« Kalon’ny fahiny » à Ambohimanambola : Solika continue d’enchanter !

Rasamy Gitara, Justin Rajoro, Thérack et Naka Rabemanantsoa… des auteurs et compositeurs célèbres d’antan. Des artistes qui ont marqué la scène malgache, tananarivienne surtout, mais qui restent néanmoins  méconnus de la plupart des jeunes. Solika, heureusement, est là pour passer le flambeau et faire connaître les œuvres de ces artistes. Le groupe, avec ses presque trente ans d’existence, continue de mener à bien la mission qu’il s’était fixé à ses débuts : faire résonner les « chansons d’hier » à travers les années et les faire connaître aux jeunes générations. Il continue donc de se produire. Ce jour, le groupe sera à nouveau sur le devant de la scène. Il investira l’Erima espace Ambohimanambola pour un déjeuner-concert pendant lequel il reprendra et revisitera tous les titres de ces grands noms de la musique malgache. Un concert qui fera sans aucun doute le bonheur de tous les amoureux de « kalon’ny fahiny ». Si d’autres changent en effet la manière dont ils interprètent ces « chansons d’hier », Prosper Ralaiarimanana et ses amis, eux, restent fidèles aux versions originales. La manière de jouer les titres au piano, la façon dont ils les chantent… Ils essaient de reproduire tous les morceaux tels qu’ils ont été entonnés autrefois par leurs propriétaires. Solika, à ses débuts n’était pas un groupe, mais une association.  Il portait d’ailleurs le nom d’A.T.A.U.M. (Association Théâtrale et Artistique des Universitaires de Madagascar). Une fois leurs études terminées, les membres se sont concentrés sur leur vie personnelle et professionnelle. Certains, qui ont gardé le contact, en 1989 décident de former un groupe qui s’appellera Solika (Solofo lian-kanto). Vingt-sept ans plus tard, le groupe est encore là, prêt à faire résonner les compositions de Rasamy Gitara, Justin Rajoro, Thérack et Naka Rabemanantsoa… auteurs et compositeurs célèbres d’antan. Et il a encore, certainement de longues et belles années devant lui. Enfin, on l’espère !
Mahetsaka

Suivez-nous aussi sur Facebook

Partager cette publication

2 Commentaires - Ecrire un commentaire

  1. La chanson participe énormément , (parole et mélodie) à l’éducation , et les chansons d’aujourd’hui n’échappe pas à cette règle ! bof , rap , et ses chansons dites à texte pourrissent la mentalité surtout des jeunes! Ne soyez pas étonné de voir ce qui se passe dans notre vie de société !

  2. Si les chansons diffusées à la radio et à la télé sont toujours pareilles aux chansons des années 50-60-70-80 , La mentalité des Malagasy serait beaucoup plus meilleure. La société ne serait pas dans l’état actuelle. Actuellement la société malagasy et pas seulement la jeunesse est complètement pourrie par les rap, les killalaka et autres monstruosités. Qu’il est loin le temps des belles chansons des Kaiamba, Les surfs, ny Railovy, Angeline sy jacqueline, ny voanio… Vous avez vu ce qu’ils appellent  » La chanson des JISOI? Si vous n’avez pas encore entendu ou vu le clip, surtout n’essayez pas . C’est une horreur!!! c’est une calamité , une véritable invitation à la débauche et une image des débauchés!!!

Poster un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.