Gasy Bulles : Le quotidien dépeint de manière humoristique !

Les visiteurs à la découverte de « Voka-BD ». (Photo : Kelly)
Les visiteurs à la découverte de « Voka-BD ». (Photo : Kelly)

Le festival « Gasy bulles » continue de plus bel. Après l’IFM et l’Is’art galerie, les bédéistes investissent l’Hôtel de ville. Ils y présentent « Voka-BD » jusqu’au 12 juin prochain.

Quand les bédéistes dépeignent la réalité, le résultat est tout simplement à mourir de rire ! A travers « Voka-BD », exposé à l’Hôtel de ville jusqu’au 12 juin prochain, ils mettent en avant le quotidien des gens. Dans le bus, dans la rue… tout est sujet à dessins. Yves de Tantsary, à travers ses planches met donc en scène les transports publics et leurs utilisateurs. Il y décrit l’ambiance d’une manière très décontractée. A travers une première planche, le dessinateur met l’accent sur les sons qu’on entend dans les bus. « Manaôna Sylvia, saika hangataka hira », écrivait-il. Les auditeurs d’une radio qui demandent une chanson à l’animatrice. Et pas n’importe laquelle mais la plus populaire de tous : celle de la radio Record. Oui, tout le monde en a été victime au moins une fois, l’écho des chansons de Jean Aimé « par silence »… Mais si les bruits de fonds l’ont accroché à un moment, il vit également la galère que vivent les milliers d’utilisateurs quotidiens de ces transports en commun. Il a donc choisi de consacrer d’autres planches à ce sujet et y décrit de manière très humoristique le festival des mauvaises odeurs auquel ont droit presque quotidiennement les gens, le fait de devoir s’improviser équilibriste, voire même contorsionniste.
Riri, dans son œuvre intitulée « Ambalak’soa », croque un cochon qui urine là où il ne fallait pas et se prend par inadvertance un seau d’eau sale sur la tête. Une situation pas très plaisante mais qui peut cependant arriver à n’importe qui. Oui, à travers leurs travails, les bédéistes font part de leur talent et de leur créativité. Ils racontent également une histoire, souvent drôle. Au-delà du côté humoristique et artistique de leur travail cependant, ils passent des messages très pertinents et simples que le visiteur captera sans aucun doute dès le premier coup d’œil. « Voka-BD », c’est sur le Parvis de l’Hôtel de Ville à partir de ce jour !
Mahetsaka

Suivez-nous aussi sur Facebook

Partager cette publication