Juge Sylvain Oré : Prêt à se sacrifier pour la liberté d’expression en Afrique

Jacaranda
Juge Sylvain Oré, président de la Cour Africaine.
Juge Sylvain Oré, président de la Cour Africaine.
Les 10 juges de la Cour Africaine, avec le président Juge Sylvain Oré.
Les 10 juges de la Cour Africaine, avec le président Juge Sylvain Oré.

Ce n’est pas par hasard que le juge Sylvain Oré a été élu président de la Cour Africaine des Droits de l’Homme et des Peuples. Il a annoncé aux médias sa détermination à protéger les droits fondamentaux, coûte que coûte, dont l’accès à l’information.

Le Juge Sylvain Oré est originaire de Côte d’Ivoire. Il a été élu Juge à la Cour africaine des droits de l’homme et des peuples en 2010, pour un mandat de quatre ans. Il est Avocat au Barreau de Côte d’Ivoire depuis 1998. Titulaire d’une Maîtrise en droit et d’un Certificat d’Aptitude à la Profession d’Avocat (CAPA) de l’Université d’Abidjan-Cocody, Sylvain Oré détient également un Diplôme d’Études supérieures spécialisées (DESS) en droits de l’Homme délivré par l’Institut de la dignité et des droits humains du Centre de Recherche et d’Action pour la Paix (Abidjan, Côte d’Ivoire). Il a reçu une formation de haut niveau dans le domaine du contentieux des droits de l’Homme à la Cour de justice de la Communauté Économique des États de l’Afrique de l’Ouest (Abuja, Nigeria). En outre, cet Ivoirien a également suivi des études approfondies en droit international et droit comparé des droits de l’Homme à l’Institut international des droits de l’Homme (Strasbourg, France). Dans son palmarès, il a été lauréat du concours d’éloquence des Avocats, organisé par le Barreau de Côte d’Ivoire en 2001 et s’est vu décerné du prestigieux titre de « Secrétaire de Conférence ». Juge Oré est l’auteur d’un mémoire de spécialisation de troisième cycle universitaire sur « La protection des droits de l’Homme par la Cour de justice de la Communauté Économique des États de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO) ».

Le président Sylvain Oré avec les journalistes africains, la semaine dernière à Arusha Tanzanie.
Le président Sylvain Oré avec les journalistes africains, la semaine dernière à Arusha Tanzanie.

Fort engagé. Elu président de la Cour Africaine des Droits de l’Homme et des Peuples, le 5 septembre 2016, le juge Sylvain Oré a fait son premier discours le 8 septembre, devant les journalistes issus des quatre coins du continent africain. Lors du séminaire de formation pour les journalistes africains, organisé par la Cour, du 8 au 10 septembre dernier à Arusha en Tanzanie, la liberté d’expression et la protection des journalistes et des organes de presse étaient au centre des débats. Le président Sylvain Oré a soutenu lors des rencontres que l’accès à l’information est un droit fondamental pour les peuples. « Il faut dénoncer les abus envers les médias. A mon niveau, je le ferai avec ma dernière énergie. Les journalistes et les organes de presse représentent les premiers acteurs pour lutter contre la violation des droits de l’Homme. Ce 4e pouvoir est malmené dans certains Etats d’Afrique, alors que la Charte africaine protège la liberté d’expression. Dans un Etat de droit et de démocratie, le droit à l’information est fondamental », a-t-il déclaré. Outre le fait d’être président de la Cour Africaine des Droits de l’Homme et des Peuples, le juge Oré prend comme engagement personnel, la protection de la liberté d’expression en Afrique.

Antsa R.

Share This Post

Post Comment

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.