un audit extérieur et vous verrez que des fonds peuvent être dégagés pour financer les projets de développement et les arriérés de paiement au dépend du secteur privé.

Poster un commentaire