PORTRAIT : Lario, jeune danseur, espère en faire une carrière

Jacaranda

LARIO2Intsiraka Lario Amedy est âgé de 16 ans. C’est l’un des 18 danseurs de la troupe malgache qui participe à ces 10e jeux de la CJSOI. Passionné de danse, son talent promet déjà de bonnes étoiles. Portrait.

Très simplement habillé, la jeunesse et l’innocence de l’adolescence, Lario Intsiraka Amedy, l’un des danseurs de la troupe qui représente les couleurs malgaches au CJSOI dans la section danse, cache un talent inné. Le jeune garçon n’est pas issu d’une famille d’artistes ni de danseurs, « sauf peut-être mon oncle qui chante, et encore car il n’est connu que dans les campagnes reculées de Toamasina » comme le souligne Lario. En réalité, il se découvre encore. Et il a le temps. A peine âgé de 16 ans, cela fait deux ou trois ans que Lario suit des cours de danse au sein d’un club de danse, Soradia, à Toamasina. Une opportunité qui s’est offerte lors de la célébration du 5e anniversaire de son école, le CEG Antsarakofafa. Cette dernière a fait appel à un professeur de danse pour faire répéter les élèves. Lario a intégré le club et a continué. C’est ainsi que Lario commence sa grande aventure dans la danse. On y danse du décalé, de la danse traditionnelle et des danses de salon.

Sélection. Lario est l’un des danseurs de l’équipe nationale de danse qui participe à ces 10e jeux de la CJSOI. Ils sont 18, issus de différentes régions de l’île. Lario a été repéré au sein de son club de danse. « En réalité, au début, je n’y croyais pas alors j’ai laissé courir. Nous avons été sélectionnés sur concours, mais de toute façon, je ne me prenais pas la tête. Et puis d’un coup, on m’a annoncé que je suis sélectionné ! Quelle bonne surprise ! » raconte Lario. Les participants ont donc fait cap sur Tanà et les premières répétitions ont commencé le 1er juillet. « C’est le coach Andry du zumba fitness club qui nous a entraînés. On a appris les pas de danse et puis voilà » dit-il. Hier, l’équipe malgache a présenté 3 pièces, tout comme les autres troupes des pays participant à ces jeux de la CJSOI. Du kawitry, de la danse traditionnelle et de l’afro. « Moi perso, j’aime bien le décalé et la danse traditionnelle. Alors j’avoue que je m’éclate ici » avoue Lario. Le public n’est d’ailleurs pas resté insensible à son talent. « J’aime bien ce genre de rencontres avec les autres pays, mais je trouve tout de même que la danse traditionnelle des autres pays est un peu molle » dit-il.

Education. La danse, Lario en est passionné. « Je danse depuis que je suis tout petit. Grâce à ce club, j’ai pu m’améliorer » dit-il. C’est en décembre 2015 que Lario rejoint ce club de danse. Depuis, ils ont pu se donner en spectacle, notamment au Bateau Ivre, mais aussi à Vatomandry, à l’occasion des vacances de cette saison. « Je pense que mes amis de Soradia sont allés à Vatomandry, sans moi, car je suis ici » dit-il. Pour Lario, danser au sein de Soradia, c’est plus que de la danse, c’est un partage et surtout de l’éducation. « J’espère pouvoir continuer à danser, pour le moment, c’est tout, car je pense que je n’ai pas encore les capacités de créer des chorégraphies », continue-t-il.

En attendant, Lario, en bon élève, entend rapporter de bonnes notes de l’école.

Anjara Rasoanaivo

Share This Post

Post Comment

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.