Dadah de Fort-Dauphin : Retour sur le devant de la scène avec un nouveau style musical

Dadah de Fort-Dauphin est de retour avec des inspirations musicales très variées. (Photo d’archives)
Dadah de Fort-Dauphin est de retour avec des inspirations musicales très variées. (Photo d’archives)

Dans la mosaïque de rythmes qui font la richesse de la musique malgache, il y a le « mangaliba ». Dadah de Fort-Dauphin l’a popularisé, en enchaînant tube sur tube au début des années 2000. Son retrait de la scène musicale, il y a quatre ans, l’a éloigné du public, mais aujourd’hui, il revient avec de nouvelles idées.

Le Mangaliba, à l’instar du Tsapiky ou du Salegy, est un de ces rythmes qui font danser les Malgaches. Certains artistes du sud de Madagascar ont tout fait pour qu’il ait toute sa place dans la musique « mafana » de la Grande Ile. Dadah de Fort-Dauphin est devenu l’une des locomotives de ce genre musical et a trusté les premières places des hit parades grâce à des morceaux bien balancés. Il est devenu une des stars de la musique tropicale malgache, multipliant les concerts dans la Grande Ile et à l’étranger. Puis en 2011, un deuil familial l’a beaucoup affecté et il a décidé de prendre du recul. Cette éclipse qui a duré quatre ans ne l’a cependant pas empêché de continuer à s’intéresser à la musique. Aujourd’hui, c’est un autre Dadah de Fort-Dauphin qui revient.

Nouveau style musical. Pendant ces trois ans, il a eu le temps de s’imprégner d’autres styles de musique et cela lui a permis d’avoir de nouvelles inspirations. Il a composé des morceaux aux rythmes plus variés. Le public pourra le découvrir dès la semaine prochaine « Da hiko an hôky », qui sera diffusé sur les ondes des radios de la capitale. « Ce titre signe mon grand retour dans le monde musical. On y trouvera une tonalité très africaine mêlée à une sonorité bien malgache. Un clip devrait suivre bientôt » nous a-t-il affirmé. Le retour s’étalera sur toute cette année 2016. Les titres seront lancés progressivement. Les concerts viendront beaucoup plus tard car il faut que le public se familiarise avec ces nouvelles sonorités.

Patrice RABE

Suivez-nous aussi sur Facebook

Partager cette publication

Poster un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.