Anjara Rakotozafiarison : jazzman fougueux avec du rock dans le sang

Anjara Rakotozafiarison, guitariste à suivre de près.

Virtuose ? Il ne le pense pas en être un, pourtant, il a gagné la première édition du concours de la « Grande Ile guitare talent ». Lui c’est Anjara Rakotozafiarison, un jeune homme plein de fougue qui a la chance de vivre  de sa passion.

Il y a un mois, Anjara Rakotozafiarison n’en revenait pas. Il a ramené chez lui la guitare « Stratocaster » signature Jimi Hendrix, le gros lot du concours « Grande Ile guitare talent ». Un concours qui a permis la découverte de talents cachés qui pourraient cependant avoir un bel avenir dans la musique.  Pourtant, il y a cinq ans de cela, il n’osait pas dire qu’il comptait faire de la musique son gagne-pain.

Dernier d’une fratrie de onze enfants, Anjara Rakotozafiarison  a la musique dans le sang. Bien que la plupart de ses frères jouent de  la guitare, il suit les pas de Joro Rakotozafiarison en choisissant de faire carrière dans la musique. En son genre, son cœur balançait entre le jazz et le rock mais son intégration dans l’Aft jazz, et le jeu de son frère ont finalement teinté sur lui. Anjara a alors fait ses premiers pas sur la scène du Jazz@tohatohabato en 2016 puis au festival Madajazzcar avec diverses formations. Repéré par Désiré Razafindrazaka, le directeur du festival, il devient alors le guitariste d’Andy Razafindrazaka quartet.

Lutte. Si la guitare coulait de source, Anjara a lutté avant de se consacrer à sa passion. «  Comme tous mes frères gratouillaient la guitare, moi j’ai commencé avec un harmonica diatonique. Peu de temps après, j’en avais eu marre et finalement j’ai commencé avec la vieille guitare de mon père.  Contrairement à mes aînés, je ne savais pas en  jouer. Comme je n’avais aucune notion, j’ai tâché d’arriver à  jouer par cœur un morceau. En usant de tous  mes sens j’y suis quand même arrivé, tant bien que mal » racontait-il.

Ce n’est que bien plus tard que sa passion s’est réveillée. « Je me souviens bien lors d’un spectacle de Hyphen, j’ai vu Deba et Andry Ramamonjisoa donner le ton, avec leur guitare en main, j’étais subjugué par toute cette virtuosité, leur musique m’a tout simplement touché, j’étais devenu un fan depuis ces instants. Il y a eu ce déclic et j’ai tout simplement pris la décision de devenir guitariste. Mais comment y arriver, telle était la grande question ! ». En prenant exemple sur les superstars, comme tout adolescent en quête d’identité, il a trouvé en Slash de « Guns N’Roses » le guitariste idéal. En voulant copier cette légende, son passage à l’âge adulte l’a aidé à sortir de cette image pour peaufiner son jeu et trouver sa voie sur sa lancée. Anjara Rakotozafiarison a alors élargi ses horizons en se laissant influencer par  Joël Rabesolo, Benkheli Ratri, Jimmy Hendrix, Pat Metheny, Nick Johnston…

« Avant de prendre la décision de faire de la musique, il m’a fallu bien réfléchir et vaincre cette peur constante de ne pas pouvoir y arriver. Mais c’est là que la vie m’a appris que peu  importe le métier qu’on choisit, le meilleur moyen de réussir est d’y mettre du sien. Investir du temps, faire preuve de patience, persévérer… tôt ou tard, les investissements paient.  D’autant plus que pour moi la réussite n’est pas seulement de gagner de l’argent mais surtout d’inspirer les gens à mon tour. Comme ces nombreux musiciens que j’admire et qui m’ont insufflé cette passion » relate-t-il.

le lauréat du concours « Grande Ile guitare talent ».

Deux styles. Depuis qu’il a découvert le rock progressif, il a tout simplement été enchanté de combiner les deux styles. Une révolution de sa vision sur la musique. Il casse alors le cliché de jazzman bien sage ou le rockeur déjanté, souvent marginalisé, car lui, il était les deux à la fois. Son style devient alors sa signature, d’autant plus que ses goûts musicaux s’élargissent, le musicien met de la couleur, en prenant un peu d’électro en s’inspirant des Dj tels que  Martin Garrix… dans une certaine mesure. Son projet, visiter  des collèges, pour implanter chez les adolescents cette graine qui pourrait croître et leur permettre de réaliser leurs rêves, et devenir ainsi une inspiration pour les autres à son tour. Prochainement, le jeune homme sillonnera la Grande Ile avec Edgard Ravahatra et Marc Demelemester alias Rocky.

Zo Toniaina

Suivez-nous aussi sur Facebook

Partager cette publication

Poster un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.