Formation en production : Africadoc production lance un appel aux producteurs !

Une opportunité pour les producteurs malgaches ! Œuvrant pour le développement du cinéma documentaire africain, le programme Africadoc lance un appel aux producteurs indépendants souhaitant maîtriser la gestion d’une entreprise de production audiovisuelle et l’accompagnement artistique de film documentaire de création. Entièrement gratuite, la formation se tiendra à Tamatave du 20 avril au 13 mai. Les candidats devront néanmoins maîtriser le français car la formation n’est pas uniquement dédiée aux Malgaches. Elle verra également la participation de producteurs venant de Comores, Maurice, Seychelles et de Djibouti. Complétant et prolongeant les activités mises en œuvre en Afrique depuis 2002 par Ardèche images en faveur du documentaire africain, Africadoc est bénéfique à 21 pays et 3 régions.

Professionnalisation. « Il ne sert à rien de former des réalisateurs si nous ne formons pas des producteurs indépendants, qualifiés, capables de produire des films de qualité. Former des producteurs avec une exigence éditoriale est inutile, si nous ne leur donnons pas les moyens d’entrer en relation avec un marché. Notre hypothèse est que le tissu des créateurs et des producteurs indépendants africains peut aujourd’hui raisonnablement se développer dans la production de films documentaires de création », relate  Africadoc dans son site. La formation soutiendra donc les producteurs pour le développement du cinéma documentaire africain. Deux types d’accompagnement ont ainsi été mis en place. D’une part, un renforcement de la formation à la production permettant aux producteurs d’exercer leur métier avec les mêmes outils et connaissances que leurs homologues européens. D’autre part, la création, à Saint-Louis du Sénégal, d’une pépinière d’entreprises spécialisées dans la production de films documentaires qui constituera la prochaine étape du programme. Les producteurs, une fois formés, seront à même de fournir un accompagnement professionnel en termes économiques et artistiques aux auteurs-réalisateurs de films documentaires de création. En attendant de franchir la seconde étape, place à la formation !
Mahetsaka

Suivez-nous aussi sur Facebook

Partager cette publication