Rock : Le metal de “Behind the mask” à l’Is’art


Jacaranda

Du Rock, du lourd, qui n’a rien à envier aux autres, « Behind the mask » brise les stéréotypes de tout genre. Ces dernières années, le rock malgache est en pleine ébullition. Avec le retour massif des groupes des années 80, l’émergence des plus jeunes ne laisse pas les passionnés indifférents. Entre les « Angaroa » et « The Dizzy Brains », « Behind the Mask » est un autre groupe à suivre de près. Derrière leurs masques, ces cinq jeunes démontent et se déchaînent. Bien connu par les inconditionnels du rock, le groupe enflammera les planches de l’Is’art Galerie ce vendredi.

Souvent comparé à « Slipknot » à cause de leurs masques, leur style nous rappelle plus Lordi, ces métal-eux finlandais. Cependant, c’est une formation 100% malgache dont le message est clair. Sans langue de bois et avec insistance, le groupe n’hésite pas à dénoncer l’injustice, inégalité, corruption et toute forme d’absolutisme dans la société dans laquelle nous vivons. Bref, tous ces thèmes que les rockeurs se font « devoir de conscience ». Certes moins supporté par le public lambda, cette bande décalée sort pour autant du lot.

Metalcore. Trouvant sa genèse dans le berceau de la Rnb qu’est Toamasina, « Behind the mask » s’engage dans le metalcore sans pour autant en faire un rock des tropiques. Sty à la guitare, Lolo Vokatra à la basse, avec Tromba à la batterie, le tout se mélange savamment avec les riffs de Lambo Sis, mais c’est surtout le « death growls » de Lambo Ala qui provoque cette prouesse vocale à la fois captivante et impressionnante.

En trois ans, les titres du groupe comme « The revolution », « Me », ou encore « The message » atteignent les millions de vues sur le net. Signe que l’image véhiculé semble plaire. Si certains les accusent de se cacher derrière leurs masques, la bande à Lambo Ala y répond du tac au tac que le plus important est que la reconnaissance aille pour sa musique ainsi que de savoir que le message est passé. Par ailleurs, cette touche de mystère cultive l’intérêt que portent les passionnés à leur travail.

Zo Toniaina

Share This Post

Post Comment