« L’art du bois, art vivant » : Les sculptures inédites de Rakotomanana Solomon

Une des exceptionnelles sculptures de Rakotomanana Solomon.
Une des exceptionnelles sculptures de Rakotomanana Solomon.

Sculpteur exceptionnel qui puise ses inspirations dans ses expériences et dans le total respect de l’environnement, celui qui se fait appeler « Manan’art » expose ses œuvres au Louvre jusqu’à la fin de ce mois de juillet.

Simple bois de chauffage, dirait-on à première vue. En approchant, on découvre en fait qu’il s’agit d’un bout de tronc, dont il a gardé une face brute, qui incarne une femme avec des tresses. Une femme qui semble tout droit sortie de la mythologie grecque et rappelle la plus célèbre des gorgones : Méduse. Plus loin, on découvre des sculptures représentant toujours la gent féminine, tout aussi exceptionnelles que les précédentes mais qui, cette fois, se rapprochent plus de l’art ancestral : le zafimaniry. Ce qui ne signifie pas pour autant que celles-ci sont des reproductions de pièces déjà existantes. Car le « copier-coller », ça il ne connaît pas. Il laisse ce soin à d’autres. Ses œuvres sont surtout les fruits de ses longues expériences et des recherches qu’il a effectuées tout au long de sa carrière. Si certains se lancent dans la sculpture par coup de cœur ou par caprice, lui y a baigné depuis son enfance. Fils et petit-fils de sculpteur, cet artiste d’exception hérite tout naturellement du talent de ses aînés et sait en tirer toutes les ficelles. Il réalise sa première sculpture à 10 ans. Ce n’est pourtant que 13 ans après, qu’il décide de se lancer sérieusement dans cette voie et d’emboîter le pas à ses parents. Dans les années 80 voit donc le jour « Manan’art ». L’atelier où prennent vie ses sculptures, tout aussi singulières les unes que les autres et plus important encore, en modèle unique. Le visiteur le découvrira par lui-même car les œuvres de Rakotomanana Solomon seront exposées dans les cimaises du Louvre Antaninarenina jusqu’à la fin de ce mois de juillet.
Mahetsaka

Suivez-nous aussi sur Facebook

Partager cette publication