Michaëlle Jean : Première femme à occuper le poste de Secrétaire Général de l’OIF

Michaëlle Jean, une canadienne d’origine haïtienne, succède ainsi à Abdou Diouf.
Michaëlle Jean, une canadienne d’origine haïtienne, succède ainsi à Abdou Diouf.

Après un baccalauréat en langues et littératures hispaniques et italiennes, elle obtient une maîtrise en littérature comparée à l’université de Montréal. Par la suite, elle enseigne, puis travaille pour un groupe qui aide les femmes victimes de violences conjugales.

La nouvelle Secrétaire Générale de l’Organisation internationale de la francophonie (Oif), Michaëlle Jean est une canadienne d’origine haïtienne. Elle succède ainsi à Abdou Diouf (2003/2014). Elle devient ainsi la première femme à occuper ce poste. Elle était l’une des favorites à cette course pour l’élection du nouveau Secrétaire général. Née le 6 septembre 1957 à Port-au-Prince en Haïti, Michaëlle Jean est une femme d’État, diplomate, animatrice de télévision et journaliste canadienne qui occupa de septembre 2005 à septembre 2010, le poste de gouverneur général du Canada. Elle fut la troisième femme à occuper ce poste après Jeanne Sauvé et Adrienne Clarkson.

Son parcours. Michaëlle Jean a été également une animatrice et une réalisatrice avant de se faire remarquer par la Société Radio-Canada, qui l’embaucha en 1988. Elle y a travaillé à titre de reporter et animatrice pour des émissions d’information telles qu’Actuel, Montréal ce soir, Virages et Le Poin. Après un baccalauréat en langues et littératures hispaniques et italiennes, elle obtient une maîtrise en littérature comparée à l’université de Montréal. C’est en  1968  qu’elle quitte avec sa famille  Haïti à cause du régime dictatorial Duvalier pour s’installer au Canada. Polyglotte, elle parle cinq langues (français, anglais, espagnol, italien et créole haïtien).

Militante chevronnée. Par ailleurs, Michaëlle Jean a beaucoup œuvré en faveur de la cause des femmes. Militante chevronnée dans  un groupe qui aide les femmes victimes de violences conjugales, elle est repérée par Radio Canada grâce à un documentaire produit par l’Organisation nationale francophone (ONF), qui l’embauche en 1998. Lorsqu’elle quitte le poste de gouverneure en 2010, elle est nommée, en avril 2011, par Abdou Diouf, secrétaire général de la Francophonie, au poste de Grand Témoin de la Francophonie pour les jeux olympiques d’été de 2012, qui se sont déroulés à Londres. Elle est ainsi chargée d’y promouvoir la langue française et de s’assurer que celle-ci y est bien employée comme langue officielle (avec l’anglais). Et en 2014, elle postule comme candidate à la succession d’Abdou Diouf. La suite, on la connaît.

Recueillis par Dominique R. (Source Wikipédia)

Suivez-nous aussi sur Facebook

Partager cette publication