Portrait : Justin Zafy alias Lavakely, un champion d’avenir

Le président de la fédération, Briand Andrianirina entouré des deux champions du monde Lavakely à gauche et Faratiana à droite. (Photo Kelly).
Le président de la fédération, Briand Andrianirina entouré des deux champions du monde Lavakely à gauche et Faratiana à droite. (Photo Kelly).

15 ans, champion du monde de kick-boxing, Justin Zafy Mariam alias Lavakely a vite tracé ses marques dans la cour des grands des kick-boxeurs mondiaux. Portrait d’un jeune combattant, hors pair et courageux.
Le 12 septembre 2014, le Tuléaroeis Justin Zafy Mariam (15 ans), est devenu champion du monde de kick-boxing en light-kick, dans la catégorie des moins de 47 kg. Un sacre et une récompense pour le gamin de Toliara sa ville de naissance, mais aussi pour son club, AFKB et surtout pour Madagascar. « Champion du monde, c’est l’extrême. Aujourd’hui, je suis triplement heureux de voir ma famille, mes amis, mes co-équipiers, les personnalités surtout le Président de la République, Hery Rajaonarimampianina me féliciter. Je ne sais pas si je vais revivre de tels moments, mais je les vis à fond », indique de son côté Lavakely, tout heureux hier à l’aéroport d’Ivato. Benjamin de la délégation, mais c’est lui qui a ramené la plus grosse moisson : champion du monde en kick-light, médaillé de bronze en light contact et élu « Best fighter kick light ».  Un palmarès que tout sportif rêve de remporter durant sa carrière.
Moral d’acier. L’aventure pour lui commence comme pour beaucoup d’autres sportifs. Né le 10 août 1999 à Toliara, Justin Zafy Mariam plus connu sous le surnom de Lavakely du haut de ses 1m72 pour 47 kg a vite fait du kick-boxing son sport de prédilection. Avec une famille ayant pratiqué le kick-boxing dans le passé, il était évident que lui devait tôt ou tard se retrouver sur le ring. Ce sera même tôt. Il n’a que dix ans quand il a commencé à mettre des gangs pour la première fois. Un sport de famille, en somme. «  J’ai commencé à pratiquer le kick-boxing, il y a 5 ans de cela avec le club de Cosrom 5 de Toliara, si auparavant j’ai joué au football comme tout garçon de mon âge. C’est Flornardin Morasoa dit maître Black Jim qui m’a encouragé à faire du kick-boxing» nous a-t-il expliqué. Et lui d’ajouter «  Comme ma sœur a été affectée ici à Tana, je l’ai suivie et j’ai intégré le club de AFKB où j’ai fait mon petit bonhomme de chemin jusqu’à intégrer l’équipe nationale ». Un peu timide et réservé, Lavakely grâce à son moral d’acier et surtout à l’encadrement de la fédération, est devenu plus fort malgré son surnom «  kely ». Petit de taille, mais grand par le talent. «  Lavakely, c’est l’avenir par excellence du kick-boxing malgache. Après quelques mois d’encadrement, il a réalisé un exploit extraordinaire, je suis tellement confiant quant à la suite de la carrière de ce jeune champion », a indiqué Briand Andrianirina, Président de la fédération malgache de kick-boxing.

Sport-études. Comme tout sportif, il rêve de devenir combattant professionnel d’autant plus qu’il a déjà côtoyé et battu les futurs grands tireurs de cette discipline. Ayant arrêté les cours cette année, il va reprendre les études pour la prochaine rentrée scolaire. «  Je suis entièrement reconnaissant envers l’Etat, le Président de la République, Hery Rajaonarimampianina et le ministre de la Jeunesse et des Sports, Jean Anicet Andriamosarisoa pour tout ce qu’ils ont fait pour le kick-boxing et surtout pour la prime. Mais j’aimerai qu’une motivation à long terme surtout au niveau des études sera mise en place afin que nous ne délaissions pas notre cursus scolaire » a-t-il souhaité. Lui qui rêverai un jour d’endosser les uniformes de la police nationale. Mais avant tout cela, il a lancé un message à tous les jeunes de vivre leur passion.

T.H

Suivez-nous aussi sur Facebook

Partager cette publication