Opéra-bouffe : « La vie parisienne », revisitée par Laka



Jacaranda

Paris, fin XIXe siècle. Gondremarck, baron suédois en goguette mais encombré d’une épouse, aimerait découvrir les charmes (notamment féminins) de la grande vie parisienne. Gardefeu, gandin parisien récemment trompé par sa maîtresse Métella, aimerait découvrir les charmes de la baronne délaissée, et se propose pour cela d’inventer un Tout-Paris… d’opérette pour occuper le baron. Le tout assaisonné par la musique d’Offenbach sous la direction de Holy Razafindrazaka, avec la classe de chant du centre musical Laka. Avec « La vie parisienne », Offenbach transcende le genre du vaudeville et nous brosse un tableau réjouissant mais  féroce  du  Paris du Second Empire.
Dans cette opérette, les intrigues s’entremêlent. Les personnages les plus invraisemblables se croisent. Les rôles sont échangés à une vitesse déroutante et tout le monde est  emporté par un irrésistible et pétillant  délire musical ! Nous retrouvons avec plaisir la somptueuse production de Holy Razafindrazaka qui restitue magnifiquement ce chef-d’œuvre dont le succès mondial n’a connu aucune éclipse depuis sa création. « La vie parisienne », notons-le, est une opéra-bouffe en cinq actes. Autrement dit, c’est un opéra traitant d’un sujet comique. Nous retrouverons Tokiniaina Fanantenana dans le rôle de Raoul de Garde Feu,  Solange dans celui de Metella. Liva se glissera dans la peau de Gabrielle la Gantière tandis que Petit Sylver jouera le rôle du Baron. Le brésilien, la baronne et l’Urbain seront respectivement interprétés par Rija, Lanja et Antsa Ramaroson. Rindra Ramarosandratana, quant à lui sera au piano. « La vie parisienne »… c’est cet après-midi dans la salle Laka Lycée Faravohitra à 15 h 30.

Mahetsaka

Share This Post