« Hira gasy » : Randrianasolo Betsileo sort son album

Jacaranda

Les musiciens folkloriques bougent d’un ton ! Sur les pas des grandes compagnies,  la troupe Randrianasolo Betsileo sort à son tour son album.

 

Sa particularité ? Randrianasolo Betsileo est de latrempe des troupes « droit au but ». Sans langue de bois, le titre de sa dernière ponte est on ne peut plus explicite. « Izay tena marina mihitsy lazaina fa ny vahoaka azy laingalaingana », tel est l’intitulé de son album sorti récemment dans les bacs.  Le discours et toutes les chansons y afférents colorent ce thème dans lesquels Randrianasolo Betsileo partage des leçons à tirer de la vie quotidienne et de la conjoncture actuelle.

 

Charme  betsileo.  En 80 minutes, la troupe se met tantôt sur un plateau d’Antsirabe, ou sur le décor d’Andiana Ambositra démontrant ainsi la richesse du paysage des Hauts- Plateaux. Comme toute troupe qui se respecte, les anecdotes, les « covers » de variété et les leçons de vie sont à l’ordre du jour. Usant du charme de l’accent betsileo combiné avec la vive voix aiguë  et rythmée qui fait la signature de la musique folklorique des Hauts- Plateaux, la troupe a de quoi se démarquer des autres.

 

Selon Isidore, leader de la troupe, « c’est  un grand pas pour cette troupe d’Ambositra de coucher sur support ses œuvres, car pour la troupe, sur les 50 « Hira gasy » que nous possédons, seuls trois de nos œuvres sont éditées en vcd » explique-t-il. Le  problème réside au niveau de la production, car la plupart des membres de la troupe sont des paysans tout au long de l’année. Ce qui ne permet pas vraiment à ces derniers de se focaliser sur la musique que durant la saison du « hira gasy » seulement.

 

Promotion. Pour Randrianasolo Betsileo, les membres se rejoignent chaque mois de mars pour apprendre  les chansons de la tournée. Pour 2018, la troupe compte sortir un autre album en adoptant la langue officielle même si cette compagnie utilise le dialecte betsileo dans la vie courante. Avec la promotion de la musique folklorique par le biais du « Hira Gasy Makotrokotroka”, les troupes se font un nom dans le paysage culturel et artistique. Même si la discipline touche encore une cible bien définie, le public semble s’élargir ces huit dernières années.

 

Zo Toniaina

Share This Post

Post Comment

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.