Portrait – Docteur Odile Edith Razakamahefa spécialiste de l’approche genre en sport



Jacaranda

edith1« C’est une passion que d’étudier, de promouvoir le sport et le genre » nous a dit le tout nouveau Docteur Odile Edith Razakamahefa. « Docteur  en Sciences et techniques des activités physiques et sportives de l’Université de la Réunion », elle a soutenu la semaine dernière à la Réunion la thèse intitulée « les femmes arbitres de volley-ball à Antananarivo : place et enjeux de la formation féminine  dans le milieu sportif à Madagascar ». Depuis le temps que cette enseignante en sport voulait aller encore plus loin dans ses études, c’est la CONFEJES qui lui a permis de réaliser ce rêve en lui octroyant une bourse. Elle soutient sa thèse presque quatre ans après son Diplôme d’Etudes approfondies sur l’éducation physique et sportive féminine à Madagascar. Elle l’a préparé au sein de la formation doctorale de l’Ecole Normale Supérieure, mise en place en 2004  en coopération  avec l’université de Strasbourg. Edith Razakamahefa a introduit son travail de recherche comme une interpellation à l’action dans le domaine du sport en général  pour aboutir à sa spécialité qu’est le volley-ball. Elle s’est intéressée à l’arbitrage au féminin. Sa démarche est allée du général aux détails. « Exactement comme  on constate que  l’homme souvent  ne voit que  l’aspect  général des choses  alors que la femme, elle, est attirée par les détails » explique-t-elle. «Ce qui justifie la complémentarité de l’homme et de la femme dans l’approche  genre que la thèse réclame ». Elle veut apporter un équilibre voire une sérénité du genre «  fair-play »  sportif en bonne et due forme  par le biais de l’arbitrage au féminin  pour le volley-ball. Enseignante au Lycée Technique Commercial Ampefiloha, la nouvelle diplômée est responsable du Sport Etude Volley Ball. Elle a été aussi directrice de la recherche action et développement de l’académie nationale des sports. A ce jour, elle reste intervenant formateur à l’ANS.

Mais sa passion qu’est l’approche genre a fait qu’elle est devenue la coordonnatrice nationale du groupe de travail de la Conférence des Ministres de la Jeunesse et des Sports des pays ayant le français en partage, chargé de la promotion de la participation des Jeunes filles et femmes aux activités de la Jeunesse et des Sports.

Maman de deux grands enfants mariée, c’est une femme battante, très responsable « j’aime aller de l’avant et prendre des responsabilités ». Cette thèse signifie beaucoup pour elle, beaucoup de sacrifices mais la réalisation d’un rêve.  « Les nuits où j’étudiais, les réveils au petit matin, les week-ends sacrifiés, cela valait le coup vraiment de le faire.» Le sport s’offre avec elle une autre diplômée de plus pour faire valoir ses droits, son utilité et surtout sa priorité. Mais le sport sera-t-il finalement pris en compte ? surtout le sport qui est si bien véhiculé avec les dames ?

Anny Andrianaivonirina

Share This Post