Mahaleo et Francis Turbo : Véritable tabac !

Jacaranda
Mahaleo for ever pour beaucoup ! (Photo Kelly)

Deux grosses pointures se sont affrontées ce week-end. Le groupe légendaire Mahaleo, qui a rempli à ras bord le Palais des Sports de Mahamasina, et Francis Turbo qui s’est également produit à guichet fermé au CC ESCA Antanimena. Deux styles, deux genres, mais succès partout !

Ce week-end a été le début d’une année très prometteuse pour les artistes. En début de semaine, pour le groupe Mahaleo comme pour Francis Turbo, et même pour Ambondrona qui sera en concert dimanche prochain, tous les billets ont déjà été vendus. Une pré-vente qui donne un certain confort psychologique à la fois pour les organisateurs comme pour les artistes. Hier, au Palais des Sports, les embouteillages à Mahamasina et l’attroupement de la foule dehors donnait une certaine idée de l’engouement du public pour ce groupe légendaire. Mahaleo, dehors comme à l’intérieur, c’est d’abord de l’ambiance. Une sortie entre famille et plus souvent entre amis où il est question de se détendre et de se divertir. Car on connaît tout leur répertoire. Des chansons intemporelles qui ont traversé des générations, et qui les unissent sur un même diapason. « Hanaraka anao », « Isekely », « Jamba »… Indémodables, que tout le monde connaît et chante en chœur lorsque, dans la salle, le grand écran leur donne les paroles comme dans un karaoké. Sur scène, les membres du groupe Mahaleo ne cachent pas non plus leur joie. Par moment, ils ont donné le micro à des invités, comme Miangaly, la fille de Bekoto, Dr Lanto qui a chanté avec Dadah. Chanter pour chanter et raviver la flamme encore et encore, pas trop de commentaires, la musique parle pour eux.

Hilarant. Francis Turbo n’a pas démérité en se produisant deux foix à guichet fermé au CCESca Antanimena vendredi et dimanche. Vendredi soir, il fallait une longue marche ou beaucoup de chance pour trouver un petit coin pour garer sa voiture. A l’intérieur, les organisateurs ont même du ajouter des chaises pour satisfaire le public. Il en a été de même dimanche où l’affluence a encore été au rendez-vous. Sur scène, le décor a été très épuré. L’homme s’est produit en one man show pour raconter ses histoires. Habillé simplement, comme un paysan, sans oublier sa petite coiffe façon « betsileo », Francis Turbo a fait rire tout le monde avec ses sketchs bien structurés, où le placement produit de son sponsor officiel est même passé naturellement. Deux parties distinctes avec une première très proche du public, où il dépeint un quotidien blasant d’une manière à la rendre hilarante. Puis, une deuxième partie beaucoup plus musicale où il a été assisté par un grand écran. Du rire, encore et toujours durant tout le spectacle, Francis Turbo a été à la hauteur de l’attente de son public.

Anjara Rasoanaivo

Share This Post

Post Comment

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.