Fitsiahy an’i D : L’Havatsa-Upem rend hommage à Henri Rahaingoson

henri« La mort n’est rien. Je suis seulement passé dans la pièce d’à côté. Je suis moi, tu es toi : Ce que nous étions l’un pour l’autre, nous le sommes toujours. Donne-moi le nom que tu m’as toujours donné. Parle-moi comme tu l’as toujours fait. N’emploie pas un ton différent. Ne prends pas un air solennel ou triste. Continue à rire de ce qui nous faisait rire ensemble. Prie, souris, pense à moi, prie pour moi. Que mon nom soit prononcé à la maison comme il l’a toujours été, sans emphase d’aucune sorte, sans trace d’ombre. La vie signifie tout ce qu’elle a toujours signifié. Elle est ce qu’elle a toujours été. Le fil n’est pas coupé. Pourquoi serais-je hors de ta pensée, parce que je suis hors de ta vue ? Je t’attends, je ne suis pas loin, Juste de l’autre coté du chemin. Tu vois tout est bien »… Un texte de Charles Péguy qui illustre parfaitement le sentiment qu’ont à l’égard de Di, Henri Rahaingoson de son vrai nom, bon nombre de ses amis. Amis qui partagent son combat et qui continuent d’entreprendre les projets qu’il a entamés. Ces derniers qui, samedi dernier, ont tenu à lui rendre hommage. 26 novembre, une date particulière en effet. Celle qui marque la naissance de ce fervent défenseur de la langue malgache. Une date qui n’est pas passée inaperçue et qui a été commémorée comme il se doit à la salle Rado, dans l’enceinte de la bibliothèque nationale Anosy. Cet après-midi là, les membres de l’Havatsa-Upem ont ainsi rendu hommage à celui qui fut pendant des années, Président d’honneur de l’association. Six de ses plus belles œuvres ont ainsi été déclamées. Iharilanto Patrick Andriamangatiana, l’auteur du célèbre « Vakivakim-piainana », Denis Rasolomanana, enseignant chercheur à l’Université d’Antananarivo et Iharizaka Rahaingoson ont par contre animé les débats sur les travaux de l’icône de littérature. « Harivariva an-tanin’olona » ou encore « Ikalasoa » ont par contre été interprétées sur scène. Un hommage ou plutôt un anniversaire, pas comme les autres !
Mahetsaka

Suivez-nous aussi sur Facebook

Partager cette publication

Poster un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.