Musique tropicale : Djinah, le come-back

Djina est prête à reconquérir ses inconditionnels.
Djina est prête à reconquérir ses inconditionnels.

Djinah se prépare à reconquérir ses inconditionnels. Après près de quatre ans de silence, la jeune femme revient avec de nouveaux titres et très prochainement un album, le second.
Décrocher ? Elle a juste pris un peu de recul pour mieux revenir ! Passé les années loin de la scène, Djinah rompt le silence et y revient avec bientôt un second album. La jeune femme s’est en effet attelée sur de nouvelles compositions, plus tournées vers le tsapiky. « Je suis originaire de Mahafaly. ‘Amenareo lala gea’, mon premier album mettait cependant plus avant les rythmes du Nord. Ma collaboration avec Babaïque et Drwaic influençait certainement ces choix musicaux. Aujourd’hui, je me suis donc décidée à mettre plus en valeur mon origine », explique Djinah. Autrement dit, elle a fait du tsapiky son rythme de prédilection. « Bien sûr, il y a d’autres rythmes comme le zouk ou le slow mais c’est le tsapiky qui prend le plus de place », précise-t-elle. Plus mature et même plus professionnelle, la jeune femme a pris le temps de peaufiner tous les titres. D’ailleurs, elle a elle-même écrit, composé et arrangé la plupart des chansons qui vont composer son nouvel opus que ses inconditionnels ne pourront découvrir que dans le courant du mois de mai.
Retour définitif. En 2006, Djinah est dévoilée au grand public. Elle ne chantera pas encore en solo mais sera seulement la voix féminine de Fidy de l’Anosy. Deux ans plus tard, elle décide de faire cavalier seul et montera son propre groupe. En 2009, « Amenao lala gea » voit le jour. Le temps ne lui permettra cependant pas de s’étaler sur sa passion à cause de ses études. En 2014, elle reprend les choses là où elle les a laissées. « Mandiny anao », « Zaho raiky », « Tia miaraka aminay » sont sur les ondes et sur le petit écran mais ce sera à la fin du mois de janvier que Djinah sera sur scène. Elle investira le Glacier le 31 janvier. Un rendez-vous qui sera suivi de beaucoup d’autres. La jeune femme promet en effet d’être plus présente, pas seulement à Tana mais aussi en provinces.
Mahetsaka

Suivez-nous aussi sur Facebook

Partager cette publication