Week-end culturel : Hip hop, variétés et rock appréciés par le public

Les jeunes rappeurs à Antsahamanitra et les vieux loups du rock, Iraimbilanja. (photo Nary Ravonjy)
Les jeunes rappeurs à Antsahamanitra et les vieux loups du rock, Iraimbilanja. (photo Nary Ravonjy)

Ce n’est pas encore tout à fait l’embellie dans le domaine culturel. Cependant, on peut dire que les artistes n’hésitent plus à monter sur scène comme le montre la diversité des cabarets de ce week-end.

Iraimbilanja au Piment café, Bodo au Paprika, « donaben’ny rapy gasy », autant d’affiches qui reflètent la diversité de ce week-end culturel, en ce début du mois de mai. Si l’on se réfère au nombre de spectateurs, c’est bien évidemment le mini festival de rap d’Antsahamanitra qui a eu le plus de succès. La jeune génération a pleinement apprécié les groupes présentés par « P and Co production ». Le théâtre de verdure était presque plein et les spectateurs n’ont pas boudé leur plaisir pendant la prestation des deux clans de rappeurs qui ont fait feu de tout bois sur scène. Ce fut un passage en revue du rap malgache d’aujourd’hui avec les « Agrad & Skaiz », Odyai, Tsota, Askin&OGH, Queen Finatsh, Tong Nat, d’une part et les Wild Musik, Tsekmah, Aora, Naya (Cool Bar ), Reggae Dancehall, etc….Pour les adolescents présents, ce fut la fête tout ai long de l’après-midi.

Autre endroit, autre ambiance. Au Paprika, Bodo a offert une aubade comme l’aiment ses admirateurs. La jeune femme ne s’est pas produit en cabaret depuis longtemps et son public est donc venu nombreux. Elle fut égale à elle-même, offrant à ce dernier une prestation très professionnelle. Au Piment café, Iraimbilanja a fait revivre les belles heures du rock malgache. Papaye, Niry, Roger et leurs camarades ont fait vibrer les amateurs de rock venus au cabaret de Behoririka. Au CGM, Kelly Rajerison a présenté un hommage musical très plaisant, intitulé « ballade pour Nicky ». « L’au revoir musical » de Voahangy s’est déroulé devant une assistance peu nombreuse qui n’a pas manqué de lui témoigner sa sympathie.

Patrice RABE

Suivez-nous aussi sur Facebook

Partager cette publication