Théâtre : d’hier et d’aujourd’hui, ici et ailleurs à l’IKM

Jacaranda
Des accessoires exposés à l’IKM dans le cadre de cette exposition.
Des accessoires exposés à l’IKM dans le cadre de cette exposition.

L’exposition sur le théâtre malagasy à l’IKM Antsahavola est fortement intéressante. Historique, troupes, accessoires… on y voit de tout. Un détour s’impose !

A l’IKM à Antsahavola, le petit monde du théâtre à Madagascar apprend beaucoup non seulement sur les différentes compagnies réunies au sein du Fikambanan’ny mpanao teatra malagasy, mais aussi sur l’historique de son arrivée à Madagascar. Une exposition relate ainsi cette histoire, et apprend beaucoup sur la richesse de l’art malgache depuis bien longtemps. Si on l’appelle théâtre aujourd’hui, avec ses différentes facettes, la culture malgache, un héritage oratoire qui se transmet de génération en génération, possède ses propres codes : ainsi, quand on parle du théâtre en rond, à Madagascar, son équivalent est le beko, le goliky (tandroy), le tampasiry, le antsa, le kolondoy pour les sakalava, le sôva, jijy pour les tsimihety, korambe, tôkatôka, sasaza pour les betsimisaraka. On se rend alors compte qu’on connaît ces rythmes et ces influences, sans savoir que ce sont des formes théâtrales. Il en est de même pour la commedia dell’arte ou all improvisio italien, qui a son équivalent dans le théâtre malgache : tapatono, tangahotsy, andranomena pour les sakalava, tsimboronkely, tadidy, famantatra chez les sihanaka, fankahatra, ramilahatra pour les betsimisaraka et les bezanozano, sasy, haingon-teny chez les merina. Le hira gasy, tamaboa et les jeux traditionnels des enfants sont également des formes de théâtre.

Histoire. C’est du temps de l’arrivée du christianisme à Madagascar que le théâtre a également fait son incursion dans l’art et la culture malgache. Au XIXe siècle, les français sont venus coloniser la Grande Île, emportant avec eux le théâtre, leur loisir de l’époque. Le théâtre municipal d’Ambatovinaky a alors été inauguré en 1899, où on a joué la première pièce malgache intitulée « Zéphine sy Aramand », de Tselatra Rajaonah, le 22 septembre 1899.

L’exposition continue d’ouvrir ses portes ce jour, avant la clôture officielle de cet événement demain par une pièce théâtrale.

Anjara Rasoanaivo

Share This Post

Post Comment

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.