Littérature : Thierry Sinda continue la promotion de la poésie africaine, la néo-négritude !


Bmoi

Thierry Sinda, au cœur de la ville d’Antananarivo

De passage au pays, jusqu’à la fin de la semaine, Thierry Sinda a emmené avec lui un ouvrage d’Henri Moucle. Un livre qui met en avant la néo-négritude, ce genre littéraire qui revalorise le monde noir dans les lettres françaises à l’époque néo ou post-coloniale.

Le président et fondateur du Printemps des poètes d’Afrique et d’ailleurs est actuellement à Madagascar. Il a emmené avec lui, en guise de « voandalana », « Chant du Black Paname » (poésie) suivi de « Le cocotier irascible » (petit conte poétique) d’Henri Moucle. Un ouvrage aux éditions Delatour France, faisant partie de la collection Poètes d’Afrique et d’ailleurs dirigée par Thierry Sinda lui-même. Un livre qui plaira sans doute aux amoureux de littérature. « Cette collection est, je le dirai fort volontiers- le pendant sous forme d’écrits de la vivante manifestation du Printemps des poètes d’Afrique et d’ailleurs que j’ai fondée en 2004 à Paris. Au cours de plus d’une décennie de festival, donnant naissance et abritant le mouvement littéraire de la néo-négritude, j’ai pu constater – avec bonheur- l’extrême vivacité et la grande qualité de la poésie d’Afrique d’aujourd’hui allant de la mer des Caraïbes à l’Océan Indien en s’arc-boutant sur l’Afrique-Mère pour accoucher d’une poésie de langue française engagée, mémorielle, identitaire et fraternelle. La présente collection est une généreuse réponse aux légitimes demandes insistantes des habitués du festival de tous horizons. Elle s’oriente, de manière plus qu’ouverte, vers la publication d’ouvrages d’hier et d’aujourd’hui de poètes des Afriques et d’Ailleurs œuvrant par la dextérité de leur plume à la construction d’un monde fraternel et pluriel ».

Plusieurs casquettes. Français d’origine, Congolais de coeur, Thierry Sinda est le fils de Martial Sinda, premier poète de l’Afrique équatoriale française. Sur ses traces, Thierry est lui aussi devenu poète ainsi que professeur de lettres. Aujourd’hui, il a de nombreuses casquettes : président et fondateur du Printemps des poètes d’Afrique et d’ailleurs (dont la 8e édition vient d’avoir lieu), délégué général chargé de la Francophonie de la Société des Poètes français, critique de cinéma au magazine Amina,  ou encore directeur général des Palabres Culturelles Internationales. Il est aussi l’auteur d’une thèse de doctorat sur la négritude. Il a publié un drame poétique Voyage en Afrique à la recherche de mon moi enivré aux éditions Atlantica-Séguier.
Mahetsaka

Share This Post

Laisser un commentaire