Come-back : Sweety Punk s’offre une seconde chance !



Jacaranda
 Sweet Punk est de retour, pour de bon.
Sweet Punk est de retour, pour de bon.

Ils ont marqué les années 90 mais depuis, ils étaient restés dans le silence, des inconnus. Aujourd’hui, ils ont décidé de revenir sur le devant de la scène et repartir à la conquête des amateurs de rock de la Capitale.

Loin d’être célèbre, ce groupe a marqué les amateurs dans les années 90. Son originalité et le talent de ses membres ne lui ont jamais valu succès populaire. Si d’autres, à l’époque, se sont lancés dans le death metal, le Thrash Metal ou encore le Heavy Metal, lui a en effet choisi de faire du punk rock son rythme de prédilection. Un terrain inconnu et par conséquent, glissant. Mais qui ne tente rien n’a rien, comme on dit. Les membres du groupe ont donc choisi ce chemin là. Oui, Niry et ses compagnons de scène de l’époque n’ont jamais été des célébrités mais ils ont quand même réussi à marquer les esprits par leur cran. La preuve ? Plus d’une vingtaine d’années après sa formation, Sweety Punk est toujours autant apprécié. A chacune de ses rares prestations, comme ce furent les cas au Ccac (IFM actuellement) en 2002 et  au Pub Ambatonakanga en 2011, les inconditionnels étaient au rendez-vous, en masse. Aujourd’hui, Niry et ses nouveaux compagnons de route comptent reprendre les choses là où ils les ont laissées. Et ils sont très déterminés.

De nombreux projets en gestation. Ce come-back sera donc entamé par un live à l’Urban Café le 31 janvier. Une occasion pour la formation de sortir des vieux tiroirs ces compositions qui ont marqué leurs débuts pour ne citer que « Don’t care » ou encore « The Light ». D’autres morceaux inédits y seront également joués. Et comme cabaret sous-entend toujours interprétation, les chansons des formations qui ont marqué le groupe figureront également dans le répertoire.  « Ce cabaret n’est qu’un début. Nous n’entendons plus rester dans le silence. C’est du moins ce que nous prévoyons ». Les nouveaux membres, notamment Niry à la guitare, Faly à la batterie et Ndriana à la basse, se penchent déjà sur une deuxième date.   En attendant, rendez-vous à l’Urban Café ce vendredi !

Mahetsaka

Share This Post