14 projets entre les mains des coproducteurs franco-malgaches

Jacaranda

Documentaire de l’Océan Indien. C’est un projet qui donne l’opportunité à des réalisateurs inconnus d’en faire partie voir leurs œuvres être commercialisées.

Quatorze projets de film documentaire de création ont trouvé des producteurs européens et malgache. C’est le résultat de la deuxième rencontre du film documentaire de l’océan indien. De nouveaux films dans la collection Lumière. L’on s’achemine ainsi vers l’idée ; «  la région Atsinanana, capitale de l’audiovisuel » dans la mesure où la rencontre des producteurs et des auteurs – réalisateurs a eu lieu pour la deuxième année consécutive au grand port. Lors de cette troisième rencontre tënk, on a assisté à un développement d’une coproduction océan indien – Europe. Chaque réalisateur a présenté en séance plénière son propre projet avant de passer à un plaidoyer devant un petit cercle de producteurs. Andrianaly – les films de Lili et Zay One communication de Tamatave, Endémika Film – Formule Press – Masopika Prod – Tamaboo de Tananarivo et The real Options Production de Tuléar sont entre autres les producteurs malgaches emboitant le pas aux auteurs réalisateurs de l’océan indien. Ainsi la collection lumière de l’océan indien avec les treize films documentaires composant les première et deuxième collections accueillle en son sein une quinzaine de nouveaux films documentaires. Les auteurs et les projets sélectionnés concernent neuf œuvres pour Madagascar. A côté de ces derniers, nos amis des îles sœurs ne sont pas en reste. Ainsi en est-t-il de « Le tango du tangue » de Joël Valerie pour l’île Maurice et de « Il était une fois la digue » de Christine Confiance pour la Réunion. La collection devrait être montée dans les années à venir.

Accompagnement de producteurs de films documentaires. La résidence d’écriture, toujours dans la capitale régionale Atsinanana, encadrée par Jean-Marie Barbe et Jacques Deschamps, et organisée dans le cadre du projet Doc OI a formé dans un court laps de temps ces auteurs réalisateurs de l’océan indien sélectionnés. La résidence d’écriture a aussi préparé la rencontre tënk à travers la présentation du projet le plus abouti. Rappelons que « Les Collections Lumière sont conçues pour dynamiser la production, la distribution et la diffusion des films documentaires de création des différentes zones. Sont éligibles à la Collection Lumière les projets d’auteur et réalisateur, vivant et travaillant en Afrique, dans les îles de l’Océan Indien, dans la région eurasiatique ou dans l’espace Amazonie Caraïbe, qui ont suivi une résidence d’écriture Docmonde dans l’une de ces zones et qui ont été retenus pour présenter leur projet aux Rencontres Tënk de Coproduction. Ces auteurs-réalisateurs auront un producteur de leur pays ou de leur zone et trouveront un producteur européen ». C’est ainsi que dans le cadre Africadoc Production, un programme de formation et d’accompagnement de producteurs de films documentaires de création africains est lancé en marge de la rencontre de film documentaire à Tamatave. On signale que « Ardèche Images et ses partenaires (Dakar Images – Sénégal, Les Films de l’Atelier – Sénégal, Endémika Films – Madagascar, Lumière du Monde – France) mettent en place une formation continue en gestion d’entreprise de production audiovisuelle et en accompagnement artistique de films documentaires de création destinée à des producteurs africains indépendants. Le projet permettra de renforcer les capacités professionnelles des producteurs, qui pourront alors accélérer le développement de leur structure et donc de leur activité économique à travers la création d’emplois ».

La rencontre de film documentaire s’est terminée par une série de projection de films documentaires. Plus d’une quinzaine de documentaires de création ont été diffusés dans les établissements scolaires de la ville , les stations audiovisuelles locales et en plein air dans les quartiers de Tamatave. Particulièrement, les six films composant la collection Tamatave ont fait l’objet des projections. Un appel à film est lancé pour rendre plus professionnel le festival.

Jean – Claude STEVE

Share This Post