Festival du tourisme d’Ampefy : Les amis de l’Océan Indien prêts à contribuer au développement du tourisme à Madagascar

L’Association des Amis de l’Océan Indien a été créée en 1964. Le but des A.O.I était dès le départ de mettre en relation les pays de cette région du monde délimitée par trois continents : l’Afrique, l’Asie et l’Océanie. Les plus gros efforts ont été effectués en direction de Madagascar. Des actions humanitaires, l’envoi de fournitures scolaires, de matériel médical et de médicaments étaient au programme de l’Association.

Très vite les membres Normands ont abandonné cette forme d’action afin d’aider la Grande Ile sur le plan économique, celui de la formation et de la promotion. Les résultats ont été probants d’autant plus que l’humanitaire s’avérait être un échec. Depuis 52 ans des jumelages de villes et de régions ont été créés. Le « premier mariage » a été réalisé entre Morondava et Grand-Quevilly et le plus récent entre Fort-Dauphin et Oissel, elle aussi une ville proche de Rouen. Au total ce sont 18 jumelages qui ont été créés depuis la naissance des Amis de l’Océan Indien. Dès cette période, de nombreuses actions ont favorisé les relations entre les entreprises malgaches et normandes. Aujourd’hui plus de 50% du trafic maritime entre la Grande Ile et la France passent par les ports du Havre et de Rouen. Ce rapprochement entre le monde économique des deux pays a fait découvrir les possibilités de formation dans les grandes écoles et les universités de Normandie. C’est ainsi que depuis plusieurs générations, ce sont des médecins, ingénieurs, enseignants… qui ont été formés dans cette région avant de revenir au pays afin d’exercer leur activité et de devenir les premiers partenaires de la Normandie. Les cinq départements normands dorénavant réunifiés possèdent 400 km de côte en partant du Treport jusqu’au Mont Saint-Michel et en passant par des cités de grande réputation que sont Dieppe, Fécamp, Etretat, Le Havre, Honfleur, Deauville, Trouville, Cabourg, les plages du déparquement, Saint-Lô et Cherbourg. Il faut également ajouter Rouen, Evreux, Caen, Alençon, Flers de l’Orne ou Lisieux qui possèdent un passé historique et religieux. La promotion de Madagascar a débuté en 1987 dans un centre commercial de Grand-Quevilly, puis à l’occasion de la foire internationale de Rouen qui accueillait les cinq Iles de l’Océan Indien et qui ont reçu chacune plus de 200 000 visiteurs en 10 jours. Depuis, chaque année à travers cinq ou six salons et foires, la promotion pour Madagascar se réalise dans les quatre coins de la Normandie.

Le redressement du pays passera par le tourisme. Depuis 2014, la situation sociale et économique de Madagascar s’est nettement améliorée. La crise politique faisant suite à une longue dégradation du pays avait encore aggravé les conditions de vie des Malgaches. Le nouveau Gouvernement a réussi à redresser la barre et à redonner confiance aux institutions internationales. Afin d’attirer de nouveaux investisseurs, le pays a beaucoup travaillé dans le domaine de la réhabilitation et engagé des travaux d’assainissement et créé de nouvelles infrastructures. Si les routes sont indispensables pour développer l’économie, elles le sont également pour le tourisme, un secteur qu’il faut absolument encourager afin de permettre à la population qui a trop longtemps souffert, d’aspirer à de meilleures conditions de vie. Après avoir passé une radiographie complète de cette industrie qui pourrait devenir florissante, nous pouvons affirmer qu’un tourisme personnalisé et adapté au pays et à ses habitants devrait permettre à cette discipline économique de progresser de façon spectaculaire. Pour attirer le touriste il faut l’informer dès le départ, qu’en venant à Madagascar il lui sera proposé des visites, des activités et une vie différente de ce que l’on a pu lui offrir dans d’autres pays. Bien sûr le « faire savoir » avec les moyens de communication modernes coûte très cher. Avant de s’aventurer dans de telles dépenses hasardeuses, il faut se donner des limites « et faire avec ce que l’on a ! ». Une chose est certaine, Madagascar possède déjà des atouts attrayants.

Le tourisme peut devenir à Madagascar la clé de voûte d’un développement durable qui doit permettre une croissance économique autorisant une élévation du niveau de vie de la population. Cette industrie doit également contribuer à une meilleure connaissance de la Grande Ile à l’échelle Internationale, ainsi qu’au niveau social, culturel et économique.

Un tourisme d’une richesse exceptionnelle. Le touriste sera émerveillé par :

– Une faune venue du fond des âges, patrie de plantes uniques au monde protégées dans des réserves dotées d’une richesse exceptionnelle, telles ses orchidées et ses plantes endémiques des forêts humides.

-Dans ces véritables sanctuaires de la nature, qui n’est pas impressionné par ces Lémuriens dont l’Indri, grand comme un garçon de 10 ans, habile, élégant et doté d’une étonnante intelligence ? Il reste actuellement à Madagascar environ une trentaine d’espèces de Lémuriens.

-La nature c’est aussi ces oasis de verdure côtoyant cinq milles kilomètres de plages souvent désertes. Quelques villages de pécheurs au mode de vie traditionnel et séculaire sont situés à proximité de la mer.

-A croire que tout a été prévu pour satisfaire les goûts de l’amoureux des fonds marins afin qu’il puisse plonger dans des décors de rêves.

-Cette faune et cette flore uniques au monde laisseront déjà un souvenir impérissable alors qu’en réalité cela ne représente qu’une petite partie de Madagascar.

-L’Ile Rouge est aussi le théâtre de contrastes surprenants avec des paysages et des couleurs étonnants en passant de rizières pleines de vie à des zones arides. De nombreux petits villages où les traditions sont encore bien présentes avec notamment des marchés animés méritent assurément le détour. La nature c’est aussi ces baobabs majestueux comme les statues de Louxor dans l’Egypte ancienne. Pourquoi nous trouvons donc à Madagascar les sept catégories de Baobab répertoriées de par le monde alors que les autres familles se répartissent en Afrique, en Asie et autant en Amérique du Sud ? Et que dire de ces « Tsingy » qui, à la tombée du jour, proposent un spectacle féérique et lunaire ? La nature c’est aussi ces fantastiques couchers de soleil qui font le bonheur des photographes. Avec tous ces attributs, Madagascar devrait attirer des millions de touristes. Il n’y a pratiquement pas d’équivalence, à travers la planète, d’un autre pays qui renferme autant de sites bénis des Dieux.

Comme à Ampefy, les promenades en voitures, en bateaux, ou même à pied peuvent nous mettre en présence de forêts d’eucalyptus, de plantations de vanille ou d’orchidées, véritables reines parmi les déesses de cette terre vraiment surprenante et qui représentent plus de mille espèces. Les sources thermales jaillissant au sein de forêts denses ou en montagne offrent des eaux thérapeutiques et de bien-être provoquant toujours paix intérieure, calme et détente même chez les plus nerveux d’entre nous. Ceux qui préfèrent l’histoire, les monuments historiques, les châteaux, les vieilles pierres ne seront pas déçus. Il existe encore à travers le pays des vestiges de la vie des Rois et des Reines malgaches. Avec les plaisirs de l’eau, la pêche en pirogue, il est possible également de passer à la découverte du Nepenthes, plantes carnivores aussi emblématiques que le célèbre arbre du voyageur « le RAVINALA ». Nous trouvons également une très grande variété de papillons, de caméléons que l’on dit être parmi les plus beaux du monde. Mais nos découvertes ne seront pas achevées pour autant si l’on ne cherche pas à savoir qui sont ces Malgaches issus de 18 ethnies différentes attachés à leurs traditions qu’il faut voir évoluer dans la vie courante, au cours de loisirs, du travail, au marché ou même à l’intérieur de leurs maisons très typiques. Le contact sera rapide, la gentillesse, la bonne humeur sera toujours présente. Lors de rencontres avec ces personnes très attachantes, il faut admirer les richesses de l’artisanat et du folklore et se plonger dans l’art culinaire du pays. Des centaines de restaurants proposent une grande variété de fruits de mer, de crevettes, de poissons, de riz, de viandes de zébu et même du foie gras. Madagascar est décidément une véritable mosaïque qui doit enthousiasmer ceux qui la découvrent pour la première fois et ceux qui y reviennent à nouveau.

Francis HERBET

Suivez-nous aussi sur Facebook

Partager cette publication

Poster un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.