Team kalo a capella : Succès de la septième édition !

Jacaranda
Chaque groupe a donné le meilleur de lui-même pour contribuer à la réussite de cette septième édition.
Chaque groupe a donné le meilleur de lui-même pour contribuer à la réussite de cette septième édition.

De l’émotion, de la technique, de la maîtrise, de l’ambiance et surtout du fun… la septième édition du « Team kalo a capella » qui s’est tenue au CGM, au PK0 et à l’IKM Antsahavola du 30 juin au 2 juillet a tenu toutes ses promesses.

Trois jours de pur bonheur! Les amateurs ont en tout cas été aux anges. De la simplicité, un jeu de lumières, ce qu’il y a de plus élémentaire, un public enthousiaste qui s’attend à être surpris et comblé (et il l’était largement)… Bref, une scène et des chaises pour accueillir les spectateurs et le tour est joué ! Pas d’artifices, aucun ! Ici, il n’y a pas de place pour la tricherie. Seul le talent, le vrai, compte. Ce soir de vendredi 1er juillet, les orchestres vocaux, des chanteurs a capella et beat boxers ont investi le PK0 Soarano. Pas d’instruments pour les accompagner et masquer les fausses notes. Juste des hommes et des femmes derrière leurs micros, jouant à la fois les chœurs, le lead vocal, la guitare, la basse, le piano et parfois la batterie. Des artistes qui ont choisi et relevé le défi d’évoluer dans le genre a capella.

Epatants. Les chanteurs de Vilon’Androy, parés de leurs tenues et coiffures traditionnelles font très forte impression. Quand ils prennent possession de la scène, ils émeuvent encore plus. Joyeux, triste, ou plaintif… le groupe se joue de son public qui se laisse tout simplement bercer et guider dans cet ascenseur d’émotions et toutes les histoires narrées par cette formation qui chaque fois surprend. « Telo sy telo », avec un genre plus moderne, n’est pas moins épatant. Le secret de Toubih et ses amis ? De la précision, de la technique et bien sûr du fun, car malgré leurs prouesses vocales, ils n’oublient pas de s’amuser. Faire plaisir oui, mais prendre plaisir avant tout ! Tsiry Kely n’a pas été en reste. Pour ceux qui assistent pour la première fois à sa prestation, c’est un vrai régal ! « Ce beatboxer est tout simplement incroyable. Il ira certainement loin », pouvait-on entendre parmi les commentaires des spectateurs. Quartet, Madafeo, Gasy I am (Beatbox), N’ainako, As’ka, La Chorale, Melikanto feat. Ash et Feo qui se sont relayés sur les scènes du Cercle germano-malgache Analakely (CGM), PK0 Soarano et de l’Ivo-Kolontsaina Malagasy (IKM) ont également émerveillé les centaines de spectateurs pendant les trois jours de festival. Festival qui commence à asseoir sa notoriété, quoique les organisateurs voient encore plus loin et plus grand pour la prochaine, la huitième édition. Plus de participants et un ou des invités internationaux au programme, pourquoi pas ?
Mahetsaka

Suivez-nous aussi sur Facebook

Partager cette publication

Poster un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.